logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
LITTERATURE au CYCLE III
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  EXERC.INTERACTIFS rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
DOCUMENT D'APPLICATION DES PROGRAMMES - LITTERATURE au CYCLE III

[sommaire] - [culture littéraire] - [mise en oeuvre pédagogique : lecture - compréhension - image - interprétation] - [programmation des lectures] - [lecture et mise en voix] - [littérature et écriture] - [lectures personnelles] - [oeuvres littéraires]

Liste de références des oeuvres de littérature de jeunesse - POÉSIES

L'Apollinaire : 19 poèmes

APOLLINAIRE Guillaume ­ GRANDIN Aurélia ­ Mango Jeunesse ­ coll. Albums Dada ­ 48 pages ­ 15
Difficulté de lecture : niveau 3

Dans la collection issue de la revue Dada, revue d'initiation à l'art pour les enfants, L'Apollinaire présente dix-neuf poèmes de l'auteur, illustrés par Aurélia Grandin. Il y a, entre les images et les textes, une forte connivence, par divers procédés de mise en page. Les textes les plus connus d'Alcools y figurent : Le pont Mirabeau, La chanson du mal-aimé, Saltimbanques... ainsi que plusieurs calligrammes et des poèmes à Lou.
L'ensemble de cet album est une incitation à découvrir comment un poète peut jouer avec la langue, l'écriture. Les élèves peuvent être invités à examiner les images pour voir par quels éléments elles se lient aux textes, et en débattre.
Dans ses poèmes, Apollinaire met souvent en scène sa propre vie : ses voyages, ses relations, ses amours et ses souffrances. Une occasion, pour les élèves, de s'intéresser à sa biographie.


Cent onze haïku

BASHÔ ­ Verdier ­ 122 pages ­ 14,25
Difficulté de lecture : niveau 1

Les haïku sont des versets de 17 syllabes : 3 vers (le 1er et le 3ème) sont pentasyllabiques, le 2ème heptasyllabique.
Bashô opère dans ces haïku un subtil rapprochement entre l'Homme et la nature, une unité parfaite entre objectivité et subjectivité. Il saisit le mouvement des sentiments dans la réalité de l'instant.
Ces textes engagent à développer une méthode descriptive, épurée, sans fioritures et à travailler la forme et la chute imprévisible.
Il est possible, en ateliers d'écriture, de s'exercer, avec modestie, à partir d'images, d'objets.


Les mots du manoeuvre

BONGIRAUD Jean-Michel ­ POMIÈS ­ Épi de seigle ­ 28 pages ­ 4,5
Difficulté de lecture : niveau 1 à 2

Le recueil comporte vingt-deux textes en prose, qui sont autant d'adresses à des manoeuvres ou artisans, métiers actuels et métiers traditionnels se croisant : charpentier, éboueur, carrossier, maréchal-ferrant, électricien, retoucheur... Le poète les interpelle sur leurs gestes, sur l'essence de leur travail et leur fonction, et souhaite qu'ils puissent en faire autant de l'Homme : le réparer, le transformer, le perfectionner. Une réflexion, quelque peu désabusée, sur l'humanité et ses travers.
Après des lectures personnelles, puis partagées à haute voix, prises en charge par les maîtres et les élèves, une attention particulière pourra être portée au lexique lié à chacun des métiers et à la manière dont le poète fait glisser les mots de l'objet à l'humain et leur fait prendre ainsi d'autres sens.
Ce procédé pourra être rapproché du jeu surréaliste « L'un dans l'autre » dont André Breton a rendu compte.


