logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Septembre

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: "Liste Freinet" <freinet@cru.fr>; "Philippe BERTRAND" <philippe.bertrand@freinet.interpc.fr>
Cc: "Liste Ecoles" <listecolfr@cru.fr>; "Liste PMEV" <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: [pedagogie-maitrise] Re: FREINET: SOS pédago
Date : lundi 4 septembre 2000 20:05


Philippe Bertrand a écrit en réponse au SOS de Nathanalie Chaumeron :

----- Original Message -----
From: Philippe BERTRAND <philippe.bertrand@freinet.interpc.fr>
To: <freinet@cru.fr>
Sent: Monday, September 04, 2000 1:10 AM
Subject: Re: FREINET: SOS pédago


| Pour ma part, j'ai choisi de mettre en place un plan de travail afin que les
| enfants l'aient comme un outil pour organiser leur travail personnel et
| leurs différents projets.
| C'est l'acception, pour moi, du mot "plan".
| Je sais que d'autres (dont moi à une autre époque) l'utilisent plus comme un
| CONTRAT de travail passé entre les enfants et le maître/les parents/le
| groupe (tu choisis). Il y a eu un débat là-dessus il y a qqs mois. Cette
| notion de contrat est fort discutable : un contrat, on doit être libre de ne
| pas le signer. Est-ce le cas de nos élèves ?
| D'autres encore (même remarque) l'utilisent comme un BILAN : j'ai fait une
| fiche, je fais une croix. A la fin de la période, on compte. Je tombe
| souvent dans ce piège avec mon système, surtout quand j'ai affaire (depuis
| qqs années, ça ne fléchit pas) à des parents angoissés et peu confiants.
| Je dis bien piège car c'est un dévoiement - genre "Big Brother is watching
| you" - d'un outil d'autonomie. Je vois les mêmes écueils virtuels dans la
| logique des arbres de connaissances.

Organiser son travail personnel ?

Il faut le vouloir et il faut le pouvoir.
Savoir ce que l'on a à faire est une chose. Disposer des éléments qui vont permettre de
s'organiser et d'avancer en est une autre.
Le maître est là pour les apporter certes, mais il lui est difficile de toujours bien
savoir ce qui manque. L'enfant est parfois plus à même de le découvrir lui même si
l'environnement de la classe le permet ou mieux, s'il est organisé à cet effet, s'il
existe à l'emploi du temps un créneau spécifique d'échanges, de lisibilité des
cheminements efficaces.

Utiliser le plan de travail pour un BILAN ?

De même que les termes mathématiques souffrent d'avoir déjà un sens dans le langage
courant, le mot BILAN peu prêter à confusion ou même à désinformation.

Je fais une fiche, je mets une croix, et à la fin de la période on compte....
Cette vision quasi statiticienne ne peut mener à rien de très interessant. Elle donne du
travail en cours une image extérieure supeficielle, une de ces évaluations sommatives qui
nous encombrent tant, qui dénombre mais n'éclaire rien, qui a peu à voir avec le plus
important pour nous : ce qui se passe dans les boîtes noires.

Le BILAN, tel que je le conçois, n'a rien à voir avec l'évaluation sommative, hors le fait
qu'il va la servir en lui permettant d'enregistrer au bout du compte de meilleurs
résultats.
Le bilan doit relever de l'évaluation formative pour le maître, formatrice pour l'enfant.
Dans le langage économique, on fait le bilan pour analyser en détail les résultats d'une
situation que l'on sait et que l'on veut évolutive, de façon à pouvoir mieux maîtriser son
évolution.

Mutatis mutandis, c'est la même chose en pédagogie. Pour le maître, il s'agit de "pouvoir
observer et comprendre ce qui se passe dans les apprentissages". On fait ça sur le tas
certes, mais on peut aussi plus spécifiquement ménager un créneau à cet effet, un créneau
pour l'évaluation formative. Il n'est pas difficile de comprendre que ce créneau ne sera
pas réservé à l'usage personnel du maître : les enfants y seront nécessairement acteurs
mais aussi - et l'on rejoint là la nécessité pour eux de l'évaluation formatrice -
observateurs, par la force des choses. Ce créneau répondra ainsi au besoin que j'évoquais
au début de ma réponse : celui d'un créneau spécifique d'échanges et de lisibilité des
cheminements efficaces.

Cette approche se situe dans la logique définie par Freinet : laisser l'enfant choisir son
travail. Non par démagogie, mais pour le conduire à analyser sa tâche, ce qui implique de
lui fournir régulièrement des éléments nouveaux d'information qui vont lui permettre de
pousser effectivement cette analyse, et c'est là le rôle du BILAN, hors de tout souci
immédiat de statistiques.

Il vaut mieux un PLAN de travail qu'un simple "contrat" en effet, qu'il soit accepté ou
non, car les programmes sont là auxquels on ne peut pas échapper, sauf à faire courrir à
l'enfant de graves risques.

Mais qui dit PLAN dit aussi MOYENS. Je parle ici de moyens non pas financiers, mais
intellectuels, mis à disposition de ce travail particulier qu'est l'apprentissage. Savoir
où l'on doit aller, avoir une représentation précise du but à atteindre, mais avoir aussi
une petite idée des moyens que les autres ont utilisé lorsqu'ils y sont parvenus. C'est
assez important pour mériter un temps de classe particulier, qui permettra aussi de
"prendre la parole à bon escient", d'entraîner à l'écoute non par l'exhortation mais en
jouant sur le besoin d'informations et de mises au point, etc...

Faute de quoi, on laisse les enfants pédaler dans la semoule, ce qui n'a rien à voir avec
le tâtonnement expérimental et donne une idée inopportune de la Pédagogie Freinet.

Michel MONOT
magui@offratel.nc
Pédagogie de Maîtrise à effet vicariant :
http://www.offratel.nc/magui
Inscription liste PMEV :
http://www.egroups.com/subscribe.cgi/pedagogie-maitrise

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir
ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France