logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Mai

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: Re: [pedagogie-maitrise] efficacite
Date : mercredi 10 mai 2000 06:01

Nathanael avait écrit en conclusion de son message :

"Ceci dit, les enfants ne sont que des enfants, ils ont peut-être besoin de
ce jeu là. En tout cas ca marche!"

Cette phrase laissait penser que le système mis en place par sa collègue n'était pas aussi
"dur" que le suggérait la première partie de son message. Les enfants aiment le jeu, le
challenge, et utiliser cette dimension parallèlement à l'outillage spécifique de la PMEV
ne me paraissait pas en soi extravagant. Mieux, le "sérieux" des élèves travaillant en
PMEV m'a parfois été presque reproché, et si je le pense assez justifié pour ne pas lui
préférer une pédagogie à caractère ludique ou animatoire, je n'irais pas jusqu'à contester
un habillage moins austère si....

Si.... ? Sans entrer dans le détail, il me manque ici de percevoir la personnalité de
l'institutrice. Son système peut relever du jeu au sens propre, de quelque chose de joyeux
et de partagé, ou bien cacher au contraire sous un montage prétexte un activisme
pédagogique soutenu. Difficile de trancher sur de simples impressions, mais je penche un
peu pour la version "optimiste" puisque, dit Nathanael, "ça marche", mais j'aurais besoin
de quelques minutes dans la classe pour en avoir le coeur net.

Dans le doute, la réserve de Nathanael me parait importante : idéologique ou pas - je
dirais d'ailleurs plutôt "philosophique" - le risque d'induire ou de renforcer chez
certains élèves une représentation négative de soi mérite d'être surveillé d'autant plus
étroitement que la PMEV, et notamment le recours à l'apprentissage vicariant, avait
précisément pour fonction de l'éviter.

Ce que Bandura appelait "l'expérience vicariante", c'est à dire "l'opportunité de pouvoir
observer un individu similaire à soi-même exécuter une activité donnée", en ce qu'elle
constitue "une source d'information importante influençant la perception
d'auto-efficacité", recoupait évidemment nos préoccupations centrales de prises d'indices
notionnels. Nous en parlons plus rarement dans nos échanges, mais cet aspect du problème
n'est pas négligeable.

Ce message de Nathanael et la réponse d'Eric apportent me semble-t-il un nouvel élément au
débat sur le changement éventuel de dénomination. Bien sûr, on peut assimiler en quelques
minutes la conduite particulière d'une classe selon la PMEV, cela par une simple visite de
classe, et je suis bien conscient en outre que notre éclairage "théorique" un peu complexe
constitue un frein, plus encore peut-être que son appellation un peu étrange, à sa
diffusion. Mais il y a le risque d'une mise en place purement imitative, d'une simple
récupération de "recettes", qui peut certes se révéler très efficace mais peut ouvrir
aussi des risques de dérive qui grèveraient l'efficacité du dispositif et aboutirait même
à son contraire : "il y a aussi celui qui sait qu'il n'aura jamais le diplôme.." dit Eric,
et qui l'aura compris ou appris comment ? Par une application sans doute bien intentionnée
et très volontariste mais un peu trop "activiste" de la PMEV, et cela peut concerner aussi
bien un enfant en difficulté par manque de moyens qu'un autre qui le serait par précocité
de ses moyens intellectuels. La PMEV, malgré ses atouts spécifiques, n'échappe pas aux
grands débats de fond.

Il est trop tôt pour conclure, mais notre brain-storming devient décidément très
sérieux....

Amicalement,

MM


----- Original Message -----
From: Eric Vermeulen <eric-ver@wanadoo.fr>
To: <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Sent: Wednesday, May 10, 2000 8:53 AM
Subject: Re: [pedagogie-maitrise] efficacite


| Ca me gêne moi aussi. Faire des concours avec des points parfois c'est
| amusant, mais de là à l'ériger en système... Je crois qu'on apprend parce
| qu'on veut (ou on doit) grandir, pas pour gagner le concours. Avec le
| système que tu décris, on revient au système des notes, qui peut renforcer
| l'image négative que les élèves en difficultés peuvent avoir d'eux-mêmes. Je
| suis conscient que ma réaction s'appuie aussi sur des considérations
| idéologiques, mais il n'y a pas que ça : il y a aussi celui qui sait qu'il
| n'aura jamais le diplôme.
|
| Bon, ce coup-ci je vais dormir !
| Toutes mes amitiés.
|
| Eric Vermeulen

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France