Le Cagibi de MM. Fust et Gutenberg

BORY Jean-François ­ Spectres familiers ­ 40 pages ­ 9,15
Difficulté de lecture : niveau 3

Ce recueil offre aux élèves la possibilité de découvrir une autre forme poétique, dont l'auteur nous dit lui-même que ce sont des poèmes visuels, dans lesquels sont convoqués à un « remue-méninge » de l'imaginaire lettres, objets, signes, dans la filiation de Gutenberg et de l'imprimerie. Il faut donc, avec ce texte, apprendre à regarder la lettre autrement, à vivre l'expérience typographique. « Il suffit de regarder l'oeuvre pour en ressentir l'impact, sans avoir à lire chaque ligne... Elle a tendance à transcender la langue qui la compose. »
Ce texte permet d'établir un lien entre poésie visuelle, photographie, arts graphiques, afin d'exercer le regard des élèves en référence à des calligrammes abstraits ou figuratifs dans la veine d'Apollinaire, et d'encourager les jeunes lecteurs à créer des réseaux de signification et à « participer à l'élaboration du poème ».


Vergers d'enfance

BUTOR Michel ­ DUBREUCQ Claire ­ Lo Païs ­ coll. D'enfance ­ 12,05
Difficulté de lecture : niveau 1

Des groupes de deux, trois ou quatre vers défilent sur une vingtaine de pages, comme autant de sensations surgies de la mémoire du poète. Parfois purs arrêts sur image, parfois restitutions par touches d'impressions nées du contact avec la nature, ces sensations se disent en images et deviennent elles-mêmes images.
Un recueil pour faire sentir la nature de très près, simplement, pour s'exercer à ouvrir les yeux, les oreilles, se servir de tous ses sens.
On pourra aider les élèves à faire la différence entre la notation fidèle comme un croquis sur le vif, et l'image poétique. Ils pourront alors s'essayer à écrire en jouant sur l'alternance de ces deux registres.


Le René Char

CHAR René ­ POIZAT Chloé ­ Mango Jeunesse ­ coll. Albums Dada ­ 41 pages ­ 15
Difficulté de lecture : niveau 3

Poète réputé difficile, les écrits de René Char sont peu souvent présentés aux élèves de l'école primaire. Le choix effectué dans ce recueil permettra une première découverte des poèmes, dont beaucoup prennent la forme d'aphorismes et de textes en prose. Les peintures réalisées par Chloé Poizat accompagnent de manière particulièrement forte les mots.
Cet ouvrage devrait permettre, en outre, de conduire une réflexion sur le cahier de poésie et ses « traditionnelles illustrations ».


C'est corbeau

DUBOST Jean-Pascal ­ COUPRIE Katie ­ Cheyne ­ coll. Poèmes pour grandir ­ 61 pages ­ 12,5
Difficulté de lecture : niveau 1

De courts poèmes proposent l'histoire d'une rencontre, d'une adoption ou d'une vie courte, trop vite ponctuée par la mort. Une rencontre singulière, C'est corbeau, celui-ci et pas un autre, une rencontre -- étonnement dans lequel chaque étonné (Homme/oiseau) est confronté au quotidien, lui-même source d'étonnement. Ils proposent des petits moments philosophiques : réflexion sur « venir en aide », « donner et recevoir », sur les rapports entre les Hommes et les animaux, sur la captivité, l'instinct, la liberté.
Plusieurs formes d'humour cohabitent dans ce recueil : le jeu de mots à partir d'un champ lexical (le corbeau ne veut rien manger parce qu'il « se fait beaucoup de mouron »), les onomatopées qui s'entrechoquent, l'insolite, le sens littéral ou dérivé (le corbeau qu'on chasse, « il n'en revient pas »).
Tous ces textes sont focalisés sur les corbeaux et, à partir de ce thème, on découvrira bien des approches : naturaliste, avec l'énumération de divers corvidés, émotionnelle, fantaisiste, paradoxale. Ces textes interrogent aussi les jeunes lecteurs sur la nature de la poésie ; dans son apparente proximité, dans sa narrativité, dans son absence de rimes, les élèves n'identifient pas au premier abord ce texte comme un poème. Cette remise en question nécessaire trouvera étayage dans d'autres oeuvres de Jean-Pascal Dubost (Des lieux sûrs (Tarabuste), dans lequel il est aussi question de corbeaux), mais aussi chez d'autres poètes contemporains (voir d'autres titres de cette liste). S'entraîner à dire le poème, c'est en percevoir les vibrations « corbeau mort Qu'on a trouvé comme ça dans son carton, le crâne brisé à coups de bec rageurs et instinctifs, corbeau, qui... ».


