Atelier de Négociation Graphique

 

  1. Les principes des A.N.G.
  2. Réflexions de collègues sur les A.N.G.
  3. Petit corpus concernant le cycle 3

LES PRINCIPES D'ORIGINE

Le concept d'Atelier de Négociation Graphique (A.N.G.) a été mis au point par Ghislaine HAAS et Danielle LORROT dans un article intitulé De la grammaire à la linguistique par une pratique réflexive de l'orthographe, publié dans le n°14 de la revue Repères (nouvelle série, 1996, p.161281). Cet article propose un dispositif de recherche didactique qui a pour but essentiel d'instaurer chez les élèves une capacité à réfléchir sur la langue. Il s'agit d'animer des ateliers qui conduisent les enfants de l'élémentaire (cycle 3 ) à réfléchir de façon raisonnée et méthodique sur la grammaire et l'orthographe, en utilisant de manière de plus en plus efficace le métalangage grammatical.

Trop souvent les enfants ont, en effet, une attitude passive face à la langue et n'utilisent pas activement leurs connaissances. Il est vrai que leurs notions grammaticales sont souvent vagues, imprécises et mal fixées, ce qui ne les aide guère ; leur métalangage actif est significativement réduit (exemple : nom/ verbe ; masculin /féminin; pluriel : vocabulaire utilisé spontanément en CM1 au cours d'un premier atelier, à Saint-Etienne). On constate ainsi que, très souvent, ils ne font pas appel à des savoirs, à des règles que nous croyons qu'ils connaissent parce qu'ils les ont déjà étudiées et qu'ils les utilisent lors d'exercices d'application.
Il est clair que la construction d'une capacité orthographique chez les enfants ne peut se réduire à la réception d'un enseignement, fût-il bien structuré : l'activité cognitive des élèves est essentielle à prendre en compte. Un rapport réflexif évolué au langage est nécessaire pour aller vers la maîtrise de l'orthographe grammaticale, en particulier.

L'article souligne, en outre, l'intérêt de cette démarche réflexive de mise à distance de la langue (importance du passage du plan de l'oral-pratique au plan du traitement scriptural-scolaire, cf. Bernard Lahire) et de l'utilisation nécessaire dans cette situation d'une conduite argumentative et justificative. C'est à partir des présupposés théoriques mis en avant dans cet article et après avoir vérifié la possibilité de transposer ce dispositif dans une pratique habituelle de classe, que nous vous proposons les mises en oeuvre concrètes qui suivent.


Le dispositif à travers une séance

  1. Groupe restreint de 4 à 6 enfants en atelier : un groupe relativement homogène semble plus productif ; un corpus de phrases adaptées au moment et au public précis a été élaboré par le maître ; les énoncés sont centrés sur une ou des difficultés; anticipées par l'enseignant. Les élèves travaillent avec des gros feutres sur des grandes feuilles A3 pour que les productions soient lisibles lors de la mise en commun.
  2. Dictée des phrases par l'enseignant : il n'est pas nécessaire de dicter toutes les phrases d'un seul coup ; on peut diviser le travail en plusieurs phases : dictée de 2 phrases, par exemple, et temps de relecture, réflexion et correction; ensuite on enchaîne sur deux autres phrases… Le travail des enfants est individuel. Le maître veillera à bien laisser lors de la dictée le temps nécessaire pour écrire. Une lecture préliminaire du corpus est envisageable avant la dictée elle-même.
  3. Temps de relecture / réflexion : on invite les élèves à se relire, réfléchir ; ils corrigent et entourent quelques mots dont ils sont sûrs / indiquent éventuellement ce dont ils doutent.
  4. Affichage au tableau pour permettre une confrontation : un temps suffisant est laissé pour lire et comparer. L'enseignant ne commente pas.
  5. Echange et réflexion menés sous la tutelle du maître : le maître relance et anime sans donner les réponses. Il est aussi responsable de la validation. A la fin, il transcrit au tableau la graphie correcte de l'énoncé.

