logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Mars

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: "Liste Ecoles" <listecolfr@cru.fr>
Cc: "Liste PMEV" <pedagogie-maitrise@onelist.com>
Objet: [pedagogie-maitrise] Re: Devoirs à domicile
Date : mercredi 29 mars 2000 19:40

From: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>

Mon cher Bernard,

Tu as raison. Les diverses listes où nous nous risquons les uns et les autres permettent un
brassage d'idées sans commune mesure avec les échanges que nous pouvions avoir auparavant.
Même si le risque de se perdre un peu dans toutes ces "données" est très évident, on peut
s'attendre à voir émerger de ce grand brain-storming quelques idées forces. Si toutefois
on parvient à trier ou à sérier les problèmes.

Il faut donc continuer, et ton projet à toi, autour de Marelle, qui peut aider à sérier
les problèmes s'impose avec accuité. Je vais plus loin : nous aurions besoin d'une sorte
d'équivalent à la "veille
technologique", mais cela bien sûr est une autre histoire. Car la difficulté n'est pas
seulement
d'être à l'affût pour devenir plus pointu sur ceci ou sur cela, ce qui va de soi; mais de
pouvoir surtout rapprocher les acquis épars pour les mettre en perspective et gagner en
efficacité.

S'agissant de ta demande, je veux donc bien me bousculer un peu pour te produire un texte
mais
je ne suis nullement un spécialiste des classes uniques et de n'y avoir jamais enseigné
reste pour moi un handicap sérieux. Pas davantage un spécialiste des devoirs du soir
puisque j'ai toujours exercé sous la loi de l'interdiction. Alors ? Même en me situant
dans la perspective chère à un grand hebdo du "j'lai pas vu, j'lai pas lu, mais j'en ai
entendu parler !", que veux exactement ? Un truc sur les classes uniques que je connais
mal bien que j'y ai vécu comme élève une année mémorable ? Ou un sur les devoirs du soir
que je n'ai jamais donné à faire bien que je m'en sois tapé quelques uns comme élève,
beaucoup trop à mon goût, et que je ne m'en sois jamais honorablement sorti, si je puis
dire, qu'en m'auto-étayant avec le livre du maître ?

Car enfin, si on série les problèmes justement, on en trouve deux : un sur les classes
uniques et un sur les devoirs, qui n'ont pas grand chose à voir entre eux. Sauf que, dans
cette complexité déroutante qui caractérise les problèmes de l'école, on peut finir par
relier les choses.

Démocratie oblige, on a un jour interdit les devoirs du soir, c'était en 56 je crois.
Comme cela ne suffisait pas pour faire progresser l'égalité des chances et que l'on avait
pu par exemple mettre en évidence une certaine supériorité des classes uniques, on a un
jour proposé la "réforme des cycles", et c'était en 88, sauf erreur, pour les départements
expérimentaux. Une réforme à la carte en quelque sorte, puisqu'elle proposait quatre
options plus un accessoire genre "couteau suisse", signée d'un certain Jospin.

Démocratie oblige donc, mais l'idéologie nous ayant fait faire suffisamment de bourdes
pour que l'on s'en méfie quand même un peu, un peu de réalisme restait de rigueur et
nombre d'instits comprenaient mal la nécessité d'imposer partout des classes à plusieurs
niveaux. Ils invoquaient ironiquement le cas de cet architecte qui voulait construire les
villes à la campagne parce que l'air y est plus pur. Ils rappelaient aussi le cas de ce
chimiste qui, dans un monde soumis à la loi du profit, avait isolé puis synthétisé le
principe actif des tisanes de feuilles de saule baptisé depuis "aspirine".

Isoler le principe actif des classes uniques c'était reconnaitre l'intérêt de faire moins
de leçons, plus d'entraînement, et de lâcher surtout les baskets aux élèves : pendant que
tu t'occupes des petits, les grands s'occupent de leur travail, mais à leur manière; un
peu de "coopération" sans doute, ça sonne bien, mais un peu d'emprunts illicites aussi, et
ce dernier point, le plus contesté sans doute, n'était pas à écarter sans y regarder de
plus près. Rien à voir encore avec les devoirs du soir, mais interessant quand même, au
point de préparer subrepticement l'émergence d'une réhabilitation des devoirs du soir,
mais sous une autre forme.