La Clarisse

DUMORTIER David ­ MELLINETTE Martine ­ Cheyne ­ coll. Poèmes pour grandir ­ 48 pages ­ 12,5
Difficulté de lecture : niveau 1 à 3

Un poème en vingt-deux tableaux présente le monde restreint de la Clarisse. Des emprunts aux lexiques de la sociologie et de la politique (au sens politis du terme) rappellent l'existence d'un monde « extérieur à », inconnu de Clarisse. Cette fillette de huit ans vit à côté, juste à côté, elle attend, elle rêve.
Le banal, les petits riens, combien pèsent-ils dans une vie ? Que peut-on en faire ?
Bien des éléments « infra-ordinaires » peuvent servir de point de départ pour des ateliers d'écriture : imaginer et décrire le contenu de sacs à petits riens, mais aussi matérialiser le temps étiré à partir des actes du quotidien, par exemple, l'ouverture d'une porte... ou se tourner vers des espaces de vie plus vastes, à la campagne, mais peut-être aussi dans les grandes cités sur le thème : « J'aime ma ville, j'aime ma vie ».


Eugène Guillevic, un poète

GUILLEVIC Eugène ­ Gallimard Jeunesse ­ coll. Folio junior-En poésie ­ 144 pages ­ 5
Difficulté de lecture : niveau 2


L'itinéraire d'un poète présenté selon la chronologie de ses différents recueils. Pour chacun, en peu de pages, quelques éléments biographiques sont proposés, puis une sélection des poèmes du recueil. Une façon de découvrir que l'inspiration d'un poète peut changer avec le temps, même si ce qui en fait la particularité, le ton, la façon de se servir des mots, perdure.
La poésie de Guillevic, c'est un regard jeté sur le monde, à partir de petites choses, en apparence : une armoire, le chanvre, un clou, une pomme... Une vision qui donne à réfléchir puisqu'un losange est « Un carré fatigué/Qui s'est laissé tirer », et que « Les forêts le soir font du bruit en mangeant ». Une incitation à faire écrire de courts poèmes qui, pareillement, partant d'un objet très simple, interpelle le lecteur avec juste un rien d'humour.


Le tireur de langue : anthologie de poèmes insolites, étonnants ou carrément drôles

HENRY Jean-Marie ­ ROURE Roland ­ Rue du monde ­ coll. La poésie ­ 72 pages ­ 14,5
Difficulté de lecture : niveau 1

100 poèmes sont réunis dans cette anthologie. Leurs points communs ? Les mots, tirés, tiraillés, tordus, travestis, télescopés ; les loufoqueries de situation qui font sourire ou rire, un peu d'irrespect, quelques libertés avec les règles. Le fou rire est même invité.
Les auteurs vivants côtoient les décédés (depuis pas trop longtemps quand même), les connus et reconnus fréquentent les moins connus ou reconnus. Cette anthologie invite à ouvrir notre horizon poétique en allant chercher les recueils cités dans la table des matières.


Tour de Terre en poésie : anthologie multilingue de poèmes du monde

HENRY Jean-Marie ­ VAUTIER Mireille ­ Rue du monde ­ coll. La poésie ­ 60 pages ­ 14,5
Difficulté de lecture : niveau 1

Une anthologie multilingue de poèmes du monde entier. Chaque texte est présenté dans sa langue originale et dans sa traduction française.
Les enfants découvriront ainsi le romani, le touareg, le basque, l'arabe, le vietnamien, le turc, l'albanais, etc. Une occasion d'évoquer de nombreuses cultures, et certains élèves s'y reconnaîtront. Une occasion, également, de situer géographiquement ou historiquement les divers poèmes. Et de constater que l'on retrouve, chez les poètes du monde entier, des préoccupations, des thèmes, des émotions similaires. Les élèves pourront dire les poèmes, en français ou, pour ceux qui lisent d'autres langues, dans la version originale. Il est également possible de faire appel à des parents.


