logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Mars

De: "Eric Vermeulen" <eric-ver@wanadoo.fr>
À: <pedagogie-maitrise@onelist.com>
Objet: Re: [pedagogie-maitrise] curieux
Date : mercredi 1 mars 2000 12:33

et voilà ! désolé pour le retard, je rentre du Mali.
Amicalement
Eric Vermeulen

Monsieur l'Inspecteur,

Suite à la demande de Mme R., je vous transmets une présentation très succinte de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant.

Je vous prie de recevoir, Monsieur l'Inspecteur, l'expression de mes respectueuses salutations.

Eric Vermeulen


La Pédagogie de Maîtrise à effet Vicariant est née des travaux de l'équipe animée par Michel Monot, IEN à Nouméa. Sa circonscription connaissait de sérieux problèmes d'assiduité des élèves, notamment canaques urbanisés acculturés. Le souci de l'équipe de Michel Monot a été de trouver une organisation pédagogique
1 - qui réponde aux instructions officielles
2 - qui permette à chaque élève d'être engagé dans les apprentissages pendant tout le temps qu'il passe à l'école.

Les recherches se sont appuyées notamment sur l'hypothèse de Reuchlin qui postulait que quand on laisse le choix de la tâche à l'élève, le bénéfice en termes d'apprentissage est plus grand : il doit d'abord se représenter la tâche à effecteur, faire le tri entre ce qu'il peut faire et ce qu'il ne peut pas encore faire, accomplissant un travail métagognitif. Elles ont aussi voulu s'appuyer, en le structurant et en le maîtrisant, sur l'effet vicariant. Pour faire clair, on peut dire que c'est un effet "collatéral", c'est l'apprentissage qui existe par exemple entre les enfants d'une même famille à l'insu des parents, c'est l'apprentissage "par la bande".

Concrètement :

L'année est divisée en "mini-périodes" dont la durée varie avec l'âge des élèves : 3 semaines en fin de cycle 3, 1 semaine en CP. Durant cette mini-période l'élève a un certain nombre de fiches à effectuer.
Pourquoi cette organisation ? Les "bons élèves" vont effectuer les fiches plus vite que les élèves qui connaissent des difficultés. Le découpage en "mini-périodes" évite que les "bons élèves" prennent tant d'avance que les autres ne se représentent plus la fiche dont il est question.

La mi-journée est divisée en 3 temps :

1 - un temps de travail individuel (TI) : c'est le travail sur les fiches, que l'élève choisit. La durée varie en fonction de l'âge.
2 - le bilan : les élèves viennent présenter leur travail, c'est à dire les fiches qu'ils ont effectuées, à l'ensemble de la classe. Les "experts" fournissent ainsi aux "novices" des indices, des informations, qui vont leur permettre de pouvoir effectuer des tâches qui leur étaient inaccessibles au début de la période. Pour les "experts", c'est d'un véritable travail de reformulation et d'expression orale qu'il s'agit. Ici l'enseignant n'a que peu d'interventions de nature pédagogique. Le maître doit effectuer un rigoureux travail de pointage des fiches effectuées par chacun, pour mesurer la progression de la classe. Une même fiche peut être présentée plusieurs fois pendant une mini-période. Pour revenir au découpage en mini-périodes, il est important que le bilan vienne répondre à des interrogations au sujet d'une fiche que l'élève a vu mais qu'il n'a pas su faire.
3 - les leçons n'ont pas disparu : elles ont lieu quand le besoin s'en fait ressentir. C'est le 3ème temps.

Quelques remarques :

Le résultat en termes de comportement des élèves est étonnant. Je n'ai jamais fait la moindre discipline pendant les moments de bilan, alors qu'il est commun aux ce1 et aux CP. L'engagement des élèves est bien réel, notamment chez ceux qu'il fallait régulièrement remettre face à leur travail avec une pédagogie frontale.

Cette pédagogie a été conçue pour des élèves lecteurs. Avec plusieurs collègues disséminés en France, nous y avons apporté les adaptations nécessaires pour qu'elle fonctionne chez des apprentis-lecteurs et des lecteurs débutants. La présentation aux élèves de fiches sans consigne écrite est une réussite. L'élève doit d'abord se demander ce que l'on attend de lui... et y arrive très bien.

La représentation que l'enseignant a de ses élèves change : certains élèves qui étaient "faibles" effectuent un nombre de fiches remarquable, et ont une part active en posant des questions pertinentes aux moments de bilan.

Ici il n'est question que du français et des mathématiques. Rien n'empêche d'adopter la même organisation pour les activités de découverte du monde.

Un point négatif : ce que l'on gagne dans la classe, on le perd chez soi, au moins la première année, quand il faut fabriquer les fiches. Il est vrai qu'il s'agit d'un investissement, mais il peut paraître lourd.

Autre point négatif : si cette organisation pédagogique a été conçue au départ avec des fiches fabriquées avec des ciseaux et de la colle, l'usage de l'informatique s'avère vite nécessaire :
- la réalisation des fiches est plus rapide
- on peut participer sur internet a des discussions avec la centaine de collègues en France qui ont adopté cette organisation. L'adaptation de cette organisation à sa propre classe en est considérablement accélérée.


