logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Mai

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: Re: [pedagogie-maitrise] criteres de reussite
Date : mercredi 10 mai 2000 07:21

Eric nous fait entrer de plein pied dans un débat épistémologique de haut intérêt.

----- Original Message -----
From: Eric Vermeulen <eric-ver@wanadoo.fr>
To: <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Sent: Wednesday, May 10, 2000 8:42 AM
Subject: [pedagogie-maitrise] criteres de reussite


| C'est un problème qui finit toujours par surgir dans tous les domaines des
| sciences humaines, où on ne peut pas s'appuyer sur la comparaison "toutes
| choses égales par ailleurs" de 2 échantillons indépendants. On pourrait à la
| limite imaginer un test statistique pour comparer ces 2 échantillons (ces 2
| classes), mais il faudrait déjà choisir les critères, choix sur lequel
| toutes les discussions seraient alors possibles.

On dira peut-être que la pédagogie est plus un "art" qu'une "science" au sens strict,
comme d'ailleurs la médecine, mais c'est quand même dans les deux cas un art évaluable,
accessible au moins en partie à la mesure. Le débat est néanmoins pertinent car la
pédagogie relève effectivement des sciences dites "humaines" alors que la médecine relève
plutôt des sciences "dures".


| En sciences humaines, pour valider une hypothèse, on a recours à un
| raisonnement en 2 étapes :
| - la cohérence interne : est-ce que ce que j'avance est "logique" ? C'est
| notre professionnalisme qui, à la lecture du site de Michel Monot, nous a
| fait valider ces hypothèses avant que nous les ayons expérimentées.
| - la cohérence externe : est-ce qu'il y a cohérence avec tout ce qui a été
| publié sur la question (là ce sont toutes les références théoriques que nous
| rappelle Michel Monot) ... et avec les faits : ce que nous disent les
| élèves, les parents, les évaluations, et nos collègues curieux qui veulent
| bien s'intéresser à la question. Pour ma part je n'ai pas encore vu d'alarme
| s'allumer.

Démonstration magistrale !... Tu es dans le vif du sujet. Sans cette cohérence interne et
externe, nous ne serions pas allés bien loin et le site n'existerait pas, mais tu touches
là un problème qui n'est pas pour autant clair pour tout le monde. Même pas pour des
"responsables" qui ont toujours de bonnes raisons d'avoir des doutes et que ton
raisonnement laisserait aussi froids qu'un prêche de "gourou" ou un regard d'enfant en
difficulté. Tes conclusions après une courte annnée de pratique sont également les miennes
après quelques six années et plus de pratique active, et bientôt quatre autres
d'observation passive, soit dix années de recul... mais pas de reculade. On ne peut pas
empêcher une bonne idée de faire son chemin disions nous parfois, et hors l'idée du sigle
qui n'est pas très porteuse mais qui voulait néanmoins être "cohérente", le dispositif,
sans tenir de la baguette magique, tient toujours la route et s'améliore même ou se
conforte au gré de vos réflexions.

Ici même, malgré les efforts tentés pour démolir insidieusement le système en dépit de sa
cohérence et du droit à la liberté pédagogique ("Je n'inspecterai que des leçons !"),
l'affaire poursuit son cours et sans clignotants au rouge. Le texte de E. Bautier est venu
répondre à ceux qui avaient tenté de jouer, sur un autre registre, la carte des catégories
textuelles, que quelques maîtres en effet, dans notre contexte linguistique particulier,
avaient parfois un peu perdues de vue, ce qui était alors bien sûr de la faute de la PMEV
même si cela ne concernait que quelques cas. Les raisonnements par amalgamme et autres
trompes-couillons classiques des discours partisans ont toujours été vivaces, mais la
PMEV - signe de cohérence - a bien résisté.

| Que dire si on veut diffuser la PMEV ? A nos pairs à mon avis pas grand
| chose de plus que la montrer. Les bénéfices semblent faciles à concevoir
| pour des enseignants.

Ce n'est hélas pas le cas partout et Anne Olga, si j'ai bien lu son message auquel je vais
maintenant répondre, en sait quelque chose.

Amicalement,

MM



| Eric Vermeulen
| Briançon (05)
|
| cycle 2 (11gs + 7cp + 5 ce1), les ce1 et les cp seulement en pmev
|
| eric-ver@wanadoo.fr
| l'école de Puy-Saint-Pierre
| http://perso.wanadoo.fr/ecolepinet/siteecole/
| la pédagogie de maitrise à effet vicariant, experience en cp et ce1 :
| http://perso.wanadoo.fr/ericver/
|
| -----Message d'origine-----
| De : C&N Berger <nathanael.berger@wanadoo.fr>
| À : liste PMEV <pedagogie-maitrise@egroups.com>
| Date : mardi 9 mai 2000 18:19
| Objet : [pedagogie-maitrise] Re: Retour de colloque
|
|
| >Bonsoir,
| >
| >Au delà du sigle, ce qui me gêne dans la diffusion de la PMEV, c'est le
| >manque de "critères de réussite".
| >
| >Quand on passe de pédagogie "..." à PMEV dans la même classe, au moins dans
| >la même école, avec à peu près le même public, on peut comparer plus ou
| >moins subjectivement les effets des deux pédagogies. Il y a un avant et un
| >après. Mais quand il s'agit de comparer en temps réel une classe PMEV à
| une
| >autre classe non-PMEV, sur quoi se base-t-on? Dans une école donnée, à un
| >instant donné, quels sont les critères qui peuvent montrer ce que la PMEV
| >apporte de plus aux enfants?
| >
| >Si on veut diffuser la PMEV ne doit-on pas d'abord s'attacher à trouver ou
| >construire des critères fiables et évaluables, qui ne soient pas des
| >critères d'évolution dans le temps mais des critères pertinents à un
| >instant donné?
| >
| >Cordialement,
| >
| >Nathanael Berger
| >Lyon (69)
| >nathanael.berger@wanadoo.fr
| >
| >Enseignant en école primaire cycle 2
| >http://perso.wanadoo.fr/nathanael.berger/pedagogie/

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France