logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2002 - Avril

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: "'Liste Freinet'" <freinet@cru.fr>; "Liste Ecoles" <listecolfr@cru.fr>; "PMEV liste" <pmev@cartables.net>
Objet: [pmev] En ces temps difficiles... (2)
Date : samedi 13 avril 2002 01:42


Complément

Il est normal que la notion de laîcité ait elle même été mise en cause. Du même auteur que celui de mon précédent message, une mise au point plus "philosophique" encore qu'engagée.

MM


--------------------------------------------------------------------------------

La tolérance laïque, elle, parce qu'elle est du côté de la culture de l'esprit avant d'être du côté des cultures particulières, est seule capable de reconnaître l'intérêt universel que constitue la diversité de l'humanité. C'est pourquoi elle fait place non seulement à un maximum de différences, mais encore à un optimum de différences. En ne retenant rien que les différences certes, mais toutes les différences qui sont compatibles avec le respect de soi-même et d'autrui, elle crée les conditions optimales des échanges interculturels qui sont à la base du progrès matériel et moral d'une humanité multiple mais solidaire. Il faut donc démasquer l'imposture des partisans récents du respect des différences dites culturelles ; ils sont surtout les adversaires anciens de la laïcité. Ces néophytes de la philanthropie usent du procédé rhétorique qui consiste à confondre les deux acceptions du mot "culture" en français. En épousant la cause des particularismes culturels et de la "culture", au sens ethnologique du terme, ils répudient la culture de l'esprit. Au nom du droit à la différence et de l'équivalence de tous les folklores, ils exigent que chacun se complaise dans la sphère des intérêts particuliers du groupe humain où le hasard l'a fait naître. Selon eux la culture de l'esprit, qui pourtant permet à l'individu de s'affranchir des préjugés inhérents à toute culture au sens ethnologique du mot, n'est elle-même que l'expression d'un groupe singulier.

La science, l'art, la philosophie ne sont qu'impérialisme culturel. D'où leur vient donc tant d'assurance intellectuelle De leur propre culture, qui est aussi relative que les autres Lui accorderaient-ils secrètement un statut privilégié ? Ou bien si personne ne peut prétendre penser librement, pourquoi ne se taisent-ils pas ? Confondre les deux sens du terme "culture" et considérer que n'importe quelle culture nationale, régionale ou religieuse vaut comme culture de l'esprit, c'est négliger que par celle-ci, seule, l'esprit apprend à douter et à se libérer des opinions qu'impose la tradition, c'est se contredire ou choisir le préjugé comme règle de pensée.


Assurément la culture de l'esprit est celle qui nous apprend principalement que nous ne savons rien ; elle nous permet d'acquérir l'unique connaissance absolue, peut-être, que nous posséderons jamais, mais par cette modeste certitude, nous accédons intérieurement à la condition universelle d'homme libre, et, nous nous définissons comme citoyens du monde, avant toute chose. La culture de l'esprit est, ainsi que la laïcité, condition de la liberté de conscience. La culture au sens ethnologique, pour légitime que soit l'affection que chacun porte à sa propre culture - et parfois à celle des autres -, est ce qui nous sépare de cette liberté.


Un esprit laïque, en se cultivant, se donne les outils critiques qui permettent d'échapper à toute forme d'adhésion inconditionnelle vis-à-vis des valeurs que lui transmet inévitablement la communauté particulière à laquelle il appartient. Ceux qui confondent le sens des mots et condamnent aujourd'hui la laïcité comme un dogme hexagonal offensant le droit à la différence, devraient parfois se soucier davantage d'employer les mots dans leur sens exact. II faut en effet un minimum de rectitude dans le langage quand on prétend respecter les autres, que ce soit dans leur culture ou en général. Seule l'ignorance ou la mauvaise foi permettent de faire comme si la laïcité n'était qu'une valeur culturellement contingente, alors qu'elle exige au contraire la critique de toutes les valeurs. L'idéal laïque en France n'est pas seulement une donnée ethnologique et accidentelle, mais la République française est laïque ; il faut en effet, de toute nécessité que l'Etat soit laïc pour que soit garanti à chaque particularisme tout le respect et rien que le respect qui lui est dû.


Que ceux qui prétendent que la laïcité est une croyance comme les autres se disent que l'état laïc n'oblige personne à aucune croyance, mais qu'on ne les empêche pas de croire. Qu'ils ne cherchent donc pas à imposer à l'Etat les croyances qu'ils sont libres d'observer individuellement, qu'ils respectent son caractère laïc puisque c'est à lui qu'ils doivent d'être respectés dans leurs croyances, et s'ils ne comprennent rien à la laïcité qu'ils aient au moins à son endroit la reconnaissance du ventre.

Bernard de Contes


retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France