logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2002 - Juin

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <pmev@cartables.net>
Objet: Re: [pmev] à propos de vicariance.
Date : mardi 18 juin 2002 05:03

Jean Luc Damble aborde le délicat problème de la "vicariance".
Délicat parce que le mot est d'emploi très récent en pédagogie, un peu
plus ancien en physiologie.
Délicat plus encore parce que Reuchlin est largement responsable de
son emploi pédagogique, alors qu'il l'a surtout utilisé lui même dans
le prolongement de son sens physiologique.
Je vais essayer de préciser ce regard, qui n'est pas celui d'un
spécialiste. Il appartiendrait aux universitaires de revenir sur ces
questions.

----- Original Message -----
From: "jeanluc.damble" <jeanluc.damble@wanadoo.fr>
To: <pmev@cartables.net>
Sent: Tuesday, June 18, 2002 4:30 AM
Subject: [pmev] à propos de vicariance.


| Ce message s'adresse plus à M. Monot, mais je pense qu'il peut interpeller
| toute la liste.
| J'ai lu sur un article de l'ACELF dont MM a donné récemment l'adresse
| (http://www.acelf.ca/revue/XXVIII/articles/08-rieben.html) l'article "à
| quelles conditions la notion de style d'apprentissage peut-elle devenir
| heuristique pour le champ de l'éducation ?"
| paragraphe : une autre orientation théorique : le modèle de la vicariance.
| "chaque individu disposerait de plusieurs processus vicariants pour
| s'adapter à la situation dans la quelle il se trouve.

La physiologie de la "boîte noire" n'est pas celle des organes
ordinaires, mais on retrouve bien ici le sens initial du mot, tel
qu'il est utilisé en physiologie.
On parle ainsi d'organe vicariant = qui supplée à l'insuffisance
fonctionnelle d'un autre, plus ou moins bien évidemment. Par exemple,
les reins en cas de déficience du foie, dans une certaine mesure.
Il n'est plus question ici d'organes, pas tout à fait de fonctions,
mais de processus, et en tout cas d'une sorte d'hypothèse.

| Mais certains de ces
| processus seraient, chez un individu donné, plus facilement évocables que
| d'autres...." Reuchlin, processus vicariants et différences individuelles in
| journal de psychologie, volume 2.
| excusez les références mais il les faut.

Plus facilement évocables que d'autres, sans doute en raison des
premiers conditionnements opérés, ou des premières adaptations
apparues en réponse à des stimulus.
En ce qui concerne les références, Reuchlin a écrit pas mal de choses
sur les différences individuelles à l'école, développant toute une
problématique qui, à travers livres et revues, pourrait alimenter pour
longtemps les recherches appliquées en pédagogie différenciée.
Mais ce n'est pas dans ce travail spécifique et volumineux que j'ai
pioché l'idée dont est née la PMEV. Seulement dans un très court
extrait d'un chapitre sur l'apprentissage animal qui n'avait RIEN à
voir avec cette problématique, du moins en première lecture, sinon
pour lui tourner le dos en quelque sorte ou en tout cas éviter des
dérives "par excès" de la pédagogie différenciée.
Mais le concept de "processus vicariants", introduit par Reuchlin un
peu plus tardivement me semble-t-il, parait aller lui aussi dans le
même sens, celui d'une modération des approches en pédagogie
différenciée.
Reuchlin introduit l'idée d'un donné initial commun qui va se
différencier progressivement mais qui resterait globalement
mobilisable. ..

| à lire cette phrase j'en conclue que les processus vicariants sont
| intra-individuels.
| or en PMEV on semble utiliser le concept de vicariance de façon
| inter-individuelle.

Je crois en effet que l'on peut dire les choses comme cela. Et évoquer
par la même occasion la "querelle" Piaget / Vygotsky. L'un qui se
limitait - en simplifiant beaucoup - à l'intra-individuel. L'autre qui
insistait à juste titre sur l'inter-individuel et sur ses précieuses
retombées intra-individuelle.

| je n'ai pas lu l'article de Reuchlin mais je pose la question ces processus
| vicariants doivent avoir existé avant chez chaque individu pour pouvoir être
| évoqué.
| ces processus vicariants sont évoqués à travers d'autres individus.
| donc la vicariance est un processus inter-individuel.