Atelier observatoire pour le maître

  • L'enseignant a alors une occasion privilégiée d'observer en action ses élèves ; c'est le moment d'inventorier le métalangage actif disponible chez les élèves; le maître peut aussi repérer les règles mobilisées et la pertinence de leur utilisation. Repérage des zones de difficulté également dans ce qui est aussi un temps d'évaluation diagnostique. Plus généralement, on peut analyser les stratégies argumentatives adoptées.
  • La tutelle et ses difficultés

  • Une tutelle efficace demande de l'habileté : il faut se garder de vouloir aller trop vite et de donner la réponse aux enfants. Il est aussi important de ne pas transformer l'activité en leçon ou en exercice d'application.... Le maître pourra réorienter la réflexion, souligner des points à aborder, inciter à donner des justifications aux propos. Il peut intervenir pour reformuler une remarque.
  • Enrichir et améliorer ce dispositif

    1. Le recours à des outils

      On peut songer de façon cohérente à l'utilisation de grilles, d'usuels et de manuels dans la mise en commun pour alimenter le débat, vérifier et valider des hypothèses.

    2. L'usage de l'informatique

      L'emploi des outils électroniques sur un ordinateur (vérificateur d'orthographe d'usage d'un traitement de texte, correcteur grammatical intégré au TdT ou spécialisé comme le Correcteur 101, Cordial ou Antidote ™) est bien sûr envisageable lors de la phase de mise en commun.


    Rôle du méta- dans les apprentissages de l'orthographe.

    COMPTE RENDU D'EXPERIENCE, CLASSE DE CE2, ECOLE ANNEXE.

    Les deux séances concernaient cinq élèves : Magali, Audrey, Nathan, Xavier et Aurélien. Les enfants disposaient de leur dictionnaire, de leur échelle de mots, L'Artichaut, de leur cahier de leçons et de l'aide mémoire Artichaut. Chaque séance avait une durée approximative de 30 minutes.

    Première séance, 1.12.97

    Les phrases dictées étaient :

    " Mon voisin a une maison entourée d'arbres"
    " L'écureuil monte aux premières branches de l'arbre"

    Les productions des enfants

    Mon voisin a une maison entouré d'arbre. Mon voisin a une maison entouré d'arbres ( 2 fois).
    Mon voisin a une maison entourer d'arbres. Mons voisin a une maison entourer d'arbres.

    L'écureill monte aux premier branche de l'arbre. L'écureille monte au première branches de l'arbre . L'écureile monte au premières branches de l'arbre. L'écureuil monte au première branche de l'arbre. L'écureil monte aux premières branches de l'arbre.

    La négociation graphique

    Elle s'effectuait dès la fin de l'écriture de chaque phrase. Il était par ailleurs demandé aux enfants d'encadrer le mot dont ils étaient sûrs et de souligner ceux sur lesquels ils avaient un doute orthographique. La mise en commun devant permettre de lever les doutes; en parvenant - grâce à l'interaction des échanges entre élèves - à obtenir une orthographie correcte.
    Le rôle du maître était de susciter, entretenir, relancer les échanges verbaux. Au cours de cette première séance, le maître n'a pas introduit de métalangage, les enfants ont procédé par substitution:

    "mon" voisin parce qu'on écrit "mon" père ( référence au dictionnaire)
    "aux premières branches " parce que "les premières branches"

    D'autre part l'analyse de l'accord du participe "entourée" a été résolu par référence à "la maison ". Seul Aurélien a dit que c'était le féminin.