Choix de poèmes

HUGO Victor
Difficulté de lecture : niveau 2

Sept titres figurent dans des éditions destinées à la jeunesse. L'un d'eux, cartonné, s'adresse à de très jeunes enfants :
• Victor Hugo ­ HUGO Victor ­ ill. KOENIG Florence ­ Gautier-Languereau  ­ coll. Grands poètes pour petits enfants ­ 7,5

Six ouvrages s'adressent à des jeunes de l'école élémentaire :
• Chanson pour faire danser en rond les petits enfants et autres poèmes ­ HUGO Victor ­ ill. DUMAS Philippe ­ Textes choisis par TROTEREAU Anne ­ Gallimard Jeunesse ­ coll. Enfance en poésie ­ 42 pages ­ 6,10
Les Nains et les Géants : 25 poèmes de Victor Hugo ­ HUGO Victor ­ ill. JACKOWSKI Amélie ­ Actes Sud Junior ­ coll. Des poèmes plein les poches ­ 57 pages ­ 9
Mon premier Hugo ­ HUGO Victor ­ Textes choisis par PIQUEMAL Michel ­ Milan Jeunesse ­ coll. Poche Junior ­ 152 pages ­ 4,91
Victor Hugo, un poète ­ HUGO Victor ­ Présenté par LASTER Arnaud ­ Gallimard Jeunesse ­ coll. Folio junior-En poésie ­ 139 pages ­ 5
Poèmes de Victor Hugo en bandes dessinées ­ HUGO Victor ­ ill. sous forme de bandes dessinées par LEMERCIER Gwendal - EBEL
Théo - AUDOIN Laurent - NOSAL Éric - MEYRAND Estelle ­ Petit à petit ­ coll. Poèmes en bandes dessinées ­ 96 pages ­ 14
Le Hugo ­ HUGO Victor ­ ill. LASSARA Christine ­ Mango Jeunesse ­ coll. Album DADA-Il suffit de passer le pont ­ 41 pages ­ 15

