logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Avril

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: "Liste PMEV" <pedagogie-maitrise@onelist.com>
Objet: [pedagogie-maitrise] généralistes, spécialistes et autres catégories
Date : mercredi 12 avril 2000 00:45

Dans un message hors liste, Nicolas a écrit :

----- Original Message -----
From: Nicolas Mirkovic <nm89@club-internet.fr>
To: Michel MONOT <magui@offratel.nc>
Sent: Tuesday, April 11, 2000 3:31 AM
Subject: Re: fichier pdfwri.zip


<"Les connaissances informatiques (essentiellement procédurales pour nous
<autres profanes) s'exposent difficilement, et E Bautier a raison d'insister
<sur le développement du langage prenant la connaissance comme objet (plus
<sérieusement on pense en effet souvent en lisant son texte au bilan en Pmev)."

Cela me parait assez évident et je suis assez content de cette nouvelle orientation.
Même si le "bilan" n'a pas été défini initialement à partir de cet éclairage théorique
qui semble très récent, il vient cependant lui apporter une justification supplémentaire
dont nous avions plus ou moins l'intuition.

Après les "allers et retours de sens" venus des mathématiques, cette insistance sur la
dimension "cognitive" de la langue rend à la linguistique le rang auquel elle peut
prétendre. J'ai entendu parler d'une autre thèse, sur l'origine du langage cette fois,
qui pourrait peut être nous être utile, mais cela reste potentiel et je n'ai pas encore
mis la main dessus.

Généralistes, nous avons souvent pensé que les "spécialistes" ne nous comprenaient pas.
Dans les examens professionnels, on avait parfois l'impression que chaque PEN attendait de
ses normaliens qu'il ait atteint le niveau d'un certifié de sa discipline, ou peu s'en
faut. C'est caricatural, mais tendance quand même, et je ne suis pas certain qu'un bi ou
quintuple certifié serait toujours vraiment à l'aise dans une classe "primaire".

D'ou l'intérêt du discours des spécialistes lorsqu'ils - ou elles - s'aventurent sur le
terrain que nous devons travailler, mais le problème se complique car le "genre" s'en
mêle.

Il y avait donc une "matheuse" avec son discours sur les "allers et retours de sens",
très utile pour nous aider à avancer, et j'ai bien dit UNE matheuse.

Il y a désormais une "linguiste" qui nous change du discours de jadis sur les exercices
structuraux ou du discours actuel sur les catégories textuelles que je ne rejette
d'ailleurs pas pour autant, et j'ai bien dit encore UNE linguiste.

L'école, inventée par les hommes, une fois de plus "recadrée" par les femmes ?
Simple coïncidence ou déterminisme ?

C'était déjà le cas pour l'école maternelle, amélioration révolutionnaire des "salles
d'asile" conçues par le bien intentionné législateur bien longtemps avant que l'idée de
"parité" ne vienne l'effleurer.

Un peu en amont encore, c'est l'exemple du hochet, avec la mise en scène typique de la
mère, que Bruner évoque pour définir et nous faire comprendre sans trop de mal
son concept de "médiation", ce qui porte à croire que la "pédagogie de la médiation"
est esentiellement à l'origine une invention féminine ? ou un comportement inné ?
ou encore comportement acquis par imitation ou "médiation".

Le fameux "sixième sens" peut être ( pas celui du film du même nom) ?

Quoi qu'il en soit, on retrouve toujours cette idée de "concessions", pas n'importe
lesquelles, celles relancent le moteur et permettent d'avancer.
On raproche le hochet de l'enfant juste assez pour que lui fasse un nouvel effort,
on montre un peu comment font les bons pour rendre l'effort moins surhumain,
on autorise ce choix qui vous rend apte à cerner peu à peu les problèmes,
on accepte ces allers et retours de sens qui vont aboutir à FAIRE du SENS,
on réhabilite les échanges langagiers de base qui donnent accès au savoir.

La "pédagogie de maîtrise" fixe un objectif : la maîtrise pour tous.
La pédagogie de la médiation définit les multiples voies pour y parvenir,
rarement directes, souvent par un détour, dont "l'effet vicariant".

MM

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France