logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2000 - Janvier

De: Michel MONOT <magui@offratel.nc>
À: Liste PMEV <pedagogie-maitrise@onelist.com>
Objet: Re: [pedagogie-maitrise] lecture en PMEV
Date : samedi 15 janvier 2000 21:48

From: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>

Le message de Marie Christine Toulas me sembleparticulièrement intéressant car il apporte une amélioration indiscutable à nos conceptions d'ensemble.

Je l'en remercie sincèrement et j'essaye de faire le point.

1) Ce qui me semble acquis

Les activités "traditionnelles" de lecture silencieuse marchent généralement bien en PMEV car elles sont à la fois motivées et techniquement étayées par le moment de bilan qui les rend en outre moins scolaires, moins ingrates.

Ajouté au fait que le travail sur fiches comporte en lui même une forte dimension "lecture", nous pouvons considérer que les capacités en lecture sont ainsi bien développées par la pmev et que les risques de régression ultérieure, qui peuvent conduire à l'illettrisme, sont par là même limités.

L'usage que nous préconisons des lectures documentaires, à l'origine pour réguler les différences de rythme d'apprentissage, vient encore renforcer le dispositif, tout cela est assez indiscutable.

2) Ce qui reste à approfondir : le problème des lectures longues.

Nous avions certes constaté un regain d'intérêt pour la lecture loisir, même pour les textes longs, que les BCD contribuaient en outre à développer. Il s'agissait d'une heureuse conséquence du travail en PMEV, un effet direct de ce travail certes mais sur lequel nous n'étions pas directement en prise. Nous ne pouvions ignorer que le poids de la culture familliale restait ici important. Malgré les encouragements adressés à tous, et sans culpabiliser sur ce point car nous n'avons pas à censurer les apports familiaux positifs, nous manquait un moyen de mieux étayer l'accès à la lecture longue, d'autant que cette "lecture longue" a des des vertus spécifiques dont nous étions très conscients.
a) les vertus de la lecture longue
Une anecdote significative sur ce point. Un coup de téléphone anonyme m'avait un jour signalé une classe où - soit disant - l'on ne faisait rien. Malgré la répugnance que l'on peut avoir devant de telles dénonciations, la sécurité des enfants et celle du système commandait d'aller voir. Pour compléter mon "information", j'avais au préalable contacté le Principal du collège recevant les élèves concernés (un cycle 3 d'école rurale) et appris contradictoirement que ces élèves étaient bons.

Une inspection "au premier degré" aurait pu conclure à une classe où effectivement l'on ne forçait pas sur les composantes habituelles du français. Ma dénonciatrice, sans doute une directrice d'école retraitée "bien intentionnée", avait dit vrai. Il y avait même une interprètation très libre des horaires officiels, une excroissance anormale de la lecture de bibliothèque potentiellement préjudiciable aux autres disciplines du programme mais dont les résultats obtenus au collège commandaient de juger avec un certain recul. L'objectif était atteint, même si le cheminement était peu conforme.

On pouvait conclure que l'intense activité intellectuelle de cette classe de lecture atypique autorisait à ne pas s'appesantir sur les leçons traditionnelles, d'autant que, s'agissant de facto et avant l'heure d'une classe de cycle, les acquisitions de base se faisaient assez naturellement.

Bien qu'ayant cet incident en mémoire lorsque nous avons travaillé sur la PMEV, je ne l'avais que très partiellement intégré.
b) ce qu'apporte Marie Christine
est ici très précieux et va plus loin en répondant très précisément au problème que nous avions rencontré. Le problème des lectures longues est directement pris en charge, et selon les principes habituels de la PMEV, ce qui n'existait dans la classe précitée que de manière aléatoire.
L'approche de la lecture longue est finalisée par le passage au bilan, ou plutôt par ce qu'elle appelle le "rendez-vous lecture". Les difficultés propres à cette activité sont de même prises en charge par ce même travail de bilan et selon les principes habituels. Les compétences propres à la lecture longue, que certains peuvent avoir apprises ou développées ailleurs qu'à l'école, sont rendues elles même plus visibles et plus lisibles, ce qui est notre préoccupation permanente.

J'imagine que l'on retrouve ici, bien que la classe soit constituée de "bons lecteurs" et donc à un degré moindre, les différences habituelles entre élèves lents et rapides, et ces différences de rythme permettent de glaner le cas échéant quelques indices précieux pour les nécessiteux. J'imagine aussi que lorsqu'un livre est présenté plusieurs fois au "rendez vous lecture", l'incidence des présentations antérieures se fait sentir et rend la nouvelle présentation potentiellement encore plus riche si l'on parvient à éviter le sentiment de déja entendu.

