logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Novembre

De: <jacques.bert@infonie.fr>
À: <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: Réponse : Re: Réponse : Re: [PMEV] Conférence à Bellegarde sous Valserine (Ain)
Date : dimanche 19 novembre 2000 16:55

Un scientifique américain a fait une étude sur des enfants de 5 ans, je crois. L'expérimentateur donnait un bonbon à l'enfant, puis lui disait qu'il devait s'absenter un moment et que si, à son retour, l'enfant n'avait pas mangé le bonbon, il lui en donnerait un autre.
Il a ensuite suivi cet échantillon sur plusieurs années et en a conclu que ceux qui avaient préféré attendre le deuxième bonbon avaient connu, par la suite, une plus grande réussite que les autres.
J'imagine que si pendant une centaine d'années, on expérimente ce test sur des millions d'enfants, qu'on en fait des analyses factorielles pour déterminer l'influence du goût des bonbons, de leur consistance, du timbre de voix de l'expérimentateur, de son " autorité naturelle ", du milieu socio-culturel de l'enfant et de l'expérimentateur, et qu'on règle quelques polémiques qui en découleront, on arrivera sûrement à quelque chose d'aussi fiable, robuste et fidèle que le QI. Qu'on appellera sûrement Quotient Emotionnel ou Quotient de Maturité, ou Quotient d'Educabilité Dynamique. Mais il faudra quand même presque un siècle, comme pour les tests de QI, pour vérifier tout ça.
Quand on sait que le système actuel de sélection des élèves, qui conditionne leur réussite et le niveau des diplômes qu'ils atteignent, est basé, même si on prétend le contraire, sur le milieu socio-culurel des parents, leur aisance financière, leur niveau de diplômes, sans parler des " filières " constituées par les classes d'Allemand première langue ou de latin (très prisées par les enfants d'enseignants en particulier, on les appelle même " classes MAIF " à certains endroits), ainsi que par le détournement des règles d'orientation (dérogations au secteur scolaire, dont les enseignants sont aussi les recordmen), je pene que le QI (à défaut d'autre choses plus confidentielles, ou moins vérifiées) peut être un instrument de correction des erreurs de jugement sur le potentiel de réussite d'un élève., donc un complément très utile. Pour l'instant, l'école se contente de reproduire les inégalités sociales qu'elle prétend combattre, et les enseignants pratiquent un horrible double langage qui consiste à imposer aux autres une sélection dont ils préservent leurs propres enfants.
Il faut savoir aussi qu'une enquête a montré qu'on trouve chez eux beaucoup de tenants de l'idéologie du don, qui consiste à croire que le sort de l'élève est jeté au départ, que l'école n'y peut pas grand chose, et que finalement il n'y a que ceux qui le méritent qui réussissent.
On sait très bien que le QI ne mesure qu'une partie de l'intelligence, mais ce qui peut gêner c'est qu'on sait aussi qu'il mesure surtout le potentiel de réussite scolaire. Voir des enfants de QI élevé échouer à l'école est injuste. Quant à savoir si ce potentiel est statique ou dynamique, peut m'importe. Si quelqu'un court le 100m en moins de 10 secondes, cela révèle un potentiel de médaille d'or. On peut toujours passer sa vie à étudier qui lui met des bâtons dans les jambes pour qu'il ne soit jamais premier, cela ne fait qu'occulter un problème de morale. Et je n'aime pas les moralistes immoraux.
Jacques Bert
N.B : il n'y avait aucune "N" dans ma réponse, mais l'humour passe mal à l'écrit, surtout l'humour à froid :-)

---------- Message d'origine ----------
De : Lebateleur2@aol.com
À : pedagogie-maitrise@egroups.com
Date : 19/11/2000 09:28

Dans un courrier daté du 18/11/00 21:05:47 Heure d'hiver Paris Madrid,
jacques.bert@infonie.fr a écrit :

<< Evaluation de l'éducabilité, position des pierres ? Ca se mesure, ça ?
C'est trop subtil pour moi. >>

Je considère que le QI évalue quelque chose qui est statique
(donc adapté pour les pierres, pas les humains)


Je pense que les outils d'évaluation dynamique comme
le TEDE (test d'évaluation de l'éducabilité)
sont plus adaptés dans une perspective d'apprentissage.

<<Ceci dit, je connais un test beaucoup plus efficace que toutes ces choses
préteNtieuses <<(pourquoi tant de N) ?>>, mais qui est le fruit d'une
recherche scientifique : c'est "le test des bonbons". Tu veux connaître ?.>>

bien sur,
et merci d'avance

Le bateleur
tout décourcis
m'est profitable,
j'ai une réserve de corde
pour les ponts suspendus.

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France