Ces six ouvrages présentent des intérêts communs et divers à la fois.
Deux de ces titres sont des anthologies thématiques. L'un, Chanson pour faire danser en rond les petits enfants et autres poèmes, très bien servi par les illustrations de Philippe Dumas, permettra de faire découvrir, dès le début du cycle, l'attention que le poète portait aux choses de l'enfance. Cinq des quinze textes présentés sont extraits de L'art d'être grand père. L'autre, 25 poèmes de Victor Hugo, s'organise autour d'une thématique proche des jeunes élèves, Les Nains et les Géants. Les fragments retenus évoquent le monde animal, la nature, les éléments, et témoignent surtout du regard que le poète porte sur les choses qui l'entourent, les images qu'elles lui suggèrent et qu'il offre en partage à ses lecteurs. Les illustrations, hautes en couleurs, ne supplantent pas le texte, mais peuvent être un appel à lire pour le lecteur.
On trouvera le plus grand choix de textes dans les deux ouvrages en format de poche que sont Mon premier Hugo et Victor Hugo, un poète. Ces deux anthologies ont le souci de présenter la grande diversité de l'oeuvre de Hugo. Celle publiée par les éditions Milan fait le choix d'un regroupement thématique des textes (Sentiment amoureux, Nature et panthéisme, Amour paternel, Tristesse et mort, Le militant humaniste et social), justifié, de façon passionnée et néanmoins raisonnée, par Michel Piquemal dans une préface adressée et accessible aux jeunes lecteurs. Celle publiée par les éditions Gallimard, la plus riche en textes, est illustrée entre autres par de nombreux dessins de Hugo, qui permettent de sensibiliser les élèves à cette autre facette du poète.
Deux des ouvrages sont des anthologies sous forme d'albums. Le Hugo, mis en images par Christine Lassara, joue précisément avec la technique du lavis, chère au poète. Il se feuillette, se regarde, se contemple, et invite finalement à entrer dans les textes, qui, pour certains du moins, sont plus rarement présents dans les anthologies pour les jeunes. Poèmes de Victor Hugo en bandes dessinées présente treize textes divers dans la forme écrite, accompagnés en regard d'un encadré éclairant les poèmes par des éléments biographiques, allant de la vie intime de Hugo à ses engagements sociaux, voire à ses choix d'écriture, et suivis du même texte intégré dans une bande dessinée, réalisée chaque fois par un dessinateur différent. Une manière originale de faire entrer certains lecteurs dans un parcours poétique, qui peut susciter la curiosité de tous, et déboucher ainsi sur des débats sur la réception par chacun de ces différents poèmes ainsi interprétés.
Sur la durée du cycle, ces ouvrages permettent, parfois en complémentarité, de découvrir différents aspects de l'oeuvre de Victor Hugo.
Tous les titres proposent en complément des éléments biographiques et bibliographiques.
On lira également avec profit les introductions à ces anthologies pour confronter les présentations du poète et de la poésie en général.
Les lectures pourront d'abord se faire de façon libre et individuelle, chacun conservant pour soi, dans son anthologie personnelle, les poèmes qui lui parlent le plus ou le mieux. Vu l'ampleur et la diversité de l'oeuvre, on pourra facilement et rapidement, après écoute des divers choix personnels, faire des rapprochements thématiques, de tonalité ou d'écriture. Une comparaison des choix de textes opérés pour quelques-unes des anthologies proposées permettra d'expliciter la notion de « classique », plusieurs textes se retrouvent en effet de l'une à l'autre.


Sirandanes suivies d'un petit lexique de la langue créole et des oiseaux

LE CLÉZIO Jémia et J.-M.-G. ­ LE CLÉZIO J.-M.-G. ­ Seghers ­ coll. Volubile ­ 93 pages ­ 13,6
Difficulté de lecture : niveau 1

Entre une préface et un petit lexique de la langue créole et des oiseaux, les sirandanes sont une transcription d'une parole mémoire vivante. Ces questions/réponses ne sont pas des devinettes, elles illustrent une présence au monde, un regard sur les choses et les êtres. Végétaux, animaux, éléments et Hommes participent de la vie sans opposition : tout est connivence. Ce refus de connivence est développé dans le beau texte qui introduit le petit lexique et offre matière à réfléchir sur les langues, toutes les langues et « ma » langue.
On pourra écouter les sirandanes dites en créole et en français (participation des familles...), se poser le problème de la traduction (« Y a-t-il de l'intraduisible dans une langue ? »), recueillir des paroles mémoires, souvenirs, et les agencer en questions/réponses, travailler à partir de proverbes, d'énigmes.


La poésie arabe : petite anthologie

MARDAM-REY Farouk ­ KORAÏCHI Rachid ­ AKKAR Abdallah ­ Mango Jeunesse-Institut du monde arabe ­ coll. Albums Dada ­ 46 pages ­ 15
Difficulté de lecture : niveau 2

Dix-neuf poèmes bilingues de dix-neuf auteurs différents, à situer dans le temps (du VIème siècle à nos jours) et dans l'espace (de la Perse au Maghreb en passant par l'Espagne et la Sicile). Les thèmes abordés sont universels : la mort, l'amour, la fureur de vivre.
Ces poèmes pourront être l'occasion d'ouvertures sur d'autres domaines artistiques, musique, chant... d'hier, d'aujourd'hui, de là-bas, et permettre d'aborder diverses dimensions temporelles : le passé, le contemporain, l'intemporel.
Un travail sur l'écriture ou les écritures pourra être mené à partir de la calligraphie arabe.


