logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2002 - Juin

De: <VINCBRETON@aol.com>
À: <pmev@cartables.net>
Objet: Re: [pmev] Re: Mandala
Date : samedi 1 juin 2002 13:31

Bonjour,

Dans un E-mail daté du 01/06/2002 08:16:06 Paris, Madrid,
benedicte.berthemy@libertysurf.fr a écrit :


> je suis rassurée à La PMEV , c' est la mixité ....


Moi j'aimerais bien que l'on me dise ce que l'on entend par "mixité". Je ne
cherche pas à provoquer, bien au contraire, mais je note qu'il n'a pas été
répondu sur le fond.
On me dit de consulter le dictionnaire avec une légère condescendance
heureusement tintée d'humour... mais les dictionnaires se contredisent
parfois et je n'ai peut-être pas attendu pour le faire !

La laïcité à la française est un modèle que l'on peut contester. Il est
souvent difficile à expliciter, y compris en France et souvent à l'étranger.
La laïcité ne dit pas : "je reconnais à chacun le droit de venir à l'école
promouvant son identité religieuse, en s'identifiant en tant que membre d'une
communauté."

Elle dit, "chacun possède son histoire, religieuse ou culturelle, mais
personne n'a à s'en rendiquer. Au sein de l'école, la neutralité nous permet
non seulement de cohabiter et de nous découvrir, mais également (et c'est ce
que pressentent certains) elle vient nous donner la possibilité de nous
émanciper d'une origine culturelle ou religieuse.
La laïcité s'oppose au communautarisme.

La laïcité avant le droit à la différence signifie notre ressemblance. En
cela, elle peut sembler "uniformisatrice " à certains. Les blouses grises
d'antan étaient austères.
Elles n'étaient souvent que des leurres. L'égalité ne naît pas si facilement.
Pourtant le message en forme de devoir est de nous inciter à veiller à ce que
chaque individu puisse construire son projet personnel, y compris si c'est un
projet ambitieux du point de vue des études, y compris si c'est un projet qui
le met en rupture par rapport à son milieu socioculturel ou religieux.

Bien entendu, on a des présupposés, certains indices peuvent nous laisser à
penser que telle personne a telles ou telles pratiques religieuses. Mais le
simple fait de découvrir "celui qui mange du porc" et "celui qui n'en mange
pas", ce simple fait qui fait question est "émancipateur."

>
> Je partage le point de vue de Jacques Bert , à nos dicos et nous pourrons y
> retrouver une définition des mots : sectateurs, sectaires et ... laïcité .
>
> Dans mon approche il est question de culture et de " racines " .
>
> Depuis peu , ont été introduites au collège la lecture des textes
> fondateurs
> (Odyssée... Bible...Coran etc... ) et il n' est pas pour autant question de
> religion mais de culture et de retrouver à travers l' histoire les points de
> rencontres et d' enrichissement de nos cultures .
>

Je suis tout à fait d'accord avec l'enseignement du fait religieux. A la
condition d'ailleurs que l'on n'oublie pas d'évoquer les dissidences, les
mouvements athéistes etc.
"Points de rencontre et d'enrichissement" mais aussi chocs, guerres,
violences, dominations sociales engendrées par le fait religieux.
La laïcité n'est pas l'oecuménisme.
Les racines je dois les connaître, mais je dois avoir le droit de rompre
avec.

Ce qui m'a inquiété à la lecture du discours accompagnant la promotion du
Mandala (exercice je le répète sympathique et intéressant) c'est tout un
ensemble de formulations qui créent une connexion pour le moins singulière
semblant montrer une adhésion à une pensée d'ordre spirituel qui est légitime
mais qui relève de la sphère privée.

Les vertus que l'on veut trouver au Mandala touchent à la sphère intime .

On me permettra en tant que parent d'élève d'une part comme en tant
qu'enseignant d'autre part d'être heurté à l'idée que de tels présupposés
puissent accompagner des activités présentées au sein de l'école publique
(mais peut-être notre correspondante enseigne-t-elle dans le privé et dans ce
cas mon argumentaire ne lui est pas adressé).

Les assertions d'ordre psychologique doivent également être maniées avec
prudence. Il y a des professionnels pour ça.



