logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Novembre

De: Michel MONOT <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: Re: [PMEV] Fin de période, le bilan
Date : lundi 6 novembre 2000 02:24

>>> Il est bien difficile de répondre à cette question importante car il y a quand même un
écart entre le projet et la réalité.

La PMEV améliore les chances de tous mais elle ne rabote pas les différences : il existe
un petit tableau en trois colonnes qui précise cela, avec des schémas que je crois assez
parlants. Je vous le communique à nouveau en fichier attaché : excusez moi, il ne fait que
12 KO en zip.

NDLR : Approche comparée de 3 types d'organisation (pdf - 20 Ko)

----- Original Message -----
From: "eric.guillome" <eric.guillome@wanadoo.fr>
To: "pedagogie de maitrise" <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Sent: Monday, November 06, 2000 10:44 AM
Subject: [PMEV] Fin de période, le bilan


Bonsoir à tous,

<<< Je me pose la question suivante:

Comment optimiser le bilan pour qu'il profite à tous?

Je m'explique:

Les exercices de Ti sont issus de fichiers PEMF et de références d'exercices dans des
livres.
Les enfants s'inscrivent volontairement au cours du Ti pour le bilan qui a lieu au retour
de la récréation. Ils disposent de 2 colonnes maths et français pour s'inscrire.

Le bilan dure de 30 à 45 minutes. il est commun aux cm1 et au cm2.

En début de période, beaucoup venaient au bilan pour des problèmes de compréhension de
consigne. Après un travail sur la consigne et comment elle permettait de prendre de
l'information sur le travail à faire, les interventions au bilan sont tournées vers de
réelles difficultés pour faire les exercices. Les échanges qui ont lieu sont très
intéressants.
Mon problème est que ce sont toujours les mêmes qui interviennent et qui en tirent profit.

>>> Il n'y a pas lieu de freiner ces élèves "doués" mais ....

Il en reste(4 à 5) qui ne participent pratiquement pas, font autre chose, donc leur
travail de TI n'avance pas malgré la mise en place d'un contrat minimal d'exercices à
faire par semaine. D'un bilan à l'autre il ne se souviennent pas ( ils peuvent prendre des
notes dans un cahier de bilan, c'est une demande d'un élève lors de la réunion de vie) des
interventions donc parfois reposent les mêmes questions au bilan suivant, ce qui "énerve"
les autres qui refusent de répondre!!!

>>> .. en revanche, ils sont fautifs de refuser de répondre.
Le schéma que je vous joins le montre : la PMEV profite aux meilleurs. On n'a pas le
rabotage par le bas qui porterait préjudice aux meilleurs, mais au contraire un étalement
des résultats vers le haut, un creusement des différences qui est ce qu'il est : un fait.

>>> Mais nous ne pouvons pas admettre ce creusement des différences au delà de ce qui est
normal. Il est hors de question que les réactions "épidermiques" des bons élèves réduisent
la pente du tracé inférieur de la colonne 3. Dans ce cas, nous serions dans l'hypothèse de
la colonne 1 mais aggravée.
C'est en acceptant de répondre même à des questions déjà posées que nous allons permettre
au groupe des faibles de remonter la pente, pour arriver à ne plus avoir à poser ces
questions superflues ou du moins moins souvent.
C'est une question de civisme, de conception de l'école démocratique, etc.. La loi de la
jungle n'y a pas sa place, sous quelque forme que ce soit.

Mais il faut aussi admettre que nous avons un rôle plus large à jouer. Ne pas se fonder
uniquement sur le volontariat, qui revient à n'interroger que ceux qui lèvent le doigt,
mais imposer à des élèves "moyens" de passer à leur tour au bilan, sur des questions déjà
posées, histoire de garantir une certaine redondance dans la circulation de
l'informations, mais aussi pour donner à tous l'occasion de passer au bilan, de
s'exprimer, de se poser.

Dans nos classes calédoniennes, la dernière semaine était un peu celle des élèves faibles
qui avaient progressé à grand peine mais qui n'en étaient pas moins méritants. Et cette
participation, même tardive, leur donnait de l'importance, réhabilitait leur Moi, les
réintégrait dans leur classe, les rendait ainsi plus attentifs au moment des bilans
suivants.

Même si cette situation n'était pas entièrement assimilable à ce que vous connaissez vous
dans un environnement plus favorable, elle peut quand même éclairer un peu vos
problématiques particulières.


<<< Il est vrai que ces enfants ne sont apparemment pas intéressés par ce qui se passe
dans la classe pas d'intervention au quoi de neuf, difficultés à écrire des textes qu'ils
soient libres ou non, pas ou peu de participation aux travaux de recherches documentaire
ou de sciences...
Lors d'entretiens avec eux c'est bof chai pas..... Pour certains j'ai vu les parents,
d'après eux les enfants sont contents de venir à l'école, pour deux c'est la première
fois!!

>>> Ce sont là de toute façon des points positifs. Mais je crois que ces élèves ne
peuvent retrouver du tonus que si nous forçons sur les compétences du métier d'élève, sans
focaliser trop exclusivement sur les lacunes actuelles. Ils se sentiront différents, plus
"élèves" qu'ils ne le croyaient. et pourront réinvestir peu à peu les domaines qu'ils
délaissent

Mais peut être faudra-t-il pour ceux là reposer le problème en termes de cycles. Le CE2
fait aussi partie du cycle 3, et si le travail sur des fiches d'un niveau un peu plus
faible peut être un moyen de les mettre plus à l'aise, de les amener à s'investir,
pourquoi pas ?


<<< Donc, je suis un peu à court d'idées ( de ruses ?? ) et d'énergie pour que ce qui est
mis en place leur soit profitable à eux aussi.
Comment remotiver ces enfants ? Si vous avez des idées....

Cordialement

>>> Bien cordialement à tous,

MM
____________________________________________________________
Classe de CM1/CM2
26 élèves

eric.guillome@wanadoo.fr

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France