logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: xavier.marciniak  <Xavier.Marciniak@xxxxxxx.xxx>
Date: Fri Dec 4, 1998 9:38pm
Subject: Re: remediation


-----Message d'origine-----
De : Bernard.Yves.COCHAIN@a... byc@b...

  Telle que je l'avais comprise, la pédagogie de maîtrise permettait   justement de gérer les différences de niveau.

Beaucoup de démarches pédagogiques gérent les différences de niveau, dont la PMEV. Malheureusement,   quand un enfant est en réel difficulté d'apprentissage, il l'est dans toutes les démarches pédagogiques "classiques". Il n'y a pas de recettes miracles, mais des réseaux d'aides, des activités possibles de remédiation, comme la PEI de Feuerstein, les ARL, etc... Deux de mes enfants sont dans ce cas.

  Je ne vois pas pourquoi il serait autorisé de s'aider pour une consigne   et pas pour la réalisation des activités de recherche et   d'entraînement.

C'est vrai que la pratique de la PMEV est difficile à cerner si on ne l'a pas expérimentée.
Pourquoi refuser les échanges pour les activités "de recherche et d'entraînement" ?

Par observation :
a.. les plus "faibles" prennent l'habitude de se faire aider par d'autres. Le temps de réflexion, de recherche personnelle disparaît, et avec lui la démarche cognitive d'appropriation de la consigne et d'utilisation de la compétence. Des relations de dépendance se créaient.
b.. l'observation de la démarche d'apprentissage disparaît elle aussi (évaluation formative riche pour l'enseignant).
c.. le bilan se trouve faussé effectivement (ce que comme toi je ne pensais pas au départ), et d'ailleurs spontanément les enfants maintenant refusent de se faire aider ( à l'exception de l'explicitation eventuelle de la consigne s'ils bloquent vraiment)
d.. l'évaluation ( ils fonctionnaient au départ en interactivité, j'ai donc pu comparer) donne de meilleurs résultats avec ce système. Les enfants prennent confiance en eux.
e.. le niveau sonore est beaucoup plus agréable (remarque des enfants eux-mêmes)

Ceci ne m'empêche pas de les laisser travailler par 2 ou plus quand il s'agit d'une vraie situation de recherche. .

  2) Je ne comprends pas l'importance donnée au bilan collectif (les   sondages que j'ai effectué dans les messages de la liste m'ont parus   révéler ça).

Effectivement. Il faut le pratiquer pour en comprendre toute l'importance et chacun de nous l'a ressenti ainsi. A chacun son style sans doute. Pour moi c'est un moment qui ressemble beaucoup au quoi de neuf, riche, interactif, constructiviste. J'ai obtenu grâce à lui ce que je n'avais pas pu obtenir durant les quoi de neuf ou les conseils : écoute des autres, respect des moments de parole, coopération étroite, autonomie. C'est le moment constructiviste par excellence, celui où s'affichent, se contestent, se complètent, se comparent les démarches d'apprentissages dans leur variété. Ces jours-ci, les Gamins ont tenu à rajouter un moment au bilan : la vérification : ils posent des questions aux autres enfants pour s'assurer de leur compréhension. Cela se fait sous forme de jeux qu'ils créent eux-mêmes.

  Comme tu le sais, je pratique un bilan hebdomadaire individuel avec   chaque élève. Je ne supprimerais pour rien au monde ces moments   privilégiés avec les gamins où je peux les guider, les rassurer...

J'en ai arrêté sa systématisation :
a.. les enfants n'en ressentent plus le besoin.(à 2 exceptions près)
b.. cela me prenait une matinée entière ou une après-midi si je voulais le faire efficacement.

>Ayant des classes plus qu'hétérogènes, travaillant à des rythmes très
>différents, les élèves ont peu de points communs à un moment donné, ce
>qui limite l'intérêt de bilans collectifs. Là je reprends ta phrase du début :
>"Telle que je l'avais comprise, la pédagogie de maîtrise permettait justement de gérer les différences de niveau."

Tu avais bien compris ! C'est là que le bilan offre toute son efficacité.

  Michel préconise des   périodes de travail de 3 semaines, j'avoue ne plus tenir ce cadre et   laisser individuellement le temps à chacun de faire ses apprentissages.  

Ce qu'apporte la PMEV, c'est une organisation rationnelle et rassurante qui permet de tenir ses engagements. C'est à toi d'ajuster ta programmation. A ce sujet le message de Christine (remédiation) est très interessant.

  Pour tes élèves un peu largués, je ne vois pas beaucoup de solutions   avec l'organisation que tu as mise en place. Si les enfants ne peuvent   pas rechercher de l'aide auprès de camarades, il ne reste que toi.

Si je pensais que l'aide de leur camarade pouvait leur être utile, je n'hésiterais pas une seconde. Ce n'est pas le cas, et cela les rend assez malheureux. Ils ne sont pas un "peu largués", ils ont de réels problèmes d'apprentissages.

  Pour moi, le seul point important, c'est l'entraide entre enfants qui   permet à l'enseignant de se libérer le temps nécessaire aux entretiens   individuels et à une assistance efficace.

Oui, mais le constructivisme ne peut pas se définir uniquement par l'entraide entre les enfants. En cela la PMEV apporte un cadre précis où ce constructivisme trouve toute sa dimension, dans un cadre assez rassurant pour l'enseignant. Et puis la classe devient un lieu social par excellence.

""On me reconnaît comme membre à part entière de la petite société qu'est la classe non seulement par ma "valeur scolaire", mais aussi par mon travail, mon désir d'exister en tant qu'élève, par ma possibilité d'exposer mon travail et mes recherches, mes doutes, mes hésitations, mon impuissance. Je suis prêt alors à être aidé car je ne risque rien mais j'ai tout à gagner. Je veux comprendre. Mes pairs m'aideront et peut-être pourrais-je aussi les aider." (déjà vu)

Pourquoi l'enseignant devrait-il systématiquement s'effacer ? N'a-t-il pas sa place non plus dans ce réseau ? Pourquoi te réserver uniquement aux entretiens individuels et à une tâche d'assistance ?

  C'est un peu ce qui se passe dans une salle informatique. Les gamins   sont par deux devant les ordinateurs, ils se suppléent et l'enseignant   n'intervient que quand il y a un problème que les enfants ne peuvent   pas résoudre. Dans la classe, c'est encore mieux car les enfants   peuvent se mettre par dix pour réaliser un travail en commun, mais   peuvent aussi s'isoler...

J'ai pratiqué cela comme toi. Mais comment te définir cela ? Peut-être comme le passage d'une opacité certaine à la clarté. J'y vois clair et j'interviens encore moins qu'avant. J'ai une vue d'ensemble et non une vision parcellaire des compétences de mes enfants. D'autre part, j'ai enfin une vision nette du constructivisme.

Amicalement
Xavier


Xavier Marciniak I Xavier.Marciniak@a... --ICQ 13404099
Les Gamins de Leclerc I Gamins.Leclercq@a...
http://www.ac-versailles.fr/etabliss/Leclerc
Pédagogie de Maîtrise :
http://www.multimania.com/xmarciniak/accueil.html


retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France