logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Septembre

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: Re: [pedagogie-maitrise] Re: Finkielkraut
Date : mardi 5 septembre 2000 09:02


Ne nous y trompons pas, le débat Meirieu / Finkielkraut est difficile. Il va au delà du
choc de deux personnalités, au delà aussi de la simple querelle entre les "pro" et les
"anti" Allègre, ou celle entre "républicains" et "pédagogistes".

Je n'ai pas la prétention de dominer un tel débat, il s'en faut de très loin. J'ai
seulement le sentiment, la conviction peut être, que nos références spécifiques (Reuchlin,
etc..), qui sont peu répandues, nous placent dans ce débat, sans que nous l'ayons cherché,
un peu en porte à faux. Position de normand dira-t-on ? Peut-être après tout. Mais peut
être aussi sur une ébauche possible de troisième voie, ou de synthèse.

Je reviens ici sur quelques propos - quelques uns seulement - de Mathias Damour.

----- Original Message -----
From: Mathias Damour
To: pedagogie-maitrise@egroups.com
Sent: Tuesday, September 05, 2000 9:20 AM
Subject: [pedagogie-maitrise] Re: Finkielkraut



M. Damour .- Comment ces élèves "favorisés" arrivent-ils à tirer avantages de tous les
défauts de l'école ? (Est-ce vraiment le cas.)

MM. Ce n'est pas vraiment le cas, et c'est bien là qu'est le problème. Quand défauts il y
a, ils sont moins absolus que relatifs. L'école est bien faite, en gros, mais elle n'est
pas faite pour tous, ou pas assez bien faite pour tous.

Pour parler de façon un peu simpliste sans doute : ceux qui ne sont pas au préalable bien
formatés par leur milieu vont avoir du mal à s'intégrer. Pour eux, l'école est
défectueuse.

Pour les autres, les biens formatés, elle est tout à fait satisfaisante, ou peu s'en faut.

En simplifiant, on pourrait à parir de là résumer les positions de Meirieu et de
Finkielkraut :

1) Pour Meirieu qui, sans le dire vraiment, voit les choses surtout sous l'angle du
collège, il faudrait nous adapter à ces enfants mal formatés pour les ramener peu à peu,
si possible, dans l'axe du projet initial de l'école républicaine.

2) Pour Finkielktaut, il ne faut surtout pas toucher à l'école sous prétexte que ..
etc..etc.. Pour lui, qui ne se veut pas du tout inhumain, la meilleure façon de faire de
l'humanitaire serait encore de rester solidement planté dans une vision humaniste de
l'école, l'idéal étant que tous les élèves trouvent leur place dans l'école telle qu'elle
est, sans ces gadgets que les pédagogistes y ont introduits et qui ne font qu'aggraver le
problème.

Dialogue de sourds, caricaturé bien sûr mais respectueux en tendance.

On voudrait bien que Finkielkraut ait raison mais la réalité est ce qu'elle est, d'ou le
travail de Meirieu et de quelques autres. On voudrait bien que Finkielkraut refasse le
parcours de Meirieu pour nous montrer son chemin à lui, mais ce n'est là qu'un rêve...

Reste que la PMEV, je veux dire la bizarre suggestion de Reuchlin, nous rapproche un peu
de ce rêve. A moins que, là aussi, je ne rêve...

M. Damour. - Peut-être que dans certains cas au contraire, avoir appris à émettre un
jugement critique par son environnement familial est un handicap lorque les épreuves
scolaires ne consistent qu'à ressortir le cours, et je pourrais trouver bien d'autres
contre-exemples de ce type.

MM. Tu as tout à fait raison, même s'il ne peut être question de généraliser. La pédagogie
s'est peut être dégradée, un peu devant la difficulté de la tâche et un peu aussi pour
répondre aux injonctions hiérarchiques de programme à respecter, etc.. etc.. Les critiques
adressée à l'école sont sévères, souvent injustes, mais il est aussi des cas attristants,
et je ne parle pas ici de négligences magistrales, mais bien de dysfonctionnement plus
profond.


M. Damour. - Ce reflexe d'accompagner chaque dénonciation d'une pratique pédagogique de
l'argument selon lequel elle accentue les inégalités me semble trop automatique. Souvent
les échecs induits sont répartis assez aléatoirement parmis les élèves.

MM. Tu as raison là encore. Resterait à comprendre pourquoi exactement. Des enfants
défavorisés peuvent réussir, précisément parce qu'ils peuvent avoir une forte attente
devant l'école, que des parents de milieux modestes, notamment immigrés puisque la chose a
été étudiée, peuvent très bien assurer un bon formatage. Sans perdre de vue les résultats
mis en évidence par Lautrey et que nous avons essayé de récupérer.

M. Damour.- Tout le monde a à gagner à la rénovation pédagogique et ce serait la
meilleure réponse à faire à Finkielkraut que d'en convaincre aussi des "parents instruits
et avisés de la bourgeoisie".

MM. Je partage là encore ton avis. Ces parents avisés sont d'ailleurs souvent demandeurs
de pédagogie Freinet, par exemple. Quand à la PMEV, pour ce que j'ai eu à en connaitre,
ils l'ont aussi bien acceptée, et peut être même encore mieux : un de nos maîtres, qui
avait démarré en ZEP, a depuis migré dans une école de l'Anse Vata, le quartier chic de
Nouméa, et il a conservé toutes ses pratiques de ZEP.... Cela donne en Sixième des classes
à 60% de félicitations ou peu s'en faut. Bien sûr, l'origine socio-culturelle joue, mais
sans doute encore plus qu'avant. Dans un quartier périphérique moins favorisé, les
retours de sixième avaient de même montré peu de temps avant mon départ une montée en
puissance certaine des résultats. Et les témoignages des uns ou des autres, faute de
mesures précises, vont encore dans le même sens.

Michel MONOT
magui@offratel.nc
Pédagogie de Maîtrise à effet vicariant :
http://www.offratel.nc/magui
Inscription liste PMEV :
http://www.egroups.com/subscribe.cgi/pedagogie-maitrise

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir
ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France