Quoi qu'il en soit, malgré le gros travail que nécessite cette approche et les diofficultés que je ne sousestime pas, elle me parait valable pour tous, même pour les classes de moins bons lecteurs, car il est toujours possible de jouer sur le niveau des difficultés. Il sera sans doute utile de mettre en téléchargement les fiches guides d'accompagnement, d'autant qu'elles sont assez brèves si j'ai bien compris.

Mais je vous laisse la parole et remercie encore une fois Marie Christine pour cet apport important.

MM

----- Original Message -----
From: toulas <toulas@wanadoo.fr>
To: <pedagogie-maitrise@www.onelist.com>
Sent: Friday, January 14, 2000 7:07 AM
Subject: [pedagogie-maitrise] lecture en PMEV


> From: "toulas" <toulas@wanadoo.fr>
>
> Bonsoir, après quelques semaines de silence, j'ai envie de vous faire
> partager ce que je viens de mettre en place dans le cadre de la lecture.
> Je voudrais d'abord féliciter Béatrice pour son admissibilité. C'est vrai
> que la PMEV offre une cohérence et une pertinence précieuse pour les
> praticiens du "terrain" que nous sommes.
> je voudrais aussi souhaiter à tous les colistiers mes meilleurs voeux
pour
> l'année 2000.
>
> Mais revenons à la lecture. Je cherchais le moyen d'aborder cette
discipline
> dans l'esprit PMEV: respecter les choix et les rythmes de chacun, mettre
en
> place des moments de bilan pour étayer l'activité et relancer l'intérêt
pour
> les supports utilisés, travailler sur une unité temps de trois semaines.
> J'ai une classe de 15 CE1 et CE2, plutôt bons lecteurs.
> Mon gros travail a été de préparer des guides de lecture pour une
quinzaine
> de livres (petits romans pour les CE2, "j'aime lire" pour les CE1.
> Ces guides de lecture proposent un découpage du récit en trois étapes,
> divisées elles mêmes en deux ou trois unités de lecture.
> Chaque unité de lecture est accompagnée d'une ou deux questions; ce ne
sont
> pas des questions de contrôles, mais plutôt des prétextes à approfondir la
> compréhension du récit: qui sont les personnages principaux? Quel problème
> se pose? Qui vient aider le héros?
> Le contrat minimum est de lire une étape par semaine. On peut lire à la
> maison, mais aussi à l'école pendant les séquences de lecture libre en BCD
> (2 fois 30 minutes par semaine.)
> Le jeudi, c'est le "rendez-vous lecture", une sorte de bilan. Chacun
> présente son livre: on peut en lire un extrait à haute voix, le résumer,
ou
> remplir une fiche(auteur, illustrateur, personnages principaux, etc...).
> Toute présentation doit être préparée à la maison ou en classe avec moi
lors
> de la séquence d"étude dirigée du mardi. A la fin du rendez-vous lecture,
> ceux qui ont terminé leur livre peuvent l'échanger selon leur choix.
> Constat: en quinze jours, seuls deux élèves ont strictement répondu au
> contrat, tous les autres en sont déjà à un ou deux romans lus en entier.
> Certains ont déjà attaqué le troisième! Et les échanges lors du
"rendez-vous
> lecture" sont de plus en plus enrichissants, certains élèves essayant de
> mettre en valeur leur livre du mieux possible. Le plaisir de lire est
> véritable: ils lisent à longueur de journée: à la récré, en arrivant en
> classe avant 9heures, dès qu'ils ont cinq minutes...
> Bon, le gros travail, c'est de préparer le matériel pour toute la classe:
> lire tous les livres, préparer les fiches-guides, mais ensuite, cela va
> rouler tout seul pour un mois ou deux. Je renouvellerai le stock ensuite
au
> fur et à mesure.
> Enfin, les enfants lisent aussi dans le cadre des recherches documentaires
> et de la correspondance.
> Mais bien sûr, j'ai abandonné toutes les activités de lecture silencieuse
> traditionnelles ou exercices d'entraînement du type AFL.
> Qu'en pensez-vous ?
> Certains travaillent déjà peut-être ainsi, et pourraient m'aider à
améliorer
> cette organisation.
> Je cherche aussi des titres de romans adaptés aux CE1 et CE2 pour une
> lecture autonome.
> Merci pour votre attention, et à bientôt...
>
> Marie-Christine Toulas, P.E
> Ecole publique de Ceignac
> 12450 Calmont
> toulas@wanadoo.fr
> site de l'école:
> http://perso.wanadoo.fr/ecole.ceignac/
> adresse de l'école:
> ecole-de-ceignac@wanadoo.fr

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France