logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2002 - Mai

De: "Bénédicte Berthemy" <benedicte.berthemy@libertysurf.fr>
À: <pmev@cartables.net>
Objet: Re: [pmev] échec ?
Date : jeudi 30 mai 2002 17:43

"Pour information sur la pédagogie de la gestion mentale"

Outil pour l' enfant en complément d' un outil pour la
Classe

Extraits d' un site International de Gestion Mentale

Une entrevue avec Antoine de La Garanderie
Q-Qu'étudie la gestion mentale?
Les gestes mentaux
Q- Quels gestes mentaux?
Ceux qui assurent l'activité cognitive de l'être humain.
Q- Quels sont-ils?
Les gestes d'attention, de mémorisation, de compréhension, de réflexion,
d'imagination créatrice.
Q- Que procure cette étude de ces gestes mentaux?
Des définitions proprement descriptives de la façon d'effectuer ces gestes
mentaux pour qu'ils soient réussis; ce qui veut dire que tout être humain
qui décidera d'adopter ces définitions pour conduire ses actes d'activité
cognitive ne pourra que les mener à bonne fin.
Q- Comment furent obtenues ces définitions proprement descriptives de
l'activité cognitive?
Par un effort direct d'élucidation en se posant les questions suivantes:
Qu'est-ce qui fait qu'un acte d'attention est attentif?
Qu'est-ce qui fait qu'un acte de mémorisation est mémorisant? etc
Q- Qu'est-ce qui assure que ces définitions sont descriptives, si elles ne
partent pas d'observations directes de sujets en situation d'activité
cognitive?
1- L'intelligibilité qui les caractérise
2- L'efficacité certaine de qui les met en oeuvre.
Q- Peut-on parler de "description" si l'on n'est pas sur le terrain de
l'observation?
On est sur le terrain de la description, parce qu'on vise à décrire un acte
d'attention qui porte en lui la structure propre à l'acte d'attention etc..
On décrit ce qui peut faire que cet acte atteigne son but.
Q- Une fois ces définitions construites et communiquées, que fait la gestion
mentale?
Elle interroge les sujets pour savoir comment ils s'y prennent pour exécuter
les actes de l'activité cognitive.
Q- Quel besoin y a-t-il de s'inquiéter de la façon dont les sujets s'y
prennent pour conduire leurs actes de connaissance puisqu'on a beaucoup
mieux à leur proposer?
C'est que les sujets restent esclaves de leurs façons habituelles d'exécuter
leurs actes d'activités cognitives. Ils ont besoin d'en faire l'analyse pour
s'en libérer, s'ils ne sont pas efficaces, avant de pouvoir adopter ceux
qu'on a à leur proposer.
Q- Comment va-t-on s'y prendre pour les libérer et les mettre en situation
d'adopter les bons gestes mentaux de connaissance?
En les mettant en situation de tâche à propos de ces actes en gestes
fondamentaux de l'activité cognitive à la suite desquels on les interrogera
sur la façon dont mentalement ils s'y sont pris pour les exécuter.
On demandera donc à ces sujets des actes dits d'introspection, puisqu'ils
devront se référer à ce qui vient de se passer dans leur conscience au cours
de la tâche qu'ils viennent d'effectuer.
Q- L'introspection a été rejetée par des milieux scientifiques comme non
valable, qu'avez-vous à répondre?
Si l'introspection a été refusé par ces milieux scientifiques (pas tous du
reste), c'est qu'ils s'en tenaient à des critères de pure forme ou qu'ils
ignoraient l'usage que nous en faisions.
Q- Pourriez-vous préciser?
Je laisse les critiques de pure forme, car elles n'ont qu'un caractère "à
priori" et l'usage que nous ne faisons suffit à en montrer l'inanité.
Nous pratiquons l'introspection de la façon suivante:
Des sujets, aussi nombreux qu'on veut, sont invités à exécuter une tâche
mettant en jeu tel ou tel geste mental de l'activité cognitive.
On les interroge après coup par des questions très précises sur la façon
dont ils s'y sont pris mentalement pour l'exécuter. On pose à tous les mêmes
questions, on note toutes leurs réponses, on compare les résultats de la
tâche à la façon dont ils s'y sont pris. On compare leurs témoignages. Cette
façon d'utiliser l'introspection a été reconnue par les épistémologues comme
expérimentale, c'est à dire comme scientifique.
Q- N'y a t-il donc qu'une seule bonne façon d'exécuter les gestes mentaux de
la connaissance?
Oui, mais cette seule bonne façon ne conduit pas à un statut
d'uniformisation. Les sujets, à partir du bon geste mental de connaissance,
constituent des objets de connaissance différents. Certains sujets composent
ces objets avec des images visuelles, concrètes ou abstraites, d'autres avec
des images phonétisées, des mots concrets ou abstraits. De là, des
structures d'opérations cognitives nuancées dont il faut que le sujet prenne
connaissance.
Q- Comment s'y prendra-t-on pour cela?
En interrogeant les sujets, toujours à partir de tâches, afin de lui
permettre de dégager soit des procédures qu'ils emploient, soit celle qu'ils
pourraient ou devraient employer.
Cette interrogation dont le but est la prise de conscience des moyens
employés pour répondre aux tâches mêmes les plus complexes relève de ce
qu'on appelle les "profils pédagogiques".
Q- Qu'apporte le profil pédagogique du sujet?
La prise de conscience des procédures qu'il utilise à son insu dans toutes
les situations de tâche qu'il est amené à conduire dans sa vie. Ensuite, la
prise de conscience des procédures qu'il pourrait ou devrait utiliser pour
les mener à bonne fin.

Si ces infossemblent vous concerner, n¹ hésitez pas à rendre visite à des
sites très bien documentés .




----------
Pour vous desabonner :
rendez-vous a l'adresse : http://www.lebulletinpmev.com/test_ml.html
Pour obtenir de l'aide :
ecrivez a : pmev-owner@cartables.net
Pour consulter les archives des messages depuis janvier 2000,
rendez-vous a l'adresse : http://desette.free.fr/
Les archives par fil de discussion : http://www.lebulletinpmev.com/nav.php3?page=voirforum&boardid=2

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2002 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France