logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2002 - Avril

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <pmev@cartables.net>
Objet: Re: [pmev] En ces temps difficiles... (2) dans ou à la tolérance ?
Date : dimanche 14 avril 2002 00:39

Jacques Bert a écrit :

----- Original Message -----
From: <jacques.bert@infonie.fr>
To: <pmev@cartables.net>
Sent: Sunday, April 14, 2002 6:19 AM
Subject: Re: [pmev] En ces temps difficiles... (2)



et je
suis tout à fait d'accord pour penser que le minimum
exigible de ceux qui ont fréquenté « l'école de tous »
pourrait se résumer à la reconnaissance d'y avoir été
éduqué « dans » (et pas prétendument « à ») la vraie
tolérance.

MM.- Je me permets aujourd'hui de penser que la PMEV, sans que nous
l'ayons initialement recherché car nos préoccupations étaient plus
limitées, peut permettre de franchir un palier et d'éduquer " à " la
vraie tolérance, du moins dans son environnement immédiat.

Mais cela dépend beaucoup du maître, de sa façon de concevoir les
débats et de leur imposer un style, ou une tenue. Et aussi beaucoup du
milieu, certains enfants étant presque disposés à une certaine cruauté
dans l'ironie.

Dans les classes que j'ai connues, si la règle de base était partout
respectée, on pouvait quand même noter des différences dans les
réactions des enfanrs à la "différence", je veux dire surtout
"intellectuelle".
On rencontrait ici une pointe d'ironie persistante que le maître avait
encore du mal à corriger, et là pas du tout. J'ai souvenir d'un CE2 où
l'on avait réinséré une gosse de perft avec un retard de deux ans, et
que la maîtresse s'appliquait a faire entrer dans le jeu avec un tel
doigté que aucun autre élève n'aurait songé à dévier. Je ne sais pas
comment s'était passée l'arrivée dans la classe, s'il y avait eu ou
non des problèmes de mise en place. Je ne sais pas non plus, et avec
le recul je le regrette, s'il s'agissait d'une éventuelle EIP
fourvoyée en perft (c'est plus rare pour les filles si j'ai bien
compris), mais l'enfant était bien intégrée, encore que timide, et
pour cette raison souvent stimulée par l'institutrice.

Dans telle classe on riait d'une bourde, mais avec légèreté pour ne
pas blesser l'enfant, et on s'empresait surtout de corriger le tir si
on avait été trop loin. L'on y cultivait presque, à l'occasion le sens
de l'humour. Dans telle autre classe, car les enfants sont ce qu'ils
sont ce pouvait être plus "lourd".

Il me semble que le moment de bilan, pas sa fréquence et sa mise à
plat des problèmes, est un espace privilégié pour favoriser
d'éventuelles dérives, si du moins on laisse faire, mais non moins
pour imposer un style, une tenue, une dignité, sans "leçons de morale"
explicites, mais par la valeur de l'exemple. L'image des "hussards
noirs" doit sans doute beaucoup à une obligation de "tenue" qui peut
être jugée désuette. Le maître d'aujourd'hui, lors du bilan, me parait
hériter un peu de cela : un mélange de convivialité et d'exigence qui
implique aussi la tolérance, histoire de montrer que l'école c'est
l'école, que la loi de l'école n'est pas celle de la rue et qu'on n'en
fait aucun "complexe"..

Ce n'était qu'une réflexion.en passant,

MM




----------
Pour vous desabonner :
ecrivez a : pmev-unsubscribe@cartables.net
Pour obtenir de l'aide :
ecrivez a : pmev-help@cartables.net

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France