Conclusion :

Il ne s'agit pas à proprement parler d'une nouvelle pédagogie. Il n'y a aucun discours idéologique qui la soutient. On a repris les composants de la pédagogie frontale en les organisant autrement. On a cherché à engager les élèves dans l'apprentissage, et à faire profiter les élèves les plus faibles de la maîtrise des élèves les plus forts.

Pour plus de renseignements :
Le site référence de la pmev (il n'y a aucun ouvrage édité à ce sujet)
http://www.offratel.nc/magui/
Une expérience en cp/ce1
http://perso.wanadoo.fr/ericver/

-----Message d'origine-----
De : Michel MONOT <magui@offratel.nc>
À : Liste PMEV <pedagogie-maitrise@onelist.com>
Date : dimanche 13 février 2000 10:48
Objet : Re: [pedagogie-maitrise] curieux


>From: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
>
>Si cela ne t'ennuie pas, mais seulement dans ce cas, pourrais tu me
>communiquer
>le "pensum" que ton IEN t'a demandé ?
>
>Si ta collègue parvenant en fin de carrière a parlé sincèrement, c'est que
>malgré
>sa longue expérience elle a bien perçu ce qui fait la particularité de la
>PMEV.
>J'avais vu quantité de maîtres déjà très avancés dans le métier accepter
>cette
>innovation qui n'en est pas vraiment une.
>
>Je n'ironiserai pas sur le "une page, après c'est trop long", car je connais
>trop l'écrasante charge des IEN condamnés à lire sur l'heure des centaines
>de pages rarement réjouissantes et dont je me plains pas d'être aujourd'hui
>libéré.
>
>Pourtant, c'est en parcourant ainsi des pages et des pages que je suis tombé
>un
>jour sur l'idée de la PMEV. Quatre ou cinq lignes dans un chapitre abordé
>par simple
>curiosité, qui à première vue ne pouvaient rien m'apporter de constructif
>m'ont
>soudain aidé à comprendre des dizaines d'observations qui m'avaient
>seulement
>intrigué et ont alors pris un autre sens.
>
>Amicalement,
>
>MM
>
>
>PS / Effectivement, tu as raison, ce n'est pas curieux, je n'ai rien à
>répondre aux silences et aux questions qui ne se posent pas. Je pense
>cependant que les quelques nouveaux qui arrivent sur la liste seraient
>heureux d'y trouver des échanges plus nombreux. Mais sans doute est-ce aussi
>à eux de se mettre au clavier et comme dit Marie Annick, une fois lancée, ça
>roule, mais il faut quand même tenir le volant et surveiller la route.
>
>----- Original Message -----
>From: Eric Vermeulen <eric-ver@wanadoo.fr>
>To: <pedagogie-maitrise@onelist.com>
>Sent: Thursday, February 10, 2000 7:26 AM
>Subject: Re: [pedagogie-maitrise] curieux
>
>
>> From: "Eric Vermeulen" <eric-ver@wanadoo.fr>
>>
>> Mais non, ce n'est pas curieux. Michel Monot n'aurait rien pu faire de
>notre
>> silence non plus. Comme Marie-Christine Cosson, la mise en oeuvre de la
>pmev
>> prend mon temps, et pour le moment ça a l'air de fonctionner.
>>
>> Ma collègue a été inspectée pour la dernière fois de sa carrière, et elle
>a
>> déclarée à l'inspecteur qu'elle n'attribuait qu'à la proximité de la fin
>de
>> sa vie active le fait de ne pas avoir adopté la pmev. Tête de ce dernier !
>> Du coup il m'a demandé de lui en faire une présentation, "une page pas
>plus
>> sinon c'est trop long à lire". J'ai fait le moins pire que j'ai pu.
>>
>> J'en profite aussi pour dire à Bernard Bechon que quand je sélectionne son
>> message, ça déclenche une connexion, probablement vers de la pub, je n'ai
>> pas essayé.
>>
>> Toutes mes amitiés à tout le monde.
>>
>> Eric Vermeulen
>> Briançon (05)
>>
>> cycle 2 (11gs + 7cp + 5 ce1), les ce1 et les cp seulement en pmev
>>
>> eric-ver@wanadoo.fr
>> l'école de Puy-Saint-Pierre
>> http://perso.wanadoo.fr/ecolepinet/siteecole/
>> la pédagogie de maitrise à effet vicariant, experience en cp et ce1 :
>> http://perso.wanadoo.fr/ericver/
>>
>> -----Message d'origine-----
>> De : bechon.bernard <bechon.bernard@wanadoo.fr>
>> À : Liste PMEV <pedagogie-maitrise@onelist.com>
>> Date : mercredi 9 février 2000 20:11
>> Objet : [pedagogie-maitrise] curieux
>>
>>
>> >From: "bechon.bernard" <bechon.bernard@wanadoo.fr>
>> >
>> > Ne trouvez-vous pas révélateur ou symptomatique de...
>> >
>> >
>> > le fait que depuis que M.M. soit en vacances aucun
>> message ne soit envoyé.
>> >
>> > N'avons-nous rien à nous dire ?
>> >
>> > Ne parlons-nous que à M.M. ?

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France