L'organisation du TI chez Patricia Poirier

4 juin 2001 par Patricia Poirier

 

Préparation du plan de travail

Suivant les moments de l'année, les périodes varient entre 2, 3 et 4 semaines. Le nombre de compétences à travailler est de 4 par semaine. Le nombre de fiches proposées est de 3 par compétence.

On arrive donc, par exemple, pour la période en cours (4 semaines) à un total de 16 x 3 fiches = 48 exercices proposés.

Par compétence, les fiches sont numérotées et graduées, ainsi les fiches 3 sont plus difficiles que les fiches 1 et 2.

Les fiches sont soit préparées à l'ordinateur par mes soins en mettant « à ma sauce » des exercices de manuel, soit référence à un n° d'exercice dans un manuel de la classe. On a une dizaine de manuels de français et une dizaine de manuels de maths pour 30 élèves.

Au début de chaque période les enfants disposent de leur plan de travail que nous regardons ensemble avant de commencer.

Les compétences à travailler sont exprimées de manière simple, genre « titre de leçon » (par exemple : technique de la division, trouver les axes de symétrie, l'imparfait et son emploi…) Nous cherchons ensemble les titres déjà abordés précédemment ou une autre année du cycle et nous cherchons dans leur « mémo » (un protège-documents de leçons de référence constitué au long du cycle III) les pages dont ils pourront se servir.

Pendant le TI

Les fiches sont disposées dans des feuilles de couleur (correspondant aux chapitres du mémo)A4 pliées en 2 sur deux grandes tables du fond de la classe : une table pour le français , une table pour les maths avec dessus une pile de livres nécessaires pour quelques fiches. Chaque fiche est proposée en double pour que çà puisse « tourner » avec trente élèves !

Les enfants travaillent dans un cahier d'entraînements qui doit être bien tenu et bien présenté : titre, numéro des fiches, quelques consignes parfois mais peu , la plupart des consignes sont écrites en italique entre parenthèses sur la fiche, code qui signifie pour nous qu'il n'est pas nécessaire de les recopier.

Ils écrivent au stylo mais sont conviés à compléter, répondre ou créer selon les fiches au crayon à papier , ce qui permet une reprise et une correction parfois longue et difficile des erreurs sans avoir trop de ratures.

Correction

Suivant les possibilités des enfants et ma disponibilité, ils me montrent leurs exercices terminés au fur et à mesure. La consigne est un de chaque côté de ma table à la fois. Sinon, ils peuvent commencer une autre fiche en autonomie. Tous les cahiers seront vus le midi et le lendemain ils trouveront dedans s'ils doivent reprendre ou non un de leurs exercices.

Si l'exercice est réussi du « premier coup », j'inscris une étoile sur leur cahier près du titre de la fiche concernée et ils renseignent leur plan de travail idem (moi aussi sur mon tableau récapitulatif). S'il y a des erreurs, j'inscris une demi-croix que je compléterai en croix simple quand l'exercice sera corrigé après un travail personnel ou une demande au bilan ou une aide plus personnalisée de ma part. Si un enfant n'arrive pas à mener une fiche à terme, il doit solliciter mon aide ou celle du bilan et doit passer à une autre fiche en attendant.

Exigences

Par ordre d'importance :
- à la fin de la période, toutes les lignes du plan de travail doivent comporter une croix ou une étoile on ne doit pas prendre une fiche d'une compétence déjà réussie si on n'a pas encore abordé toutes les autres.
- une moyenne de deux fiches par jour (1h) réussies (croix ou étoile)

Evaluation

A la fin de la période, le plan de travail est collé dans le cahier d'évaluation et colorié comme suit : En vert les lignes comportant au moins une étoile, en jaune les lignes sans étoile comportant au moins au croix, en rouge les lignes ne comportant rien ou des demi-croix.

Un petit tableau de 3 cases indique le rythme de travail de l'enfant par rapport au rythme de la classe et à mon exigence de deux fiches par jour. Dans chaque case le nombre d'enfants concernés, une case verte pour une moyenne de 2 fiches et plus, une case jaune entre une fiche et demi et deux fiches, une case rouge moins d'une fiche et demi de moyenne journalière. L'enfant ne colorie que la case qui le concerne.

Patricia Poirier

Article publié dans le Bulletin n°2 (juin 2001)