Je vois les choses ainsi, pour l'instant. Chacun a les mêmes atouts de
base, mais va apprendre à en user différemment, soit seul au contact
de la réalité (intraindividuel), soit sous l'effet des premières
médiations humaines reçues de son milieu (interindividuel).
Ces processus variables d'un individu à l'autre sont pour l'instant,
avant la socialisation introduite par l'école, à peu près isolés.
C'est à l'école qu'il vont par la force des choses se trouver
confrontés les uns aux autres, dans le cadre des tâches effectuées,
identiques pour tous mais susceptibles d'approches différentes, si du
moins nous favorisons la lisibilité des tâches effectuées.
Lorsque je dis que le moment "bilan", introduit dans la PMEV en
application du principe de l'apprentissage vicariant, est un moyen de
prendre des repères sur les autres, se trouvent en cause des éléments
"notionnels", dont l'enfant a besoin pour progresser dans les
contenus, ou bien des éléments comportementaux, plus ou moins
indépendants des contenus, qui peuvent être très simples ou beaucoup
plus élaborés.
Il faudrait pouvoir analyser tout cela, et même entrer à la limite
dans la "boîte noire", pour pointer de façon précise les emprunts des
uns et des autres, différencier les éléments simples et les éléments
plus complexes, les éléments purement notionnels et les éléments
composites, les processus des uns que les autres ne mobilisent pas
mais qu'ils vont découvrir ou au moins soupçonner à travers les
échanges qui se font au grand jour et sont délibérément rendus
lisibles, et donc susceptibles d'être décryptés ou identifiés.

| comment alors évoquer chez un individu quelque chose qu'il n'a pas en lui et
| comment faire sien ce processus ?

Dans l'hypothèse de Reuchlin, tous les éléments constitutifs des
processus préexistent mais n'ont pas encore été mobilisés de façon
identique par tous. Les voir fonctionner chez les autres, ce qui ne va
pas de soi mais que nous cherchons en PMEV à favoriser, peut avoir
valeur d'incitation à les acquérir ou constitue même déjà un acte
d'acquisition : apprentissage vicariant d'un processus vicariant, pour
user dans la même phrase de deux sens différents du même mot.
En paraphrasant : apprentissage par observation, analyse et
reproduction, d'un processus inconnu pouvant avoir, dans une situation
donnée, la même efficacité qu'un autre ou même une efficacité
supérieure au processus connu habituellement utilisé;

| se pose alors bien sûr d'autres problèmes qui sont de l'ordre de la place
| de l'enseignant dans la classe, quelle attitude avoir par rapport à un
| processus qui fonctionne chez un individu et comment le transferer à un
| autre individu pour qu'il puisse l'évoquer, avec succes.....

L'enseignant ne peut procéder lui même à ce transfert, mais c'est lui
qui va le favoriser, en organisant sa classe pour permettre une
meilleure lisibilité des procédures utilisées par les uns et par les
autres. Je vois mal comment "programmer" cela, mais beaucoup mieux
comment créer les conditions de ces transferts; tout ceci étant
évidemment encore très "empirique", mais bien adapté à une conception
plus "apprentissante" ou "apprenante" que "enseignante" de l'école..

| c'est le problème ancien de la transférabilité de compétences ou de
| méthodes,

Mais ce problème du transfert était traité sous un angle plutôt
"piagétien" et intra-individuel : l'élève X a maitrisé une compétence
dans un contexte donné, comment le conduire à l'utiliser (transférer)
à d'autres domaines ?

Ce problème n'a malheureusement pas disparu, mais une approche plus
"vygotskyenne" peut le renouveler. Si l'élève X a du mal à opérer les
indispensables transferts seul, il aura peut être la chance de pouvoir
observer l'élève Y qui, lui, a réussi à aller un peu plus avant, et
qui l'aura peut être lui même réussi en observant l'élève Z, etc...

Ce processus d'échanges et de transfert de compétences est sans fin.
Il fonctionne de manière relativement autonome, à condition que l'on
en accepte l'existence, ce qui n'est pas la règle, et encore mieux si
on cherche à promouvoir ces procesus d'échanges et à en accompagner
rationnellement le déroulement pour veiller à leur plein rendement...

| mon propos demanderait à être mieux organisé mais bon je fais dans l'urgence
| de l'écriture internet...

Mais j'en suis au même point !

Michel MONOT
Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant :
www.offratel.nc/magui/

"Nous ne vous demandons pas de répéter nos formules, mais de vous en
servir pour découvrir ce que nous n'avons pas encore découvert"
(Gaston BERGER)

| jeanluc.damble
| Adresse(s) d'email :
| jeanluc.damble@wanadoo.fr


----------
Pour vous desabonner :
rendez-vous a l'adresse :
http://www.lebulletinpmev.com/test_ml.html
Pour obtenir de l'aide :
ecrivez a : pmev-owner@cartables.net
Pour consulter les archives des messages depuis janvier 2000,
rendez-vous a l'adresse : http://desette.free.fr/
Les archives par fil de discussion : http://www.lebulletinpmev.com/nav.php3?page=voirforum&boardid=2

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2002 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France