logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Février

De: Michel MONOT <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@onelist.com>
Objet: Re: [pedagogie-maitrise] Questions
Date : mardi 22 février 2000 05:54

From: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>


----- Original Message -----
From: C&N Berger <nathanael.berger@wanadoo.fr>
To: liste PMEV <pedagogie-maitrise@onelist.com>
Sent: Tuesday, February 22, 2000 5:41 AM
Subject: [pedagogie-maitrise] Questions


> From: "C&N Berger" <nathanael.berger@wanadoo.fr>
>
> Bonsoir,
>
> Depuis quelques temps, je rame surtout avec le bilan. En effet, j'essaye
de
> mettre en place dans la classe un fonctionnement démocratique, à savoir
> établissement des règles de vie par le conseil d'enfant etc...; et je me
> heurte à un phénomène plus ou moins attendu cette année: les enfants n'ont
> pas conscience de l'apport du bilan (sauf les "bons"). Ainsi, ils
> revendiquent le droit de jouer à l'ordinateur pendant le bilan. J'ai bien
> essayé de négocier le glissement de ce jeu au TI mais rien à faire. Bien
au
> contraire, j'ai eu la surprise d'entendre les enfants me dire qu'ils
> perdraient du temps pendant le TI mais qu'au moment du bilan, ça ne les
> gênerait pas.
>
> Ce phénomène est assez ennuyeux car il montre le peu d'intérêt que portent
> les enfants pour le bilan. La moitié des enfants ont bien compris qu'ils
> risquaient de perdre quelque chose mais ils n'en avaient pas assez
> conscience pour s'opposer à l'établissement de cette règle. Il n'y a pas
> d'urgence dans le sens où seulement deux ou trois enfants manqueront le
> bilan chaque jour (donc chacun une ou deux fois dans la période). D'autre
> part, refuser purement et simplement me priverait surtout d'un indicateur
> précieux.
>
> Comment donc renverser la vapeur? Comment faire pour faire prendre
> conscience aux enfants que c'est grâce aux bilans qu'ils pourront avancer?
>
> Merci pour vos conseils.
>

Tu mets le doigt sur un aspect délicat du problème de la PMEV, de ses
rapports avec la PF et surtout de la PI : largement inspirée de la PF au
sens strict et aussi branchée "démocratie" que la PI dans son parti pris
initial, elle butte néanmoins sur le problème du "bilan", et je crois que la
raison est assez simple.

En un sens, et je l'ai souvent dit, la PMEV n'est jamais qu'une variante de
la PF, et le "bilan" n'est qu'une transposition du "conseil" que pratiquait
Freinet. Tout ou presque était dans la PF ou dans la PI, la seule différence
étant que la PMEV rend ce moment quotidien et qu'elle le recentre quasi
exclusivement sur les apprentissages, tout ceci pour des raisons qui lui
sont propres et que je rappelle seulement pour mémoire : 1) au départ, le
parti pris "vicariance"; 2) par la suite, le constat que l'ammélioration
obtenue avait un impact tel sur la discipline que la gestion des problèmes
passait perdait de son importance.

Ce rappel concernant ce qui peut être présenté comme un simple
infléchisement de la PF (la PI en étant un autre) n'a pas pour objet de
"justifier" la PMEV mais d'éclairer le problème que tu poses et que je vais
reformuler un peu brutalement en déformant un peu - tu me le pardonneras -
ton propos. Peut-on "reprocher" aux enfants de ne pas sentir l'utilité du
bilan alors que nous, adultes et professionnels, avons nous même mis si
longtemps à en accoucher ?

La PI, en gros je crois, est née de la rencontre de la PF avec la
psychanalyse. Et aussi des particularités du contexte urbain que la PF
n'avait pas encore vraiment renconté. Un infléchissement qui a plutôt été un
élargissement.

La PMEV, de la même manière, est née tardivement de la rencontre de la PF
avec le cognitivisme, bien que le contact initial (la suggestion de
Reuchlin) se situe sans doute "au ras des paquerettes". Et aussi des
particularités d'un contexte extra métropolitain où les insuffisances de
l'école de la république apparaissaient particulièrement criants.

Tout ceci est un peu "théorique", et que faire "pratiquement" dans ton cas ?
Le problème est de ceux que l'on a souvent rencontré, notamment dans les
échanges PF/PI : jusqu'à quel point, ou à partir de quand, peut on laisser
les enfants décider de ce qui est bon ou moins bon pour la classe ?

L'importance du "bilan" étant ce qu'elle est en PMEV, je n'en relativise pas
moins son rôle. J'ai souvenir d'un enfant de CE1 caractériel qui refusait de
participer au bilan ailleurs que sous les bureaux. Et pourtant, il
réussissait tous ses "contrôles". Un détail quand même : il était issu d'un
milieu cultivé où l'on parlait beaucoup. Que se passait-il exactement dans
sa tête lors des bilans ? lui apportaient-ils quelque chose ou strictement
rien ? En tirait-il un meilleur parti du fait de sa position particulière,
en retrait des autres ? Je ne saurais répondre !

Que tes élèves aient compris l'importance du TI est déjà un acquis
important. Qu'ils ne "sentent" pas le bilan est autre chose : si je pouvais
essayer, sans risque d'avoir à le regretter, je laisserais un enfant à
l'ordinateur. Peut-être tendrait-il l'oreille de tenps en temps ? Je ne
saurais répondre là non plus, mais il y aurait évidemment une occasion a
saisir pour faire remarquer à l'enfant concerné que le bilan, quand même,
n'est pas si inutile que cela.

Maintenant, c'est à toi de voir, car tu es évidemment le mieux placé pour
juger de la complexité d'une situation qui n'est pas de tout repos, ton
autre message le rappelle sur lequel je reviendrai sans doute. Garde
seulement en tête la mise en garde de Feuerstein contre les pédagogies
"acceptantes", et le titre de son bouquin : "Don't accept me as I am !".

Et pardonne moi de ne pas pouvoir te conseiller mieux que cela.

Amicalement,

Michel MONOT
magui@offratel.nc
Pédagogie de Maîtrise à effet vicariant :
http://www.offratel.nc/magui

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir
pour découvrir ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)


> Nathanael Berger
> Enseignant Cycle II
> nathanael.berger@wanadoo.fr
> http://perso.wanadoo.fr/nathanael.berger/pedagogie/

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France