logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 -Décembre

De: Annick Hélène <annick.helene@free.fr>
À: liste PMEV <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: Re: [PMEV] Organisation
Date : mardi 12 décembre 2000 02:44

Mes remarques sont dans le texte (pour info, j'ai un CE2)...

> "...Pendant les phases de travail individuel, on est censé corriger les
> fiches que les enfants nous montrent.Même en supposant qu'elles soient
conçues
> "courtes" et faciles à corriger, il est difficile de se consacrer aus
> enfants en difficulté. Le défilé est continuel...Si l'on garde les
> corrections pour le soir ( ce qui me semble contraire aux fondements de la
> PMEV), on ne gère pas efficacement les phases de bilans puisque les
> compétences abordées durant cette phase ne correspondront pas forcément
aux
> besoins des élèves..."

J'ai fait les mêmes constatations.Pour limiter le défilé, j'ai choisi de
faire mes fiches sur 2 supports différents : un cahier de TI et des feuilles
A4.
Ce que je veux vraiment voir de près, je le fais faire sur le cahier et les
enfants s'inscrivent avec un numéro d'ordre pour me signifier qu'il
demandent une correction ( "restes" de maternelle : liste des noms d'élèves
et épingles à linge numérotées que l'on prend dans l'ordre ). C'est moi qui
appelle au fur et à mesure, et, si besoin est, je "saute" quelques élèves
pour arriver à ceux qui régulièrement ont plus besoin de mon aide.
Les autres fiches ( qui sont peut-être plus fiches "d'entretien", ou plus
simples car plus routinières), ils les déposent dans une corbeille et je les
corrige lorsque j'ai le temps (récré ou soir).
Cela fonctionne souvent bien , mais j'ai parfois des "ratés" quand trop de
compétences travaillées posent problème...

> "...Je me trouve, d'autre part, confronté à des cas d'élèves qui, au cours
> des trois semaines, n'ont pas travaillé toutes les compétences, ce qui
est
> ennuyeux...."

J'ai aussi rencontré ce problème, mais cela m'arrive moins depuis que j'ai
changé la présentation du plan de TI et raccourci sa durée :
une ligne = une compétence travaillée et, au bout de cette ligne, 2 ou 3
fiches "équivalentes" (approches différentes, par exemple, de la même
notion )
La consigne : avoir au moins une fiche validée (coloriée en vert, orange ou
rouge) par ligne.

Mais j'ai quelques "récalcitrants" qu'il faut suivre de près : ce sont plus
les problèmes d'organisation qu'autre chose qui les gêne. Par exemple, ils
ont fait le "quota" de 8 fiches demandées, voire même plus, (pour info, je
suis à mi-temps sur 2 jours et les plans sont sur 15 jours)...mais n'ont pas
fait attention au fait qu'elles n'étaient pas réparties sur les 8 lignes...
Ceux-là, je les "materne" un peu, leur suggérant les fiches à faire...

>Les évaluations de fin de périodes montrent des résultats non alarmants,
mais ce qui m'intéresse est de >savoir ce qu'ils auraient été sans la pmev
?
> Je suis dans l'expectative. D'autres partagent-ils ce sentiment de malaise
?
> (largement compensé en voyant les changements d'attitude des "mauvais"
> élèves face aux tâches scolaires)

Les résultats sont corrects et comme j'ai repris certaines fiches que je
faisais avant de travailler en PMEV, je n'ai pas remarqué de grosse
différence au niveau des résultats, si ce n'est positive pour les élèves
plus en difficulté.
En tout cas, c'est l'attitude face au travail demandé qui est très positive,
notamment pour les "mauvais" élèves.

Quand au travail à la maison, j'ai remarqué que certains élèves préfèrent
faire certaines fiches à la maison plutôt qu'à l'école.
Quand j'ai demandé à certains pourquoi, ils m'ont répondu : "parce-que mon
papa sait bien expliquer les problèmes", ou "parce-que j'aime bien
travailler tout seul dans ma chambre, je peux mettre un peu de musique..."
ou " J'aime bien travailler avec maman...Elle ne s'occupe que de moi..." et
d'autres réponses qui me paraissaient tout à fait valables... Il est vrai
que les enfants de l'école sont plutôt bien "suivis" par leurs parents...

En fait, du moment qu'au bout, la compétence est acquise, cela ne me gêne
pas outre mesure...

Je leur demande simplement au retour, si je sens que l'aide apportée par les
parents a été très "grosse": te sens-tu capable de refaire un travail
équivalent seul ? Et la plupart du temps, ils ont l'honnêteté de me dire si
réellement ils s'en sentent capables. En cas de réponse négative, je leur
propose de redemander de l'aide au bilan.

Quand aux parents que j'ai reçus individuellement récemment, ils sont plutôt
satisfaits du système: les enfants font leurs "devoirs" plutôt avec
plaisir... Les quelques remarques négatives que j'ai pu avoir provenaient de
parents d'enfants très "brouillons" et mal organisés (ceux que,
effectivement, je suis obligée de "materner" un peu...), pas nécessairement
mauvais élèves...

Ce qui me gêne un peu par contre, c'est toujours ce problème de niveau
sonore ( cette année, en plus, les élèves traînent une réputation de
"bavards" depuis la maternelle !) : il faudra peut-être que je me mette à la
musique comme un colistier le pratique !...

Je lirai avec plaisir d'autres réactions de colistiers...

Annick Hélène

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France