    Constat d'analyse des compétences des enfants:

    Les enfants sont très performants pour manipuler le dictionnaire ou leur échelle de mots mais n'ont pas conscience qu'ils ne sont pas les bons outils pour régler les problèmes d'accord.
    L'aide mémoire artichaut ne leur est d'aucun secours car ils ne savent pas dans quelle rubrique chercher puisqu'ils ne disposent que d'un très faible bagage métalinguistique; ils ne savent pas non plus exploiter les renseignements fournis:
    Pour résoudre le problème de l'écriture du mot "entourée" , l'artichaut cycle 3 donne un exemple très difficile à exploiter: " Fatiguée de sa journée, sa sœur prit une détente bien méritée." Et: "Il aimait cette chemise noire un peu trouée, mais encore jolie malgré tout."
    Par ailleurs dans le document du cycle 2 la phrase modèle proposée semble beaucoup plus adaptée aux capacités d'analyse des enfants: " Vous savourez votre glace préférée."
    La suite de notre travail confirmera que cet outil est plus adapté à l'âge des enfants et qu'il faudrait donc, dans un premier temps, s'en tenir au document du cycle 2 quand on souhaite mettre en place "L'artichaut" dans sa classe.

    Du point de vue de leur propre démarche, les enfants n'ont pas du tout les mêmes façons de s'y prendre: certains réfléchissent longuement avant d'écrire; d'autres préfèrent écrire plus vite et se relire ensuite. Enfin, ce ne sont pas forcément ceux qui s'expriment le moins qui font le plus d'erreurs, et inversement.

    Conclusions de nos observations

    On veillera donc à choisir attentivement pour ce type d'activités les élèves selon leur niveau orthographique mais aussi selon leur capacité à justifier et argumenter au cours du débat orthographique.

    La gestion du groupe d'élèves au cours de cette première séance nous a d'autre part montré toute la difficulté qu'il y a de faire en sorte que chaque élève s'exprime avec la dérive possible que le maître ne valide que les réponses qui vont dans le sens de ce qu'il attend:
    l'atelier de négociation graphique doit-il se résumer en un simple transfert de parole du maître au (bon) élève?

    A l'issue de la séance, nous avons demandé aux enfants de réécrire les deux phrases en ayant le modèle au tableau mais sans autre consigne particulière. D'un façon générale ils ont peu regardé les phrases modèles. Les erreurs avaient totalement disparu sur la première phrase. En revanche , bien que l'on note une amélioration sensible pour la deuxième phrase, certains enfants ont introduit des erreurs qu'ils n'avaient pas faites au cours du premier jet: "premiès" au lieu de "premières".

    On supposera donc que si intéressante que soit cette activité orthographique , elle n'est pas encore la recette magique que vous attendez tous!

    Deuxième séance, le 2.12.97

    Forts de nos observations de la veille nous avons fait les choix suivants:

    1: Vérifier la trace laissée par la séance de la veille en redictant la phrase n°2
    2: Limiter l'usage de l'échelle de mots et du dictionnaire pour centrer les enfants sur la notion d'accord ( G.N et V.) et privilégier l'observation des chaînes d'accord.
    3: Insister sur le métalangage nécessaire ( masculin, féminin, singulier, pluriel, adjectif, verbe)
    4: Placer les enfants différemment et s'assurer que chacun s'exprime.

    Première phrase, déjà dictée la veille:

    " L'écureuil monte aux premières branches de l'arbre."

    Trois enfants écrivent sans erreurs , un écrit "lecureuil", un autre "l'écureiul" alors que ces graphies n'étaient pas apparues la veille. Il subsiste une seule erreur d'accord sur "première": oubli de la marque du pluriel.
    L'analyse de cette erreur amène le maître à faire dire aux enfants qu'il s'agit du pluriel et à l'opposer à la notion de singulier, en nommant le terme.

    Deuxième phrase:

    "Caroline est une fille appliquée"

    Cette phrase a été choisie car elle ne contient qu'un mot difficile à écrire: "appliquée". Le maître le signale clairement aux élèves.
    Les productions des enfants: "appliquè" "apliqée" "abliquée" "apliqué" "apliquer"

    Seul le mot difficile pose problème comme nous l'avions présupposé. Aucun enfant ne produit la bonne réponse et chose extrêmement intéressante, leurs erreurs portent sur les 3 difficultés que pose l'écriture de ce mot: Les deux "p" de "app", la graphie du son [k] et l'accord du féminin.
    Dès la copie par le maître des graphies erronées au tableau, Nathan se corrige de lui-même en disant qu'il a confondu [p] et [b].
    Le problème du "app" et du "qu" sont résolus par le recours à l'échelle de mots.
    En observant le dictionnaire, les enfants constatent qu'on y trouve "appliquer, v." et "appliqué, adj." Et Aurélien annonce : "Ce n'est pas l'infinitif, il faut mettre un "e " parce que c'est féminin."
    Le maître profite alors de cette remarque pour refaire énoncer les mots relatifs à l'accord du genre et du nombre; il les écrit au tableau en mettant en garde les enfants sur la grande difficulté de la dernière phrase à écrire.