Étranges étrangers  et autres poèmes

PRÉVERT Jacques ­ DUHÊME Jacqueline ­ Gallimard Jeunesse ­ coll. Folio junior/En poésie ­ 46 pages ­ 3
Difficulté de lecture : niveau 2

Un choix de neuf poèmes extraits de différents recueils de Jacques Prévert, dont certains sont très connus comme Paroles, Spectacle, Histoires. Le poème qui donne le titre à cette anthologie est tiré de Grand bal du printemps, moins connu, et introduit la tonalité des textes regroupés. Ces mots jetés en vers, ces rythmes parfois saccadés, évoquent ou plutôt crient la vie, dans ses injustices, ses souffrances, mais aussi ses diversités culturelles.
La lecture de ces poèmes pourra inciter les élèves à chercher à comprendre toutes les dures réalités évoquées, et même à connaître quelques faits historiques. Elle sera surtout l'occasion de faire évoluer leur représentation du fait poétique et de leur faire découvrir l'engagement d'un poète dans la société par la poésie même.


Raymond Queneau, un poète

QUENEAU Raymond ­ Gallimard Jeunesse ­ coll. Folio junior-En poésie ­ 182 pages ­ 5
Difficulté de lecture : niveau 2

Raymond Queneau, le célèbre auteur de Zazie dans le métro (1959) et des Exercices de style (1947), co-créateur, en 1960, de l'OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), a publié une douzaine de recueils de poèmes. On connaît généralement Cent mille milliards de poèmes (1961), mais Les Ziaux (1943), Le chien à la mandoline (1965), ou Morale élémentaire (1975) méritent tout autant d'être découverts.
C'est une véritable exploration du langage, en même temps qu'un Art poétique (titre d'un poème connu) qu'offre ce recueil :
- « Au petit jour naît la petite aube, la micraube » ;
- « Un amas de fortifs crancieux et vorcifrognes » ;
- « Jembaladais sulles Boulevards » ;
- « Tour Eiffel d'ossements/catacombes aériennes ».


Les Animaux de tout le monde

ROUBAUD Jacques ­ BOREL Marie ­ COUSSEAU Jean-Yves ­ Seghers ­ coll. Volubile ­ 89 pages ­ 15,09
Difficulté de lecture : niveau 2

Une soixantaine de poèmes qui ont pour sujet chacun un animal, « des longs des courts des gras des beaux ». Presque tous les poèmes sont « de l'espèce qu'on appelle "sonnet" », comme l'explique l'auteur dans une lettre adressée au hérisson à la fin de l'ouvrage. Cette lettre est une sorte d'art poétique, humour et jeux sur/avec les mots en prime. Ce qui n'étonne pas puisque l'auteur fait partie de l'OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle).
Le livre est illustré de photographies dans lesquelles s'introduisent souvent des dessins d'animaux qui rappellent les gravures. Le recueil permet de faire découvrir la poésie comme jeu, mais incite également à faire des rapprochements avec d'autres poèmes qui évoquent les mêmes animaux, et à constituer ainsi des anthologies.


Anacoluptères

SACRÉ James ­ GERVAIS Pierre-Yves ­ Tarabuste ­ coll. Au revoir les enfants ­ 44 pages ­ 12,2
Difficulté de lecture : niveau 1

Une collection d'insectes épinglés, en liste alphabétique, en portraits, du carabe doré et du criocère à la cétoine, sous les lettres et l'aquarelle. Ce sont les grandes questions de la vie et de la mort, des sentiments, des rapports entre les gens et le monde, des relations aux mots (du dictionnaire et du poème) et au langage qui se re-posent. Contemplation, évocation, mémoire, présent et avenir, les lecteurs en auront plusieurs interprétations soutenues par la voix, le rythme, l'espace, la composition du poème et le format précieux de la collection.
« Un travail de couture entre le monde et les mots » : nomenclature savante et français parlé, souvenirs d'enfance, expériences vécues et mots épinglés dans des textes poétiques à dire et à redire. Avec ce recueil qui sollicite l'imagination, on pourra engager les élèves dans des activités d'écriture pour constituer un bestiaire fabuleux, des planches d'encyclopédies imaginaires...


