logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Avril

De: "antoine.cantais" <Antoine.Cantais@ia59.ac-lille.fr>
À: <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Objet: Re: [pedagogie-maitrise] Situations problèmes
Date : lundi 24 avril 2000 23:27

Le fait qu'une activité soit "situation problème" est indépendant de
l'organisation de la classe. Une situation problème est une activité qui va
confronter l'élève à un obstacle c'est à dire pour laquelle il ne dispose
pas à priori des outils de résolution. Cette activité amène donc l'élève à
un dépassement de soi (accommodation) donc à un apprentissage.
L'élève peut donc être en situation problème à l'occasion d'une activité
proposée sur une fiche du plan de travail. D'ailleurs, il n'existe pas de
situation-problème universelle : les différences inter-individuelles font
que face à une même activité, certains élèves sont en situation problème
alors que d'autres sont en "exercice" (assimilation).
Il serait intéressant de clarifier les relations entre apprentissage
constructiviste (situation problème) et apprentissage vicariant (effet du
"modèle"). Il me semble quant à moi que les deux sont complémentaires, que
l'apprentissage vicariant est au service des situations problèmes comme aide
(étayage) au franchissement de l'obstacle. De plus, les
socio-constructivistes ont "montré" que le fait de résoudre une situation
problème avec des pairs accroissait les performances de résolution, en
particulier lorsqu'il y avait conflit entre pairs. Donc, la résolution entre
pairs est un autre moyen pour faciliter le franchissement de l'obstacle. Là
aussi, il serait intéressant de fouiller la cohabitation entre apprentissage
vicariant et conflit socio-cognitif : à quel moment l'autre est-il un modèle
ou un contradicteur ?
Dans ma classe, l'atelier dirigé par le maître n'est pas le moment exclusif
de résolution de situations problèmes : lorsque je conçois les fiches du
plan de travail, je les envisage comme autant de situations problèmes
auxquelles les élèves seront confrontés. C'est d'ailleurs pour cela que je
ne suis pas d'accord avec certains colistiers qui s'étaient exprimés
précédemment et pour qui le contenu des fiches importait peu à partir du
moment qu'il était source d'échanges lors du bilan. Concevoir une situation
problème n'est pas chose aisée et en PMEV nous avons pour chaque plan de
travail beaucoup de fiches à préparer, peut-être trop pour assurer des
activités de "qualité"... Le moment d'atelier dirigé est surtout intéressant
dans la mesure où la situation problème sera résolue à effectif réduit (1/3
de la classe), ce qui favorise les échanges (conflit, coopération), la prise
de parole de tous (même des plus "timides"), l'observation aisée de chacun
(le maître observe les élèves et les élèves s'observent entre eux). C'est
dans ce sens que ce moment m'apparaît comme nécessaire et complémentaire du
bilan.

Amicalement

Antoine Cantais - 23 CM2 - Faches Thumesnil (Nord)
Antoine.Cantais@ia59.ac-lille.fr

----- Message d'origine -----
De : "C&N Berger" <nathanael.berger@wanadoo.fr>
À : "liste PMEV" <pedagogie-maitrise@egroups.com>
Envoyé : dimanche 23 avril 2000 19:37
Objet : [pedagogie-maitrise] Situations problèmes


> Bonsoir,
>
> Il me semble à la réflexion qu'il y a une petite incohérence à vouloir
> traiter les situations problèmes à part en PMEV. En effet, la manière dont
> on traite les exercices amène à les traiter, du point de vue de l'enfant,
> comme des situations problèmes. Tout au moins pour les situations qu'ils
ne
> savent pas traiter d'emblée en début de période.
>
> Aussi je me demande quel intérêt on peut avoir à proposer une autre
> organisation pour les traditionnelles situations problèmes en math:
>
> - Si c'est pour avoir des échanges de représentations sur un même
problème,
> je me demande en quoi le bilan est insuffisant.
> - Si c'est pour avoir l'occasion de faire faire du travail de groupe, il
me
> semble que les activités d'éveil s'y prêtent mieux.
> - Si c'est pour mettre l'accent sur une ou des notions précises, je me dis
> que c'est plutôt un problème d'organisation du plan de travail.
>
> Merci par avance d'éclairer ma lanterne.
>
> Nathanael Berger
> Enseignant Cycle II
> nathanael.berger@wanadoo.fr
> http://perso.wanadoo.fr/nathanael.berger/pedagogie/

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France