logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Mai

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <jacques.bert@infonie.fr>
Cc: "Liste PMEV" <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: [pedagogie-maitrise] Re: Retour de colloque
Date : jeudi 4 mai 2000 22:27


----- Original Message -----
From: <jacques.bert@infonie.fr>
To: <magui@offratel.nc>
Sent: Friday, May 05, 2000 5:55 AM
Subject: Retour de colloque

Cher Monsieur Monot,

Mon intervention en faveur de la PMEV a rencontré uin écho très favorable auprès des
enseignants présents dans la salle (au moins la moitié du public). Eric et Nathanaël ont
été très entourés après la fin des débats.

-- Ils pourront nous donner quelques échos supplémentaires.

Ceci étant, nous sommes tombés d'accord pour dire :
1 - que le nom "Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant" avait un effet un peu
"repoussoir" (trop complexe et peu compréhensible sans un développement qui n'est pas
toujours possible). Il serait souhaitable, pour faciliter la communication sur la méthode,
de trouver un nom plus simple et plus évocateur. Je vous laisse juge de cette première
impression et de la suite à y donner, mais cela me paraît important.

-- J'en suis tout à fait conscient. Je n'avais jamais utilisé la formule tant que j'étais
en activité, d'autant que nous répètions qu'il s'agissait de mise en place des cycles, et
je l'ai créée seulement lorsque j'ai ouvert le site, sans beaucoup d'imagination, sur le
modèle d'une formule chimique pour en préciser les composants, car il m'avait semblé qu'il
fallait quand même identifier clairement le "produit" pour les visiteurs. Nous parlions
simplement, avant cela, de "pédagogie de maîtrise" et nos stages locaux étaient eux
intitulés en fait "Gestion de l'hétérogénéité" avec en sous titre "les propositions de la
pédagogie de maîtrise" parce que l'administration contestait l'appellation "pédagogie de
maîtrise" et avait même essayé de m'interdire, suite à une pression syndicale locale je
crois, de parler d'apprentissage vicariant.
Nos stages versaient peu dans la théorie et prenaient même assez largement appui sur des
visites de classes, mais nous ne voulions pas non plus cacher aux enseignants que la
"recette" était le résultat d'une longue réflexion théorique et pratique, et nous
estimions qu'ils avaient le droit à un minimum d'explications. Nous ne voulions pas non
plus sousestimer leur capacité à comprendre le pourquoi des choses, et nous nous
adressions pourtant à des maîtres dont une bonne partie avait un niveau brevet : mais la
"recette" pouvait être le vecteur d'un petit apport théorique qui nous paraissait
indispensable.

Alors que faire ? Sur les listes, je parle de PMEV en abrégé. Un co-listier canadien,
François Chabot, nous a lui mis en référence sous l'appelation "la pédagogie au rythme
des enfants", ce qui confirme qu'il y a problème même au Canada ou pourtant Bandura,
l'inven,teur je crois de l'expression "apprentissage vicariant", n'est pas un inconnu.
Il m'est arrivé de diffuser un document sous l'appelation "classe Reuchlin", assez
appropriée sans doute, mais classr "Jospin" ou "Ferrier" ou "Allègre" pourait l'être aussi
si le § des IO que j'ai utilisé se révèlait de leur cru.

2 - qu'il serait intéressant d'avoir un argumentaire assez court, pas trop théorique, qui
puisse être communiqué à toute personne intéressée par la méthode : I.E.N, enseignants,
parents, etc, mais surtout pour les enseignants du Primaire, qui n'ont pas tous une
formation théorique très poussée.

-- Je vais y réfléchir.

Je pense que les sites dont j'ai donné la liste vont être visités dans les jours à venir.
Mais le moins que l'on puisse dire est que l'on a suscité l'intérêt.

-- Tant mieux, et que la parole circule comme on dit ici. Mais je reviens sur cette
affaire de définition : vous avez du donner vous même un minimum d'explications ou
d'informations pour expliquer et convaincre, tout en rappelant à la fin que notre
appelation n'est pas vraiment justifiée puisqu'elle n'est qu'une application de la réforme
des cycles, dont je me suis toujopurs étonné qu'elle n'ait pas donné lieu à d'autres
approches. De toute façon, je n'ai pas d'amour propre d'auteur, et cette affaire
d'appelation m'importe assez peu.

Je pense que, si vous en êtes d'accord, il serait intéressant que je fasse apparaiître
dans une rubrique permanente de mon site le texte que j'avais rédigé pour le colloque
(Rubrique que j'intitulerais "Une solution pédagogique aux problèmes d'adaptation des
EQIE").

-- Je n'y vois aucun inconvénient. Peut être serait il interessant de diffuser également
ce texte (celui de votre intervention) à la liste, si vous en êtes d'accord. D'ores et
déjà, je pense que cet échange les interessera aussi, que je prends la liberté de leur
transmettre en Cc, d'autant qu'ils pourraient avoir des idées sur les questions que vous
soulevez.

Je vais communiquer ce texte à l'IEN de Grenoble qui intervenait dans le colloque au nom
de l'Education Nationale (il y avait aussi l'Inspecteur d'Académie) : il est très ouvert
et il est intéressé par la méthode.

-- Je ne vois que des avantages à ce que, faute de mieux, j'appellerai encore la PMEV,
soit repris par d'autres collègues et par des équipes. Vous connaissez ma "signature", et
elle vaut évidemment profession de foi. Par ailleurs, l'exigence rationnelle ou
scientifique suggère de ne pas travailler en vase clos.

Pour les enfants de QI élevé, les nouvelles sont bonnes : ils seront accueillis dans trois
écoles primaires publiques de Grenoble dont deux écoles d'application dès l'année scolaire
prochaine, pour que soit étudiée leur problématique.

-- Voilà qui me parait excellent, tant pour les premiers concernés que pour l'ensemble du
système. Il est vrai que je ne m'étais gère interrogé sur ce problème des "surdoués" en
difficultés scolaires, car je ne soupçonnais pas l'étendue d'un problème que certes je
connaissais mais croyais seulement très ponctuel. Je suis convaincu que l'élargissement de
la réflexion à cette catégorie d'enfants, qui s'imposait évidemment au nom de la justice
et de l'égalité de traitement, peut avoir des retombées sur l'ensemble de la réflexion en
cours sur l'échec scolaire.
L'hypothèse d'un fonctionnement intellectuellement différent des enfants précoces, très
"hypothético-déductif" si j'ose dire dès le berceau, avec les seules ressources du
"langage intérieur" peut-on imaginer, n'est pas incompatible avec celle qui conteste que
les enfants déprivés soient à ce point défaillants dans ce même domaine du "si..
alors...". Alain Moal, de Paris V, avait noté que les enfants de SES, en échec profond,
avaient parfois de remarquables aptitudes à diagnostiquer les pannes de leurs
vélomoteurs.... ce qui avait à ses yeux valeur de test contradictoire.

Je vous remercie - ainsi qu'Eric et Nathanael - d'avoir osé affronter un public de
professionnels et de militants pour exposer notre modeste contribution collective à la
refondation de l'école.

Bien cordialement à vous et à eux deux,

Michel MONOT
magui@offratel.nc
Pédagogie de Maîtrise à effet vicariant :
http://www.offratel.nc/magui

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir
ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France