logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Septembre

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Cc: "Liste Freinet" <freinet@cru.fr>
Objet: Re: [PMEV] Evaluation et bachotage
Date : samedi 16 septembre 2000 20:33

Copie à Liste Freinet pour information.

----- Original Message -----
From: Mathias Damour
To: pedagogie-maitrise@egroups.com
Sent: Sunday, September 17, 2000 12:38 AM
Subject: [PMEV] Evaluation et bachotage

Bonjour,

Michel MONOT a écrit:

Oui bien sûr, mais ce n'est pas si simple et une question mérite d'être posée. Si les items
étaient totalement renouvellés, les élèves qui ont "bachoté" feraient ils nécessairement
mauvaise figure ? Je me garderai bien d'en préjuger, et je m'interroge. Les élèves des
"boîtes à bachot", soumis à une pédagogie rétrograde, à une anti-pédagogie même, osé | (?) leur prédire.

Je demande à voir mais c'est possible. Je remarque que les élèves qui sont dans une logique de bachotage ont horreur de la nouveauté, et par exemple d'exercices d'évaluations qui n'auraient "pas été fait" en cours avant.

Les élèves, les parents, seraient en droit de nous reprocher alors d'évaluer sur quelque chose qui n'a pas été "enseigné". Je ne suis pas pour autant contre cette façon de procéder, et c'est même la raison pour laquelle je préconise de demander aux enfants, pour passer au bilan, d'inventer et de fournir autant que possible des exemples personnels et originaux.

C'est difficile pour eux. Au début, cela coince même sérieusement. Progressivement, ils en deviennent capables, et ceux qui ont bien compris, intuitivement, notre attente, arrivent même à faire des prouesses en fin de période surtout. Ce sont des élèves qui ont déjà acquis une certaine aptitude à la divergence, à la pensée latérale, mais il est bon de travailler un peu cette aptitude qui n'est pas ans intérêt, qui est une des caractéristiques de l'intelligence, et qui nous permet d'élargir nos évaluations. Mais prudence quand même, ne cherchons pas trop à évaluer dans nos évaluations "régulières" cette aptitude particulière. Contentons nous de la développer.

Lorsqu'il bachote, l'élève pense t il ou non ? Mémorise-t-il des élements qu'il ressortira un peu au bonheur la chance le jour de l'examen ou bien fait-il quand même un peu plus - mais quoi ? - qui finit par "payer" ?

Quel plus ? Le plus stratégique : apprendre pour l'évaluation, en pensant à ses modalités, et quitte à oublier après cette évaluation.

C'est un cas fréquent, mais qui tend à s'estomper de luii même, si on joue bien, me semble-t-il.

Ou le plus de reflexion, de "développement intelectuel", largement supposé chez ceux qui ont "fait des études" bien que ces études ai consisté souvent pour l'essentiel à bachoter

Tu touches du doigt le problème. Ils ont "bachoté" mais ils s'en sont bien sortis. Le cerveau humain, à la différence du cerveau des animaux moins "développés" et de celui des ordinateurs programmés, a cette faculté de pouvoir travailler sur le mode bachotage pour s'en libérer ensuite. Ne tombons pas pour autant dans l'excès : si nous flirtons avec une dimension qui peut paraitre, extérieurement, du bachotage, nous le faisons toujours en redonnant aussitôt la main à la boîte noire. Le bilan favorise une redondance qui n'est pas tout à fait de l'ordre du bachotage : il introduit des différences d'éclairage que le rabachage ne connait pas, il joue délibérément sur des allers et retours de sens que le bachotage peut aussi permetre mais plus tardivement, plus aléatoirement, et seulement à la discrétion de l'élève. Nous pensons que nous devons au contraire travailler délibérément cette dimension.

Et qu'est-ce que le bachotage, sinon un apprentissage par entraînement soutenu et rapide, mais aussi par prises d'indices sur les "corrigés modèles" immédiatement réinvestis dans une autre phase d'entrainement, etc...

En effet le bachotage est défendable en tant qu'entrainement mené rationnellement, (en ces temps de jeux on voit une comparaison) et basé entre autre sur des corrigés ou exercices résolus.
Ce serait un progrès ou un complément aux simples leçons données et à apprendre, auquel cas l'élève est livré à lui-même pour transposer ces leçons vers les épreuves. (comme au lycée rédiger une dissertation de français ou d'histoire sans en avoir jamais vu).

C'est un peu mon approche, comme je l'ai dit plus haut en d'uatres termes.

Mais on donne aussi au mot bachotage le sens de mémorisation brute.
La question soulevée est que l'évaluation au niveau nationnal pourrait susciter le bachotage au sens péjoratif.

Tout à fait, et je pense que la PMEV permet de réagir contre cet écueil avant que l'on ne nous impose des évaluations à l'américaine telles qu'Hélène Gresso les évoquait il y a peu sur la liste Freinet.


Comment cet écueil est-il évité si l'enseignant pratique une évaluation au niveau de sa classe ?
Si un enseignant préfère son évaluation uniquement parceque c'est la sienne, il reste à voir ce que ça donne au niveau des élèves (poussés plus ou moins vers le bachotage, ou à répondre aux attentes des enseignants)

Il faudrait pouvoirnjugervsur des situations et des exemples concrets, car il doit y avoir sur le sujet une palette de pratiques assez large.

Il est possible même qu'il y ai un certain aveuglement sur le bachotage de la part d'un enseignant qui évalue ses propres élèves.

On m'a cité le cas d'un professeur de lycée (encore) qui disait "Je ne veux pas retrouver mon cours dans vos copies", pour finalement donner la meilleure note précisément à celui qui le récitait le plus fidèlement.

On m'a même dit que c'est pareil en fac ! Mais sans doute pas général, n'esagérons rien. Alors, entre les reproches que l'on a pu adresser à Freinet d'une part au motif d'une libre expression "exacerbée", et celui que l'on adresse au "bachotage" sans instruction prélable du procès, nous devons nous débrouiller. Mais Freinet nous a laissé assez de matière à traiter pour que l'on puisse avancer sans rop de risques de nous égarer.  Et Gaston Berger cette signature que Freinet eu sans doute revendiquée aussi.

Bien cordialement,

Michel MONOT
magui@offratel.nc
Pédagogie de Maîtrise à effet vicariant :
http://www.offratel.nc/magui
Inscription liste PMEV :
http://www.egroups.com/subscribe.cgi/pedagogie-maitrise

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

 

A bientôt !

Mathias

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France