Si les emprunts illicites pouvaient répondre à un besoin authentique de l'apprentissage, à
ce qu'il faut bien appeler un besoin d'étayage, il fallait en tenir compte et, pour voir,
organiser la classe en conséquence. Je n'entre pas ici dans les détails, mais il est vite
apparu que organiser la classe en vue de faciliter de façon licite les prises d'indices
autrefois illicites permettait de bien répondre au problème des différences de rythmes
d'apprentissage et non plus de seulement les accepter. Mais, comme il était à prévoir, si
chacun avançait à son rythme, l'élasticité maximum donnée à l'intérieur du temps scolaire
se révélait néamoins limite : bien souvent, des enfants demandaient à emmener leur travail
à la maison pour le terminer ou même pour rattraper leur retard quand ils venaient
subitement de comprendre ce sur quoi ils buttaient depuis plusieurs jours.

Alors les maîtres les plus sincères, les plus légalistes, qui croyaient à l'interdiction
des devoirs du soir et résistaient à la pression habituelle des parents, se sont mis à
douter. Ce n'était plus démocratique d'interdire à un enfant de travailler à la maison sur
un exercice de la classe. Si les enfants d'origine modeste, jadis victimes car condamnés à
faire sans aide leurs devoirs du soir, demandaient à pouvoir travailler à la maison quand
ils n'avaient plus besoin d'aide, il fallait revoir le problème.

Mais j'arrête là de bavarder car le problème est vraiment trop vaste.

Bien amicalement,

Michel MONOT
magui@offratel.nc
Pédagogie de Maîtrise à effet vicariant :
http://www.offratel.nc/magui

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir
ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

----- Original Message -----
From: Bernard.Collot2 <Bernard.Collot2@wanadoo.fr>
To: <listecolfr@cru.fr>
Sent: Wednesday, March 29, 2000 4:17 AM
Subject: Re: Devoirs à domicile


| Mon cher michel,
| Tu as abordé à plusieurs reprises come dans ton dernier mess le
| problème des classes hétérogènes ou classes uniques. Cela
| mintéresse beaucoup parce qu'il est moins ... monolytique que
| le mien (et que de quelques fervents parfois un peu primaires)
| et qu'il y apporte une contradiction positive et argumentée!
| Comme j'aimerais bien pouvoir insérer ta position et tes idées
| à ce sujet dans la partie classes uniques du site marelle, mais
| que procéder par des coupés-collés est devenu quasi impossible,
| pourrais-tu me faire un texte reprenant toutes ces idées (les
| bémols constructifs!)? (en html si possible)
| Il y a dans tous les messages sur toutes les listes une
| multitude de sujets aussi intéressants que révélateurs qui
| gagneraient à se resituer dans un débat où l'on puisse
| approfondir, étayer par le concret, appuyer par des
| documents.... Pour l'instant j'en suis surtout à explorer les
| moyens pour rendre cela possible. Je n'en suis qu'aux essais
| avec les Arbres de Connaissances, les projets personnels et
| compétences (qui se recoupe trop avec le précédent), les
| classes uniques (mais cette partie a un côté engagé, c'est
| pourquoi je ne l'ai pas mis avec les recherches pour
| l'instant, mais je vais sortir la partie concernant
| l'hétérogénéité pour la resituer dans un débat moins orienté et
| la mettre dans les recherches), une grosse recherche sur le
| droit des enfants que je suis en train de préparer avec Jean le
| Gal et qu'on lancera sous peu, une recherche sur l'usage
| d'internet à l'école.
| Je crois qu'une fois j'aurais mis au point outil et
| méthodologie à partir de ces premières rubriques, le site
| marelle va devenir opérationnel pour accueillir toutes les
| idées qui fusent sur les listes et les transformer en
| véritables recherches.
| Au plaisir de te lire.

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France