logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 -Décembre

De: Michel Monot <magui@offratel.nc>
À: <listecolfr@cru.fr>
Cc: Liste PMEV <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: [PMEV] Re: devoirs a la maison...NON Eric Lacroix
Date : jeudi 7 décembre 2000 18:39

Eric Lacroix a écrit :

----- Original Message -----
From: "Lacroix Eric" <ericcorinne@wanadoo.fr>
To: <listecolfr@cru.fr>
Sent: Thursday, December 07, 2000 10:59 PM
Subject: Re: devoirs a la maison...NON Eric Lacroix


> Je pense que si l'on part du principe que les élèves les plus lents peuvent
> rattraper le travail chez eux, c'est que l'on ne pense pas que
> l'intervention du maître soit absolument necessaire !
> Si c'est pour finir de colorier un dessin, ok!
> Si c'est pour finir de résoudre un pb en maths, pas d'accord: l'aide du
> maître set indispensable, non?

Je comprends tout à fait tes interogations mais je veux lever une part de malentendu.

Dans le cadre d'un problème de maths en particulier, tu auras souvent intérêt à apporter
ton aide en plusieurs fois, pour débloquer les choses mais en même temps laisser l'enfant
chercher. Or, lorsque l'enfant grâce à ton aide en arrive à un point où il a finalement
compris, pourquoi ne pas le laisser poursuivre où achever son problème "à la maison" ?
Ton aide a été indispensable, mais il n'est plus absolument indispensable que tu sois là
lorsqu'elle a porté ses fruits même s'il reste une part d'incertitude.

Je ne mets donc pas du tout en cause l'aide du maître, qui reste en tout pouir moi LA
référence. J'essaye plutôt, et pour cette raison même je le précise, de la rentabiliser au
mieux, en partant principalement de deux constats :

1) Il est des situations ou l'aide d'un pair peut suffire et devient même à double effet.
Celui qui aide tirera lui même profit de l'aide qu'il apporte car elle l'oblige à
reformuler ce qu'il sait, à prendre de la hauteur. Cette voie est interessante, à
condition qu'elle ne soit pas trop sauvage, qu'elle reste sous le contrôle discret mais
réel du maître. Le temps que passerait le maître à aider tel élève ou tel élève qui n'ont
pas vraiment besoin de lui, il pourrait le passer à aider un autre qui a plus
spécifiquement besoin de lui.

2) Il est aussi des situations où le maître perd pas mal de temps à situer ce qui manque
exatement à l'enfant, où celui-ci est parfois mieux à même de déceler ses manques : en
regardant faire ceux qui savent, en les entendant parler de ce qu'ils font, en leur en
parlant. Le temps que passerait la maître à chercher par où prendre les choses, il pourra
le consacrer à prendre les choses en mains lorsqu'elles ont été clairement identifiées
comme relevant cette fois de sa seule compétence.

Ces deux constats nous ont conduit a définir une alternative au fonctionnement habituel de
la classe, à redéfinir l'intervention du maître en vue et en fonction d'une plus grande
implication de l'enfant dans la construction des savoirs et dans l'acquisition des
compétences majeures du "métier d'élève", ce qui était l'objet de ma première réponse.

Bien cordialement,

Michel MONOT
magui@offratel.nc

"En pédagogie, il n'y a pas d'idées franchement mauvaises.
Ce qui est franchement mauvais, c'est de ne pas avoir d'idées du tout !" (Polya)

Sur une idée de Maurice Reuchlin, la
"Pédagogie de Maîtrise à effet vicariant" (PMEV) :
http://www.offratel.nc/magui
Inscription liste PMEV :
http://www.egroups.com/subscribe.cgi/pedagogie-maitrise

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir
ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France