logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Mai

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: Re: [pedagogie-maitrise] changement d'appellation
Date : lundi 8 mai 2000 19:13


----- Original Message -----
From: Eric Vermeulen <eric-ver@wanadoo.fr>
To: liste pmev <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Sent: Monday, May 08, 2000 2:55 AM
Subject: [pedagogie-maitrise] changement d'appellation


| Bonjour à tous
|
| Dans ce brassage d'idées je n'ai pas de solution à proposer pour l'instant,
| mais juste quelques remarques à faire :
|
| 1 - il y a un nombre non négligeable d'enseignants qui ont entendu parler de
| "la pédagogie de maîtrise", et le risque de confusion est important. J'avoue
| que je n'ai pas été très bien outillé quand on m'a demandé ce qui la
| différencie de la pmev.

I.- Il pourrait y avoir deux approches possibles :

a - la pédagogie de maîtrise demandant de gros moyens, il fallait en chercher une version
"light", adaptée à des conditions de fonctionnement très ordinaires et non plus
expérimentales ;
b - les chercheurs ayant conclu à la nécessité d'élargir, de compléter par d'autres
éclairages théoriques, il fallait ajouter quelque chose : pour nous, ce fut donc
l'apprentissage ou l'effet vicariant ;

II.- Que se passa-t-il alors et que peut on en conclure ?

a - Constat .-
Alors qu'un ajout devrait alourdir encore le dispositif, celui de l'Effet Vicariant se
fait restructurant et simplificateur : l'élargissement (I-a) entraine un allègement (I-b).
b - Analyse .-
Vouloir alléger le dispositif PM posait de difficiles problèmes : quels éléments supprimer
? Qui écarter des nombreux intervenants testeurs ou remédiateurs ?
L'idée d'apprentissage vicariant offrait une alternative. Elle allait permettre de
contourner le problème : en modifiant le rôle de l'enfant, on pouvait réorienter et
activer son mode de fonctionnement, et dès lors alléger le dispositif adulte (ou du moins
s'en passer puisque nous n'en disposions pas).

L'idée d'apprentissage vicariant est évidemment à sa manière une façon de "mettre l'enfant
au centre du système". Si elle est encore très peu connue même de nos jours et même
parfois des cadres de l'éducation nationale, c'est sans doute qu'on en percevait mal
l'intérêt, ou qu'on voyait mal, pour diverses raisons, comment l'utiliser en classe.
A l'opposé, la pédagogie de maîtrise est assez largement connue, bien qu'elle paraisse
relever de l'utopie ou d'un rêve impossible, nécessitant un dispositif
d'évaluation-remédiation lourd et dispendieux.
Dans la pratique, le projet un peu flou de réhabilitation scolaire de l'apprentissage
vicariant avait besoin pour compenser de pouvoir s'exercer dans un cadre très strict, et
la pédagogie de maîtrise semblait apporter de ce point de vue la meilleure réponse. Mais
la pédagogie de maîtrise, qui avait tant misé sur l'évaluation remédiation qu'elle en
avait perdu sa dynamique, avait pour sa part besoin d'un moteur, ce que lui apportait
l'idée d'apprentissage vicariant.

Il y a évidemment dans tout cela un paradoxe, c'est que l'apprentissage vicariant, s'il
procède par observation, prises de repères, hypothèses et déductions, est néanmoins à
l'origine totalement muet, alors qu'il devient déclencheur de langage dans sa version
scolaire, et plus spécifiquement d'une forme de langage qui parait être de la plus haute
importance.

|
| 2 - le fait d'avoir un sigle qui ne "parle" pas provoque des questions, et
| des échanges interpersonnels. Et ça c'est pas mal !

Je le pense aussi. Et si le sigle ne parle pas au départ, il finit quand même par avoir du
sens au terme de ces échanges interpersonnels. Le travail "interpersonnel" part toujours
d'un travail "intrapersonnel" et y revient généralement si l'échange a été réussi.

Mais c'est cela qui s'appelle "apprendre" et ce que nous faisons là, autour du sigle PMEV,
n'est il pas semblable à ce que nos élèves font tous les jours dans nos classes autour
d'autres mots ou concepts, "C.O.D." ou "proportionnalité" par exemple. Serait il utile de
changer ces termes pour faciliter l'apprentissage des concepts en cause ? Si la réponse
est "oui", changeons le sigle qui dérange. Dans le cas contraire, n'allons pas trop vite,
car le problème est sans doute ailleurs.

Le débat reste ouvert, et il est vrai qu'un "argumentaire" se révèlerait bien utile.

Amicalement,

MM


| Eric Vermeulen
| Briançon (05)
|
| cycle 2 (11gs + 7cp + 5 ce1), les ce1 et les cp seulement en pmev

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France