    Troisième phrase:

    "Les femmes coiffées de leur chapeau attendaient les bateaux."

    Les productions des enfants:

    "Les femmes coifée de leur chapeaus attendaient les bâteaus."
    "Les femme coifée de leur chapeau attendait les bateaux."
    "Les femmes coifée de leurs chapeaux, attendai les bateaux."
    "Les femmes coiffée de leur chapeaux attendais les bateaux.
    "Les femmes coiffées de leur chapeaus attendait les bateaus."

    Avant l'affichage des productions, les enfants ont pour consigne d'utiliser les outils à leur disposition pour se corriger. Comme prévu, ils n'utilisent que leur échelle de mots et par conséquent échouent pour écrire correctement "attendaient" même si certains parviennent ainsi à rectifier les graphèmes "en ". Il faut que le maître suggère l'utilisation de "l'artichaut" pour que les enfants prennent conscience qu'il s'agit du verbe "attendre" .
    L'affichage des productions au tableau provoque la remarque d'un enfant qui, voyant la graphie correcte de "attendaient", s'exclame: "c'est comme ça que ça s'écrit!" Vérification est faite alors dans l'artichaut, Magali justifie sa production en faisant référence à "les femmes" mais sans dire qu'il s'agit du sujet.
    Pour ne pas alourdir la séance, le maître écrit correctement l'ensemble de la phrase au tableau en provoquant les interventions des enfants sur la justification des chaînes d'accord. Ce travail est conduit très rapidement et les enfants n'ont pas, à ce moment là, le temps de photographier la graphie correcte de la phrase, il n'est fait appel qu'à leur réflexion.

    Les enfants sont invités alors à écrire une dernière fois cette phrase sans regarder le tableau. Les résultats sont très satisfaisants car presque tous les accords sont bien maîtrisés (une seule erreur: "les bateau"), seul le mot "Coiffées" est mal orthographié (oubli d'un "f") c'est d'ailleurs la seule difficulté à ne pas avoir été explicitée au cours de la séquence.

    Conclusions

    Orthographier correctement suppose l'aptitude à faire la distinction entre accord et usage. La maîtrise du métalangage singulier, pluriel, verbe... est inopérante si le scripteur ne repère pas les problèmes liés aux accords.

    Les enfants perçoivent facilement le groupe nominal comme une entité et maîtrisent à peu près les règles d'accord qui lui sont propres, en genre et en nombre.

    Ce qui pose un réel problème, c'est qu'ils ont une très nette tendance à vouloir les appliquer pour écrire le verbe. Il importerait donc , au stade où ils en sont, de se centrer sur la reconnaissance du verbe. Et son accord avec le sujet. Rien d'étonnant à ce que cela constitue le gros travail de structuration qui se met en place au C.E2!

      

    Nous terminerons par quelques recommandations à l'usage de ceux qui voudraient se lancer dans les A.N.G.

    1. Pointer à l'avance les difficultés que l'on veut faire travailler aux enfants, de façon à ne pas s'éparpiller.
    2. Etre très attentif à la constitution des groupes d'enfants.
    3. Ne pas hésiter à faire de la séance d'A.N.G une séance d'appropriation des outils orthographiques.
    4. Veiller à faire mettre en valeur les remarques métalinguistiques des élèves et l'utilisation correcte des mots justes en n'hésitant pas au besoin à en introduire de nouveaux.
    5. Conclure les séances en demandant aux enfants de réécrire une phrase travaillée: ils aiment beaucoup écrire sans erreur.

