logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: Michel MONOT  <magui@xxxxxxxx.xxx>
Date: Sun Dec 6, 1998 1:27am
Subject: Le poids des représentations


Christine Mathieu a écrit :

Lorsque je présente ma façon de faire à d'autres personnes, je me rends compte que: - Je ne suis pas assez vieille pour faire le poids, manque d'expérience...: "Elle ne sait pas." - Je suis trop vieille, "Avec ton expérience, tu peux te le permettre..." - Je suis encore jeune, "Elle a encore la foi."

Ces jugements divers et variés mais qui aboutissent toujours au même résultat sont très significatifs des résistances que rencontre toute "innovation", fut-elle très simple voire même plus "restauratrice" que "révolutionnaire".

Cette difficulté est aussi caractéristique de l'apprentissage, puisque "apprendre, c'est changer de représentations", formule lapidaire mais souvent vraie.

Je viens à ce sujet de retrouver un texte qui tombe "à pic" : nous l'utilisions en stage pour illustrer le problème des résistances au changement et à l'apprentissage, mais il éclaire en même temps l'allusion un peu sybiline d'un précédent message.

Pour information :


Titre : LE MARTYRE DE SEMMELWEIS

Un des exemples les plus douloureux de savant victime de sa découverte est celui du médecin hongrois Ignaz-Philipp Semmelweis (1818-1865), qui, après avoir découvert l'origine infectieuse de la fièvre puerpérale, s'efforça, malheureusement sans succès, de généraliser l'emploi des procédés antiseptiques. Par leur rigueur toute scientifique, les circonstances de sa découverte méritent d'ailleurs d'être citées.

Au milieu du XIXe siècle, la fièvre puerpérale faisait de tels ravages dans les services de maternité des hôpitaux qu'elle causait une véritable terreur chez les femmes sur le point d'accoucher. Parmi les hypothèses plus fantaisistes que réellement scientifiques qui étaient émises sur son origine, mentionnons seulement l'influence de certains aliments, voire même de parfums.

Assistant à l'autopsie d'un aide de laboratoire, mort des suites d'une infection contractée au cours d'une dissection Semmelweis nota la similitude de nombreux signes anatomiques et pathologiques avec ceux que l'on pouvait observer chez les femmes mortes de fièvre puerpérale. Il pensa alors que ces deux maladies devaient avoir des origines similaires, et cette idée fut confirmée dam son esprit par la constatation qu'il fit, que les décès causés par la fièvre puerpérale étaient plus nombreux dans une clinique où les étudiants venaient observer les accouchées sans prendre aucune des précautions qui nous sont devenues familières. Il communiqua aussitôt ses observations et ses idées à la Société médicale de Vienne, affirmant que la fièvre puerpérale résultait d'un empoisonnement du sang provenant du manque de précautions antiseptiques. La diminution rapide de la mortalité qui suivit la mise en œuvre de ses prescriptions relatives au lavage minutieux des mains de tous ceux qui approchaient les accouchées et à la désinfection de la salle par des lavages au chlorure de calcium apportait une confirmation éclatante de la justesse des vues de Semmelweis.

Cependant les plus grands obstétriciens de Vienne combattirent si âprement cette thèse que son auteur dut bientôt quitter l'hôpital où il exerçait. Nommé, en 1855, à l'Université de Budapest, il revint à la charge en publiant en 1861 un ouvrage d'ensemble sur L'étiologie, la pathologie et la prophylaxie de la fièvre puerpérale où ses idées se trouvaient développées et appuyées sur de nouvelles observations. Refusant de s'incliner devant des faits si clairement établis, ses adversaires redoublèrent de violence dans leurs attaques, à tel point que Semmelweis dut abandonner sa chaire. Vaincu par une telle opiniâtreté et par l'emploi des armes les plus blessantes, le médecin hongrois s'effondra bientôt et mourut tristement, quelques années plus tard, dans un asile de fous.

Cependant les travaux de Pasteur et les succès incontestables obtenus par le grand chirurgien anglais joseph Lister (1827-1912) triomphaient peu à peu de l'obstination des adversaires de l'efficacité de l'antisepsie dans la prévention des maladies infectieuses, et, quelque vingt ans plus tard, la justesse des idées de Semmelweis était enfin reconnue et les méthodes antiseptiques appliquées avec succès à la prévention de la fièvre puerpérale. La statue qui fut alors inaugurée à Budapest, en 1894, à la mémoire du grand médecin hongrois, pionnier de génie et martyr de sa découverte n'efface malheureusement pas le souvenir de sa fin tragique et des milliers d'innocentes victimes qui ont payé de leur vie l'aveugle obstination des tenants de la médecine officielle de l'époque. Nul autre exemple, semble-t-il, n'atteint à ce tragique.

[Extrait de R. TATON Causalités et accidents de la découverte scientifique. Ed. Masson]

M. MONOT
E-mail : magui@o... Pédagogie de Maîtrise "à effet vicariant": http://www.offratel.nc/magui/

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en servir pour découvrir ce que nous n'avons pas encore découvert." (Gaston BERGER)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2002 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France