> Quant à l' enfant dans la classe , je lui accorde le droit de choisir une
> activité et même à certains moments de ne rien faire pour rêver et "se
> construire" ....Je pense que l'équilibre de l' enfant est un préalable aux
> acquisitions
>
On oppose souvent l'éducateur à l'enseignant. J'ai souvent été conduit à
montrer que nous avions un rôle éducatif.
Mais prenons le temps de nous arrêter un instant sur cette phrase : "je lui
accorde le droit".
Pour ma part, pour rendre légitime mon action, j'essaie d'inscrire les rôles
des élèves et des maîtres non pas dans des droits que les uns accorderaient
aux autres mais dans le contexte de l'institution défini par la Loi écrite.
L'école est un lieu de socialisation.
Les élèves de ma classe savent que ce que nous apprenons est écrit dans les
instructions. Je suis libre effectivement des méthodes (mais j'ai tout de
même obligation de résultats) . Autrement dit, il nous faut aussi veiller aux
cohérences, au sens de ce que nous faisons mais je ne me situe pas ailleurs
que dans les textes.
Je ne suis pas forcément d'accord avec tout ce qu'il faut enseigner, il y a
peut-être des manques, mais quand j'enseigne je suis fonctionnaire loyal.

Le choix d'une activité ou de ne rien faire s'inscrit dans un contrat... mais
ce choix est cadré (quand on enseigne dans l'enseignement public) par un
ensemble d'obligations qui nous sont faites.
Autrement dit, je prends garde à ne pas laisser croire à l'élève qu'il peut
tout choisir. J'évite de lui mentir. L'école n'est pas non plus un
supermarché. Son choix est motivé. Par exemple dans ma classe, les élèves
choisissent des ateliers pour reprendre ou approfondir une notion parcequ'ils
évaluent qu'ils en ont besoin.
Mais on ne choisit pas de faire "des maths" ou "du français"... il y a des
choses à apprendre.
Si l'enfant ne fait rien, ou ne fait pas assez, on réfléchira ensemble aux
conséquences. On définira un projet pourquoi pas sous forme de contrat.
Si l'enfant ne fait pas parce qu'il ne peut pas (pour des raisons
physiologiques ou psychiques) il n'est pas question de le culpabiliser non
plus, mais on formalisera avec lui et recherchera de solutions (parents,
réseau...)

L'équilibre de l'enfant, je dois le préserver, mais ce n'est pas à moi de
l'assurer. Mon rôle est d'enseigner, de transmettre des connaissances (ou de
faire apprendre, ou d'aider l'élève à construire ses connaissances).

Si cela coince pour des raisons non pédagogiques je m'en remets aux parents
ou à ce que l'Institution propose.

Voilà le contexte global dans lequel je me situe. On dira que je prends trop
de temps pour une simple affaire de Mandala, que je chipote... on me taxera
même d'intolérant ou l'on tentera de personnaliser le débat.... Il ne suffira
pas cependant de me taxer de sectaire pour que je le devienne ! :-)
Probablement l'activité en elle même est-elle tout à fait neutre, mais
peut-être aussi de glissement en glissement, malgré nous, le discours vient
nous envahir. Nous lisons des ouvrages flatteurs, de belles formulations
généreuses, nous accordons peu à peu à la psychologie une place surestimée ou
en tout cas qui ne relève pas de notre champ ... et nous enfermons nos élèves
dans un étiquetage, insidieusement...

Je me souviens par le passé d'avoir vu des enseignants faire pratiquer par
exemple la relaxation. C'est très bien la relaxation, c'est un bel
exercice... utile même... mais de là à dériver sur la méditation ou employer
des formulations d'ordre spirituel mystico-magiques, il y a un pas que nous
n'avons pas le droit de franchir à l'école... Nous l'avons pourtant vu faire
à des degrés divers.


Notre système éducatif, plus que jamais risque l'éclatement. Je ne suis pas
loin s'en faut un "laïcard passéiste", la pédagogie ne s'oppose pas pour moi
à la transmission des savoirs, mais je milite pour la liberté individuelle et
la solidarité comme projet de Société. La laïcité me semble avoir besoin plus
que jamais d'être défendue. d'où ma réaction inquiète.

Bien cordialement.


Vincent Breton

http://prepaclasse.ifrance.com


----------
Pour vous desabonner :
rendez-vous a l'adresse :
http://www.lebulletinpmev.com/test_ml.html
Pour obtenir de l'aide :
ecrivez a : pmev-owner@cartables.net
Pour consulter les archives des messages depuis janvier 2000,
rendez-vous a l'adresse : http://desette.free.fr/
Les archives par fil de discussion : http://www.lebulletinpmev.com/nav.php3?page=voirforum&boardid=2

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2002 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France