logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Février

De: C&N Berger <nathanael.berger@wanadoo.fr>
À: <pedagogie-maitrise@onelist.com>
Objet: Re: [pedagogie-maitrise] fin de trimestre
Date : mardi 22 février 2000 01:02

Avec beaucoup de retard...
-----Message d'origine-----
De : Michel MONOT <magui@offratel.nc>
À : pedagogie-maitrise@onelist.com <pedagogie-maitrise@onelist.com>
Date : samedi 18 décembre 1999 20:06
Objet : Re: [pedagogie-maitrise] fin de trimestre

Bonjour,

J'ai vraiment du mal à faire le point car j'ai utilisé la PMEV avec des C3 de la campagne l'année dernière et je la pratique cette année avec des Ce1 des banlieues.

Rural / banlieues, il y a évidemment des différences. C3 / CE1, aussi.
En ce sens, ta première expérience, qui est encore relativement brève, était difficile à réinvestir dans un CE1 de demi-lecteurs.

Il y a d'énormes différences que je ne sais pas à quoi attribuer. Que serait ma classe actuelle sans PMEV? Je crains de ne pouvoir répondre et par conséquent de ne pouvoir analyser les réussites et les échecs. Je sens bien que la PMEV va dans le bon sens, mais je suis trop dans le flou pour pointer quoi que se soit avec précision. L'autonomie des élèves, sans doute, ce qui n'est déjà pas si mal :-).

As tu le sentiment que tes collègues s'en sortent mieux ? Différemment. Il me semble que les élèves évoluent différemment. Qu'est ce qui pourrait jouer ?

Leur ancienneté générale et donc leur expérience ?
Leur ancienneté dans l'école et donc leur connaissance et leur expérience de ce milieu particulier ? "urbain" sans doute (au sens géographique du moins, car il y a aussi un sens BCBG dont je ne jurerais pas qu'il convienne bien), mais aussi "périphérique" ?

Tout cela sans aucun doute. D'autant plus que leur implication est exceptionnelle.

Leur expérience de militant ?

(car ton école est cogérée par le milieu associatif, et les "trois espaces" renvoient sans doute à cette co-gestion ?)

Mais quelle dimension militante ?

de type peri-scolaire ?

( ton école reprend en partie le modèle de St-Fons, mais le partenaire associatif n'est pas le même. A St-Fons, dont j'ai connu le projet dans sa phase préparatoire, c'était les "Francas", nés autrefois le jeudi dans les cours d'école, et que je connais assez bien : post-autrefois, les normaliens français étaient un peu partout plus ou moins obligés de faire une première expérience en colo ou en patro, ce qui permettait d'acquérir quelques attitudes simples de savoir faire pédagogique "animatoire" souvent très utiles.
Aux trois Espaces, j'ai cru comprendre que c'est les Clubs Léo-Lagrange, que je ne connais que de nom, et qui furent fondés sauf erreur par Pierre Mauroy.

Les trois espaces sont assez bien délimités à présent: le pré-scolaire( avant deux ans - avec les mamans) le scolaire et le péri-scolaire. Les enseignants sont finalement assez peu impliqués en dehors du scolaire (sauf la maitresse des deux ans qui est bien sur très impliquée dans l'espace -2ans/mamans, et la directrice qui coordonne tout ça).

As tu le sentiment qu'il existe des sortes de rivalités entre les deux écoles ?)

Pas du tout. L'école ouverte crée il y a une trentaine d'année a perdu (ou répendu) beaucoup de son identité. Le péri-scolaire est devenu la norme à St Fons sur les cinq ou six écoles. Le péri scolaire est géré par la commune en partenariat avec l'EN. Les horaires des écoles sont d'ailleurs adaptés a ce fonctionnement. 8h30 12h00 mercredi compris puis 13h30 15h30. Le péri scolaire reprend la suite: 15h30 17h00.

de type syndical ? de type politique ? de type municipal ?

Le schéma St-Fons accordait une place centrale à la valeur socio éducative du jeu, et cette hypothèse a été longtemps la mienne. Cela a été payant à St-Fons, mais pas réellement au plan scolaire si j'en crois certains échos. Les gosses y sont reconnus "heureux", ce qui est bon ici et maintenant et aussi pour plus tard, mais le transfert de ce bénéfice sur le scolaire semblerait avoir laissé à désirer.

Heureux sans doute, mais ils se tapent souvent dessus en dehors de l'école et des voitures brulent... quand ce ne sont pas des bus. Il y a au moins quelques individus qui n'ont pas profité pleinement de la valeur socio éducative du jeu ;-(. Mais nous sommes là face à un problème qu'on ne peut malheureusement pas circonscrire au champ d'action de l'école.

Comme tenant sincère de la première hypothèse devenu ensuite "pmeviste", je m'interroge - de façon purement spéculative - sur une éventuelle dégradation du pôle scolaire trop exposé à la concurence du pôle "animatoire" : as tu le sentiment qu'il pourrait y avoir quelque chose de cet ordre ?

Je ne crois pas. Les jeunes des Minguettes, de l'autre côté de l'avenue, ont me semble-t-il le même profil et n'ont jamais profité de ce pôle animatoire (tout au moins pas sous cette forme).

L'autonomie de l'enfant, chacun la vise ou prétend la viser à sa manière. Mais plusieurs éclairages sont possibles : les enfants ruraux ont la leur, et les urbains en ont une autre. La PMEV vise une autonomie un peu particulière, centrée sur le métier d'élève à projection collégienne et étudiante. Est-ce que ce paramètre est pris en compte dans ton école ? Cela fait partie des préoccupations de chacun. autrement qu'en tablant sur d'hypothétiques "transferts" ? Je ne sais pas.


Ce que je perçois plus précisément en revanche, c'est que le problème de certaines banlieues a l'air plus grave que je ne me l'imaginais :-(

Je partage cet avis, en vertu de ma petite expérience de ZEP lunelloise semi-urbaine et fortement périphérique méditerranéenne (algérie, maroc, espagne) qui ne me paraissait pas présenter d'incompatibilité rédhibitoire avec le courant PMEV. Mais qu'en est-il dans la région lyonnaise où, à l'époque où j'en avais entendu parler, n'était déjà pas "piquée des vers" ?

La PMEV a me semble-t-il déjà beaucoup apporté aux élèves. Mais il me semble qu'on ne pourra faire ici l'impasse de la PI. Un avantage de la PMEV est de s'intégrer parfaitement à un dispositif PI.

Malheureusement, encore une fois, tout ne pourra pas se règler dans l'enceinte de l'école. La violence qui nous éclabousse provient du coeur de la cité, là où nos chers bambins font des expériences qui ne collent pas au modèle de société (au sens scientifique du terme) qu'on voudrait leur faire construire.

Ceci dit, pour finir sur une note d'optimisme, je crois que ces problèmes des banlieues vont nous obliger à construire un monde plus démocratique et solidaire. Un monde où nous allons construire avec, plutôt que de contraindre à... L'autoritarisme, basé sur le modèle de l'autorité du père trouve ici ses limites, il faut maintenant passer à autre chose, construire autre chose. Passionnant, non? Bien qu'un peu stressant, vu l'urgence ;-)

MM

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France