    J.J. Gaubert, G. Baroux, instituteurs.


    CORPUS A.N.G.

    Ce corpus de phrases à traiter a été élaboré lors d'un stage de Formation Continue par des collègues (Roanne, mars 1998).

    NIVEAU CM1/ CM2

    CM1. Le marchand place rapidement ses bouteilles car il est en retard. C'est à cause des passants trop bavards.
    CM2. Le commerçant balaie devant son magasin et crie : Elles sont belles mes volailles fermières. Deux pour le prix d'une.
    CM1. Mélanie, ma petite caille, il est tard, as-tu sommeil ? Demain, je te réveille très tôt pour terminer ton travail.
    CM2. Mélanie, sacrée canaille, veux-tu bien terminer ton travail sinon demain je te réveille de bonne heure.
    CM1. A l'approche des chasseurs adroits, le lion et la lionne grognent, bondissent et s'enfuient dans la brousse.
    CM2. Tapis derrière les buissons touffus, les terribles félins (que sont le lion et la lionne) épient le chasseur imprudent. En un éclair, ils bondissent et saisissent son fusil.
    CM1. Chaque jour, je descends l'escalier pour ramasser les journaux déposés par le facteur devant la porte. Aujourd'hui, je mets les publicités dans la boîte aux lettres de la voisine.
    CM2. Tous les jours, je peins un peu à l'ombre des pins. Mon modèle s'étend devant moi je crains de ne pouvoir terminer à temps. Quelques gouttes de pluie tombent déjà. Au secours, crions-nous en choeur!
    CM1. Au fond du terrain, la serre abrite des fleurs multicolores et variées. Elle sert aussi à ranger les outils usés du jardinier.
    CM2. 1. Qu'est-ce qu'un croque-mort ? C'est quelqu'un qui mord une personne pour vérifier qu'elle est bien décédée.
    2. Je sers à protéger les plantes tropicales du froid hivernal. Qui suis-je ? La serre.
    CM1. Autrefois, un affreux crapaud qui n'attendait qu'une belle et gracieuse princesse pour se transformer en charmant chevalier, sommeillait dans les coins les plus reculés de la forêt.
    CM2. Autrefois, nous utilisions de belles plumes d'oie et nous copiions d'antiques manuscrits sur des parchemins soigneusement conservés au fond d'une vieille bibliothèque.
    CM1. Des alpinistes expérimentés parvenaient au sommet le plus élevé et faisaient la traditionnelle photo qui fixait dans le temps cet exceptionnel moment.
    CM2. Des alpinistes expérimentés et habiles parvenaient aux cimes enneigées. L'un d'eux rangeait le matériel tandis qu'un autre faisait les traditionnelles photos qui immortalisaient cet exceptionnel moment.
    CM1. Là-haut sur la montagne, un troupeau de brebis broutait paisiblement au milieu des chardons bleus. A la nuit tombée, le berger le rentrait.
    CM2. Là-haut sur la montagne, un troupeau de brebis égarées avançait paisiblement au milieu des fleurs bleues, jaunes et roses, le berger et son chien, partis à sa recherche, revenaient les mains vides à la nuit tombée.
    CM1. En 1492, à bord de Santa Marie, Christophe Colomb atteignait les côtes d'une terre inconnue. Les indigènes l'accueillaient à bras ouverts.
    CM2. Monsieur Seguin n'avait jamais eu de bonheur avec ses chèvres. Il les perdait toutes de la même façon , un beau matin, elles cassaient leur corde, s'en allaient dans la montagne, et là-haut le loup les mangeait.
    CMI. Plusieurs astronautes ont embarqué leur matériel scientifique et, une souris, effrayée à l'idée de monter dans le vaisseau spatial. Ont-ils bien attaché leur équipement ? On n'en sait rien.
    CM2. Un équipage composé de plusieurs astronautes américains, russes et français a décollé dernièrement de la base spatiale. Les ingénieurs ont prévu de nombreuses expériences scientifiques à bord. Lesquelles ?... On n'en sait rien.
    CM1. Les hirondelles sont parties depuis longtemps vers des pays chauds et secs. Elles se sont arrêtées pour se reposer. Sont-elles arrivées maintenant ?
    CM2. Les pauvres petites grenouilles vertes poursuivies par les hérons cendrés, pourchassées par les cuisiniers, sont aussi écrasées par les voitures. Sont-elles condamnées à disparaître ?
    CM1. Les bûcherons ont coupé les arbres qui sont tombés en faisant un bruit effrayant. Ils ont élagué les branches. Elles sont brûlées sur place.
    CM2. Les bûcherons ont coupé d'énormes arbres qui sont tombés en faisant un bruit effrayant et qui ont écrasé dans leur chute les arbrisseaux environnants.
    CM1 L'écureuil a bondi lorsqu'il a senti l'arbre trembler. Il a pris son petit dans sa gueule et il s'est enfui. Le bûcheron, surpris, a sursauté et lâché sa tronçonneuse.
    CM2. Les écureuils ont bondi lorsqu'ils ont senti les arbres trembler. Ils ont pris toutes leurs provisions dans leur gueule et se sont enfuis. Certains bûcherons surpris ont sursauté et se sont blessés avec leur tronçonneuse.
    CM2. Les patineuses et leur entraîneur, angoissés à la veille de la compétition se sont accordés un moment de repos. Chacun d'eux s'est concentré sur cet objectif.
    CM1. Les patineuses et leur entraîneur, à la veille de la compétition sont angoissés. Ils sont concentrés sur cet objectif.

