logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Novembre

De: Michel MONOT <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: Re: [PMEV] pmev
Date : dimanche 12 novembre 2000 21:04

En réponse à Françoise Bonnet qui est désormais sur la liste, Eric a écrit :

----- Original Message -----
From: "Eric Vermeulen" <eric-ver@wanadoo.fr>
To: "liste pmev" <pedagogie-maitrise@egroups.com>; <Soizic@pdq.net>
Sent: Monday, November 13, 2000 12:06 AM
Subject: [PMEV] pmev

> J'ai une façon de précéder un peu "brute" (dans le sens de manquer
> certainement de finesse) : je prends ce que j'aurais fait dans une classe
> "frontale", je saucissonne en tenant compte des dates des vacances, de
> certaines mini-périodes qui ne font que 2 semaines au lieu de 3, etc... et
> pour chaque mini-période je me retrouve avec un certain nombre de notions
> explicites à travailler, avec des fiches. Ce qui fait qu'en travaillant
> ainsi on peut très bien passer le relais à un remplaçant, il sait ce qui
> s'est fait auparavant.

Cette façon n'a rien de "brute", elle est "carrée".
C'est ce que l'on faisait autrefois avec les "répartitions mensuelles" dont l'affichage
était obligatoire. On ne respecte plus la durée "mensuelle" qui est trop longue dans notre
système, car il faut avoir en tête, dans une sorte de mémoire de fonctionnement, une
quantité de "fiches" telle que l'on ne peut guère en supporter plus. Et il faut néanmoins
disposer d'un temps assez long pour que les notions reviennent plusieurs fois sur le tapis
surtout lorsqu'elles sont délicates, et que les gosses aient tous des occasions de passer
au bilan.
Mais on ne part pas à l'aveuglette, évidemment. Maîtrise, l'objectif est clair. Que
l'enfant soit heureux en classe, mais qu'il n'ait pas à le regretter plus tard. Qu'il soit
donc heureux sur la base du travail scolaire, car c'est possible si on prend la peine de
s'interroger sur ce qui peut y faire obstacle sans raisons.

> Pour les fiches je suis assez récemment revenu au système
> ciseau-colle-photocopieuse, abandonnant les fiches faites à l'ordinateur,
> sauf pour celles que je crée vraiment moi-même. C'est beaucoup plus rapide,
> c'est bien pour ça d'ailleurs que j'ai le temps de vous écrire aujourd'hui.
> Et pour être sûr que toutes les notions aient fait l'objet de bilans, je
> joue sur le nombre de fiches "obligatoires" : ce sont les fiches qui doivent
> avoir été faites avant de passer aux autres. Avec mon organisation, cela
> représente entre 2 et 4 fiches par notion.

C'est la solution la plus sage, qui vous laisse plus disponible pour la classe elle même.
On peut ironiser sur ce couper-coller, j'en sais quelque chose, mais ce n'est pas un pur
travail de bricolage. On réfléchit quand on choisit ce que l'on va couper, et quand on se
rend compte qu'il faudrait modifier quelque chose, aller chercher dans un autre manuel
pour faire une autre fiche, on peut le faire. C'était très fréquent ici, que l'on utilise
plusieurs manuels.

Il existe aussi des fichiers dans divers domaines, chez Freinet en particulier, chez Accès
aussi, mais je ne suis pas exhaustif. L'important n'est pas seulement une fiche bien
conçue, c'est que la fiche puisse favoriser un bilan interesant. Une fiche trop bien
faire, type enseignement programmé, peut ne pas convenir tout à fait.

> En ce qui me concerne, pour l'évaluation et même le travail proprement dit
> en orthographe, je préfère partir de l'expression écrite, texte libre ou
> avec contrainte. Ceci dit, je ne sais pas aux USA, mais ici ceux qui ne font
> pas de dictées, surtout en CM2, passent pour des enseignants peu sérieux.

Il est certain que l'entrainement intensif à l'expression écrite, même de façon souple et
peu normative, crée de l'intérêt pour l'écrit, une sorte de vigilance devant la forme de
la langue, qui est très utile pour la maîtrise orthographique. Nous avons vu des élèves
passer d'une écriture quasi phonétique à une écriture maîtrisée, et je sais que des
classes, depuis mon départ, ont fortement progressé dans ce domaine.
Alors que le travail sur les catégories textuelles paraissait autrefois difficile sinon
inabordable, il s'est installé aujourd'hui dans plusieurs classes de façon très
satisfaisante. Il semble sur ce point que certaines classes de quartiers populaires
obtiennent des résulats aussi satisfaisants que des classes "frontales" des quartiers
résidentiels. Y compris en "orthographe". Et la PMEV a ici joué son rôle. Elle a permis
aux maîtres d'aller plus loin, grâce à leur ingéniosité, et parce que leurs élèves avaient
sensiblement changé de profil.

Bien cordialement à tous, et bienvenue à Françoise Bonnet.

Michel MONOT
magui@offratel.nc
Pédagogie de Maîtrise à effet vicariant :
http://www.offratel.nc/magui
Inscription liste PMEV :
http://www.egroups.com/subscribe.cgi/pedagogie-maitrise

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir
ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France