logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Juillet

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <freinet@cru.fr>
Cc: "Liste Ecoles" <listecolfr@cru.fr>; "Liste PMEV" <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: [pedagogie-maitrise] Re: FREINET: Gestion des apprentissages, évaluations... besoin d'aide
Date : vendredi 28 juillet 2000 19:46

Alain Jourdan a écrit :
----- Original Message -----
From: Alain Jourdan
To: groupe FREINET
Sent: Saturday, July 29, 2000 12:27 AM
Subject: FREINET: Gestion des apprentissages, évaluations... besoin d'aide

Par rapport à celà je suis entièrement d'accord pour admettre que ma programmation est beaucoup trop rigide et je ne le reprendrai pas en l'état à la rentrée.

Je pense ne plus fonctionner par périodes, afin de d'encore plus respecter le rytme de chque enfant.

Sois quand même prudent et souviens toi de Feuerstein : ne m'accepte pas comme je suis !
Ce serait aussi trahir Freinet : son "école populaire" n'a jamais eu pour vocation de transformer les classes sociales en castes, de favoriser la "reproduction", d'aggraver les déterminismes sociaux et d'enfermer les enfants dans leur culture d'origine.

La notion de "rythmes individuels" est piégée si nous ne la décortiquons pas. Certains enfants sont "lents" parce que les conditions d'apprentissage ne leur permettent pas de se libérer de ce qui détermine leur lenteur, privés d'une médiation qui leur permettrait de mieux se prendre en charge.

C'est tout cela que Freinet avait bien vu et que nous pouvons voir encore mieux aujourd'hui si nous intégrons certains apports plus récents :

a.. L'enfant aime choisir son travail (Inv. 7) mais il a surtout envie de réussir (Inv. 10). En le laissant choisir son travail, nous l'obligeons à l'analyser, et ce travail d'analyse va le préparer et l'aider à réussir.
b.. Cette habile concession pédagogique relève de la médiation pédagogique chère à Brunner et à toutes les mamans du monde : donner un peu - c'est si féminin ! - pour obtenir plus. Elle vise à provoquer un effort, à développer en particulier ses capacités d'analyse en vue d'une meilleure insertion scolaire et sociale, ce que n'ont pas assez bien vu (ou trop bien ?) les anti-Freinet.
c.. Mais ce travail d'analyse ne peut se faire ex nihilo. Il suppose que l'enfant ait constamment à sa portée tous les éléments de cette analyse, ce qui est l'affaire du maître, de ses interventions mais surtout de la manière dont il organise le travail, le temps scolaire, etc.. pour éviter d'avoir à intervenir trop souvent.

Mais j'ai besoin de comprendre :

- Comment fonctionnez vous concrètement dans votre classe en terme de contenus, de suivi des élèves, de corrections, d'évaluation (comment, quand, à quelle fréquence, quelle part d'auto évaluation...)

Je te renvoie à la "PMEV", qui n'est à bien des égards qu'une relecture de Freinet. Elle organise la classe en fonction des exigences évoquées ci-dessus pour entrer dans les programmes par les compétences "transversales" du "métier d'élève" : entrainement à l'écoute, prise de parole, analyse de la tâche, gestion du temps de travail, persévérance, etc..

- comment traduisez vous les acquisitions des enfants par écrit, puisque (sauf erreur) il le faut bien. Livret d'avaluation, de quel type?

L'acquisition des compétences générales est difficilement programmable et évaluable sur le temps court. Elle relève d'un travail de longue haleine pris en charge via l'organisation de la classe et laisse ainsi le champ libre pour focaliser sur les acquisitions notionnelles et limiter à celles-cis les compte-rendus d'évaluations.

- Si vous suivez totalement la vie de la classe, comment celà se traduit il au quotidien, et dans le temps?

La vie de la classe, c'est la vie présente, passée et à venir des éléments qui la composent, et pas seulement les petits incidents de la vie de tous les jours, les modes, l'occasionnel, le conjoncturel, le zapping quotidien dans lequel nous tombons inévitablement si la "part du maître" se réduit au suivisme.

- Arrivez vous à savoir si vous êtes dans les temps (dans les temps de quoi me direz vous, puisqu'un enfant est un être vivant et non un cahier blanc à remplir en un temps donné), mais tout de même, les I.O existent, et demandent un certain contenu par cycle, donc qu'on le veuille ou non un minimum aussi chaque année, alors tenez vous compte un minimum des programmes, ou pas du tout?

"Etre dans les temps" .... Obsession si lourde à porter qu'elle conduit au "rien à foutre", mais obsession largement inventée par le système, par la "scolastique" aurait dit Freinet. Dès que l'on en revient à l'apprentissage "naturel", c'est à dire à l'apprentissage par analyse des situations et prises d'indices sur ceux qui ont acquis une maîtrise ou une certaine avance, cette obsession s'atténue puis disparait en grande partie car les apprentissages cessent de patiner plus que de raison. On retrouve le temps de faire aussi autre chose sans mauvaise conscience, sans avoir l'impression de se disperser.

Au fil du temps, j'ai l'impression que ma classe se transformera de plus (elle l'est je crois un peu déjà, mais un peu seulement) en lieu de construction des savoirs, lieu dans lequel les enfants viendront dans le but de construire eux même leurs savoirs, en tenant compte de leurs envies, de leurs projets, et avec à disposition des enfants : les autres enfants, différents outils, documents, autres intervenants... et moi en coordonnateur. Ce qui signie une organisation de classe à dominante d'ateliers, de groupes de recherches, de présentations d'expériences, avec des temps choisis, des contrats de travail.....

Je ne rêve que d'une chose : m'approcher le plus possible de ce type de fonctionnment. Mais tout celà est loin d'être simple.

C'est loin d'être simple en effet et c'est même "complexe", au sens moderne du terme qui nous invite à gérer la complexité et l'hétérogénéité. Le traditionnel découpage des séquences en fonction des temps officiels attribués à chaque matière du programme me parait de plus en plus une hérésie car il ne suffit pas de découper le temps pour remplir son contrat envers les programmes.

Alors que tous ceux et toutes celles qui ont des infos et ou des conseils à me donner n'hésitent pas, quel que soit leur niveau d'enseignement, même si ce n'est pas le CP. Le niveau me semble en la matière beaucoup moins important que la démarche.

(..)

Bien cordialement,

Michel MONOT
magui@offratel.nc
Pédagogie de Maîtrise à effet vicariant (PMEV) :
http://www.offratel.nc/magui

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France