logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Janvier

De: Michel MONOT <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@onelist.com>
Objet: Re: [pedagogie-maitrise] charge de travail
Date : dimanche 23 janvier 2000 23:57

From: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>

L'échange est interessant, provocant, et je rebondis un peu avant de partir en vacances :

----- Original Message -----
From: Eric Vermeulen <eric-ver@wanadoo.fr>
To: <pedagogie-maitrise@onelist.com>
Sent: Sunday, January 23, 2000 10:30 PM
Subject: Re: [pedagogie-maitrise] charge de travail


> From: "Eric Vermeulen" <eric-ver@wanadoo.fr>
>
> Fondamentalement je suis d'accord avec tout ce que tu dis. Plus l'acte
> d'enseigner ressemble à l'enseignant, meilleures sont les chances
> d'apprentissages. Mais c'est un point de vue assez "luxueux" : il faut
> l'avoir, le temps passé à faire des fiches. Cette année moi je l'ai, l'année
> dernière je ne l'avais pas, et je ne l'aurai peut-être pas l'année
> prochaine. Et d'autres n'ont pas ce point de vue, pour des raisons tout à
> fait valables.

Plusieurs problème ici.

1) Celui du temps :

C'est vrai qu'il faut un minimum de temps pour se lancer, mais aussi et et surtout de la disponibilité mentale.

Celui qui gère la même classe depuis longtemps avec les mêmes fiches et le même cahier journal perdrait beaucoup de temps à vouloir se lancer vers une pratique pédagogique différente et on peut comprendre qu'il n'y tienne pas. Pourtant certains ont fini par s'y résoudre et ne l'ont pas regretté, et ceci vaudrait dans une large mesure pour d'autres pratiques que celle de la PMEV proprement dite : je pense que toute remise en cause est à la fois déstabilisatrice et stimulante.

Dans le cas de la PMEV, la situation est un peu particulière : il y a bien sûr un problème de temps de préparation, même si l'on procède par couper-coller, mais le problème de la disponibilité mentale se pose en quelque sorte de manière douce. Si le changement fait peur, il apparait très vite qu'il est payant et que les acquis professionnels surtout se réinvestissent sans problème majeur car ils ne sont pas fondamentalement remis en cause. "J'ai redécouvert mon métier" disaient souvent après avoir longuement hésité les "convertis", en constatant qu'ils étaient devenus plus efficaces sans pourtant s'être reyclés et en étant restés eux-même. En fait, ils constataient et évoquaient un recentrage de leur activité autour d'un pôle apprentissage renforcé ou libéré, comme si l'apprentissage était autrefois, dans leur pratique prtécédente, bridé par le fait que seul le maître enseigne, et que l'enfant ne saurait s'enseigner tout seul, et encore moins - comble de l'horreur - en prenant comme en pmev des repères sur les autres .

2) les autres points de vue

On peut avoir des raisons tout à fait valables de ne pas accepter telle ou telle démarche pédagogique ou tel détail d'une démarche.

Concernant les démarches, la sacro-sainte liberté pédagogique, toujours revendiquée, est cependant parfois contestée au nom de l'obligation de résultats mais la difficulté est d'évaluer très objectivement ces résultats. Si l'on s'en tient à une évaluation globale et consensuelle, la PMEV passe bien parce que les praticiens et les observateurs s'accordent à lui reconnaitre une certaine solidité, fondée sur un pari un peu bizarre mais cependant assez logique (l'apprentissage originel) mais surtout sur son ancrage dans les IO. Celles de 90 à l'origine mais les nouvelles tout aussi bien.

Concernant les détails de telle démarche, par exemple ici le fait de faire des fiches personnelles pour que l'acte d'enseigner ressemble le mieux possible à l'enseignant, les raisons de ne pas accepter existent et rejoignent celles qui faisaient s'interroger sur le fait que des élèves puissent accomplir toute leur scolarité avec le même maître

Même en sachant que les classes uniques obtiennent de bons résultats, résultats vérifiés par des études statistiques, rien ne prouve que la permanence du maître soit le seul facteur en cause, et c'est un peu la raison pour laquelle nous avions adopté à l'origine l'option de la réforme des cycles qui restait la plus prudente avec la thèse primitive des cycles.

Dans l'hypothèse ou des maîtres récusent l'intérêt ou la nécessité de fiches personnelles, on peut en effet penser qu'il y aurait un inconvénient à trop marquer ces fiches de la patte du maître et à préférer donc une réalisation par couper coller, moins personnalisée. En fait, le choix des fiches traduit toujours la signature du maître, même par couper-coller, mais les maîtres insistaient sur l'intérêt de pouvoir varier les emprunts, et de s'obliger parfois à des choix qu'ils n'auraient pas fait spontannément. Convenons d'ailleurs que cette violence faite à soi-même peut exister aussi avec une préparation par ordinateur.

Mais dans tous les cas, quelle que soit l'option du maitre, construction par ordinateur ou par couper-coller, conception fixe ou ouverte des fiches, on conserve en PMEV le recentrage sur le pôle apprentissage qui relativise - un peu - le problème de la patte du maître.

Pour élargir encore ce que je disais dans un précédent message, ce qui se passe autour de la fiche est plus important que la fiche elle même, mais il a plus : le choix de la fiche par l'élève est plus important que le choix fait par le maître lorsqu'il élabore ses fiches, car l'important est dans le développement des compétences de l'élève, et la possibilité de choisir - je me répète quelque peu ! - met l'élève dans l'obligation d'analyser son travail. Nathanael y avait insisté autrefois : il s'agit bien là d'un ou même du pilier fondamental de la PMEV qui, en lui même, justifiait cette organisation de classe un peu particulière.


> C'est pourquoi je proposais cette solution. Sur le site que j'ai fait,
> j'explique comment j'ai adapté la pmev à une classe de cp-ce1,

Tu as très bien fait, d'autant que le niveau CP-CE1 est très particulier et que nous ne le maîtrisons pas encore très bien.

> mais ça ne
> tient pas 15 Mo ! Alors autant profiter de la place qui reste.

C'est ça qui est "luxueux" et même scandaleux. Je n'avais moi que 500 Ko, et j'ai pu monter à 2 Mo parce que des amis voulaient une boite Email mais pas de page perso et n'avaient donc pas besoin de leurs 500 Ko. Vous ne connaissez pas la chance que vous avez de ne pas être sous les tropiques....

Amicalement

MM

> Amicalement.
> Eric Vermeulen
> Briançon (05)
>
> cycle 2 (11gs + 7cp + 5 ce1), les ce1 et les cp seulement en pmev
>
> eric-ver@wanadoo.fr
> l'école de Puy-Saint-Pierre
> http://perso.wanadoo.fr/ecolepinet/siteecole/
> la pédagogie de maitrise à effet vicariant, experience en cp et ce1 :
> http://perso.wanadoo.fr/ericver/
>
> -----Message d'origine-----
> De : bechon.bernard <bechon.bernard@wanadoo.fr>
> À : pedagogie-maitrise@onelist.com <pedagogie-maitrise@onelist.com>
> Date : samedi 22 janvier 2000 16:54
> Objet : Re: [pedagogie-maitrise] charge de travail

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France