Un homme sans manteau

SIMÉON Jean-Pierre ­ MELLINETTE Martine ­ Cheyne ­ coll. Poèmes pour grandir ­ 40 pages ­ 12,5
Difficulté de lecture : niveau 2

En passant de l'obscur au clair, ces poèmes sont questionnement sur les parts d'ombre et de lumière, de malheur et d'espoir du monde et de nos vies. Ce recueil pourra permettre : d'observer ce bel objet-livre, notamment l'illustration (le jeu de deux couleurs, motif de la maille courant tout le long du recueil) et les effets typographiques ; de repérer la construction de l'ouvrage en deux parties, de lire transversalement le recueil en suivant le fil des extraits en typo rouge ; de faire émerger les premières hypothèses de sens ; de travailler la mise en voix des poèmes et l'écoute, de prendre conscience de la réception individuelle en demandant aux enfants d'écrire, texte caché, les mots du poète retenus et leurs propres mots ; d'aborder l'image poétique, d'analyser les champs lexicaux, les structures phrastiques, les répétitions rythmiques, les caractéristiques propres à Jean-Pierre Siméon (questionnement, interpellation, action, force des « je, tu, nous ») et de vérifier cela par une mise en réseau avec d'autres recueils du poète.


Visions d'un jardin ordinaire : poèmes et photographies

SUEL Lucien ­ SUEL Josiane ­ Marais du livre ­ 45 pages ­ 8,99
Difficulté de lecture : niveau 1

Images et textes entremêlés stimulent les sens du lecteur qui a en mémoire un jardin : spectacle de la terre qui bruit, des potagères, des sauvages, des objets porteurs des gestes qui les animent, des êtres humains, ordonnateurs du jardin... Photographie en noir et blanc, le texte l'est autant que l'image avec ses vers justifiés non rimés, dessinant des rangées bien alignées. Ils invitent à produire ses propres images, quelques mots, quelques photographies de son propre jardin réel ou rêvé.
Et si l'association poésie/photographie vous ravit, ouvrez le recueil Têtes de porcs moues de veaux du même auteur (photos ROY Patrick ­ Éditions Paul Mainard ­ 1999).


Jean Tardieu : un poète

TARDIEU Jean ­ Gallimard Jeunesse ­ coll. Folio junior-En poésie ­ 182 pages ­ 5
Difficulté de lecture : niveau 2 à 3

Une anthologie établie par Jean-Marie Le Sidaner, lui-même poète, des poèmes de Jean Tardieu, puisés dans des recueils successifs. Tous les enfants ont déjà lu ou entendu du Tardieu, même s'ils n'ont pas retenu le nom de l'auteur : « Comment ça va sur la Terre ? ­ Ça va ça va, ça va bien » ; « Quoi qu'a dit ? ­ A dit rin »... Ce recueil va donc leur donner d'abord l'occasion de recadrer un souvenir fragmentaire dans un ensemble cohérent : l'oeuvre du poète, la poésie et le théâtre du  XXème siècle, car Jean Tardieu a aussi beaucoup écrit pour le théâtre, et l'une des courtes pièces figure intégralement dans le recueil.
La mise en voix de ces textes va de soi, le poète y incite lui-même : Poèmes à jouer. Nombre des poèmes, dont la structure est perceptible par les élèves, peuvent leur permettre de passer à l'écriture.


[sommaire] - [culture littéraire] - [mise en oeuvre pédagogique : lecture - compréhension - image - interprétation] - [programmation des lectures] - [lecture et mise en voix] - [littérature et écriture] - [lectures personnelles] - [oeuvres littéraires]

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2002 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France