logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2002 - Avril

De: <jacques.bert@infonie.fr>
À: <pmev@cartables.net>
Objet: Re: [pmev] Cerveaux-freins
Date : mercredi 24 avril 2002 18:19

Partant d'une boutade, je ne voudrais pas miner le moral
des "troupes" (ou des "francs-tireurs") de la PMEV, donc
je préfère donner à lire une actualité positive :

Ce matin, intervention dans une animation pédagogique "du
mercredi" organisée par l'A.I.S de Bourg-en-Bresse sur le
thème "Enfants intellectuellement précoces en difficulté
scolaire et méthodes pédagogiques adaptées sur le
terrain". 70 enseignants présents (du public et du
privé), quelques parents et représentants d'associations
de parents d'E.I.P et une journaliste du "Progrès" de
Lyon (ce quoi veut dire article dans la semaine).

Et c'est là qu'on parle de la PMEV.
Eh bien, croyez-moi, ça les intéresse, les instits !
Seule objection reçue : ne pas opposer les "anciens" et
les "modernes" (c’est ma faute, je suis parfois un peu
trop provocateur), à quoi j'ai répondu que la PMEV
n'opposait que le "frontal' et le "différencié", et
rappelé qu'elle trouvait ses sources dans
l'apprentissage "animal" et le compagnonnage, ce qui a
réconcilié tout le monde.

Mais, puisqu’on en parle …
Pour ce qui est du débat "d'entre deux tours"
sur "Pourquoi on en est arrivé là", je crois que la vie
nous rappelle toujours cruellement qu’il ne faut pas
laisser « la nature » combler les vides. On peut toujours
reprocher au système éducatif d’être à l’origine de la
défaite, comme Pétain en 40, mais ça ne fait pas avancer
le « schmilblick » puisque c’est trop tard…

Ce que la PMEV nous montre, dans la pratique, c’est que
si on veut apprendre à des enfants à être autonomes (du
grec auto (soi-même) et nomos (loi)), ce n’est pas en
l’assistant en permanence ou en l’asservissant à une
progression collective uniforme, mais en lui fixant,
individuellement, des objectifs à atteindre, et en
créant, collectivement, les conditions nécessaires pour
cela. D’où la nécessité, pour lui, de la « maîtrise » de
sa progression. Autonome = responsable, donc la «
liberté » a son prix.

Alors quoi ? : on élève des gens dans l’assistance, dans
la croyance que tout peut être résolu par « le
système », « l’institution », et on s’étonne ensuite
qu’ils se choisissent un leader charismatique, « Notre
Père qui résout tout » ?

Moi, après 30 ans de métier, j’ai un problème de
conscience : qu’ai-je fait pour que mes élèves soient
autonomes, mais respectueux de la loi, de l’adulte, de
leur éducateur, de leurs parents, de la collectivité.
N’ai-je pas concouru à les encourager à chercher une
autorité que je n’ai pas su leur faire trouver en eux-
mêmes ?
Mon projet d’école s’intitule : « Favoriser la conquête
de l’autonomie par la maîtrise de soi, l’équilibre entre
la pensée et l’action », ce qui nous a amené à programmer
(entre autres) des « Quarts d’heure de philosophie », et
de la relaxation. Etant dans un secteur très « favorisé »
socio-culturellement, je n’en suis pas plus fier que ça,
mais je me dis que, si la PMEV a pour principe de montrer
à ceux qui ne réussissent pas comment font ceux qui
réussissent, mes élèves peuvent apporter quelque chose.

Et c’est là qu’on commence à se poser un problème : quel
est le modèle de réussite qu’on propose à nos élèves ?
Avoir 42% de compétences acquises aux évaluations, alors
qu’on a fait 75% des exercices proposés (voir mon
message précédent « Pour ceux qui aiment les
statistiques »), alors que d’autres arrivent à 100% des
évaluations acquises sans travailler plus ?
Si on accepte ça, on retombe dans le fatalisme
pédagogique, fondé sur « l’idéologie du don » , encore
très prégnante chez les enseignants (65%). On ne «
rétribue » pas le travail, mais les dons « naturels », ce
qui permet de se dédouaner de l’échec de certains
élèves « pas doués » (mêmes quand les tests prouvent le
contraire).

Jacques Bert
http://www.multimania.com/surdouesinfo




> ---------- Initial message -----------
>
> From : "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
> To : <pmev@cartables.net>
> Cc :
> Date : Wed, 24 Apr 2002 16:06:01 +1100
> Subject : Re: [pmev] Cerveaux-freins
>
> Pour ma part, vue la situation assez exceptionnelle, j'essaie de
> suivre le débat d'idées relatif aux élections.
> Je ne vais pas réamorcer ce débat ici, sinon pour dire qu'une
> certaine forme d'autisme, en politique ou en pédagogie, même lorsqu'on
> croit avoir fait le maximum, ne peut avoir que des conséquences
> dangereuses.
> Je laisse le débat "politique" pour m'en tenir au débat "pédagogique"
> où j'ai trop souvent noté que certains refusent l'évidence au nom du
> "c'est pas moi, c'est les autres", ce qui donne des arguments aux
> "républicains" contre les "pédagogistes".


----------
Pour vous desabonner :
rendez-vous a l'adresse : http://www.lebulletinpmev.com/test_ml.html
Pour obtenir de l'aide :
ecrivez a : pmev-owner@cartables.net

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France