    LES DIFFICULTES CIBLEES

    En conjugaison  : Présent - Imparfait - Passé composé
    Accord sujet verbe : Sujet au pluriel - Sujet inversé - Sujet loin du verbe - Sujets divers: ceux - l'un d'eux - chacun d'eux
    Accord adjectif  : Nom en genre et en nombre
    Homonymes grammaticaux: (a - à; et - est; on - ont son - sont.
    Difficultés avec le pronom complément
    Les participes passés : Avec le verbe avoir  - Avec le verbe être  - Mélange des deux auxiliaires
    L'apostrophe
    Les lettres finales muettes

    NIVEAU CE 2

    Le chaton joue sous la table.
    Les lions sont dans la savane.
    Le petit garçon regarde les bateaux.
    Aujourd'hui dans la classe, un peintre vient.
    On ne fait pas de boules de neige à l'école.

    Les billes tombent souvent de vos poches!
    Les renards et les loups chassent les poules du fermier.
    Mon voisin a terminé le travail dans les champs.
    Ce matin, le froid rougit mes doigts et mes joues.
    Le printemps est une belle saison.

    Les grandes herbes ont poussé trop vite.
    Quand Julien voit son ami, il va vers lui.
    Si vous faites des efforts, vous réussirez.
    Voici le fauteuil où grand-père sommeille.

    Au musée, je vous montrerai plusieurs tableaux.
    La neige est tombée et recouvre le pré derrière chez moi.
    Une abeille dorée butine beaucoup de fleurs parfumées.
    Le facteur distribuera les journaux imprimés hier.
    Par ce froid, tu n'oublies pas de mettre tes gants.
    Quatre nouveaux élèves viendront à la rentrée prochaine.

    Tu as eu des patins à roulettes pour ton anniversaire.
    Grand-mère réussissait très bien les tartes aux fraises.
    Cet hiver, nous glissions en surfant, sur les pentes enneigées.
    Ramassons les pommes de terre et remplissons nos sacs.
    Est-ce que tu viendras à la piscine avec moi ?
    Maintenant, il est temps de prendre ton médicament.
    Toute joyeuse, elle se prépare pour le carnaval.

    Cette année, Sophie et son frère sont souvent allés au cinéma.
    Les enfants qui ont oublié leurs chaussons, enlèveront leurs chaussures.
    Les élèves traçaient et découpaient des figures géométriques.
    Si nous sommes sages, la maîtresse nous racontera un conte merveilleux.

    LES DIFFICULTES CIBLEES