logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2002 - Mars

De: <Lebateleur2@aol.com>
À: <pmev@cartables.net>
Objet: [pmev] (sans sujet)
Date : dimanche 3 mars 2002 21:00

<<Dans un e-mail daté du 03/03/02 16:15:05 Paris, Madrid,
marc.vital@freesbee.fr a écrit :

S'il te plaît, Luc, réessaie!
Marc Vital>>

:)

Seconde tentative (bis )
la barre est placée à la même hauteur
mais je me fais aider par quelqu'un de plus compétent

René Daumal in "Les pouvoirs de la parole"

"Dans la moindre branche de l'enseignement le problème se pose sans cesse
(Note perso : en fait peu se le posent réellement)
comment enseigner avec des mots sans risquer de faire prendre la formule pour
la pensée, ou la règle d'action pour un fait établi.
Heureusement, dans toutes les branches de l'enseignement autre que la
Philosophie générale (N.P. et je crois que là René se fait des illusions), on
sait que le langage employé ne contient pas sa fin en elle-même ; on sait par
exemple qu'on ne guérira aucune maladie en récitant un traité de médecine
comme une formule magique
(c'est pourtant ce que nos gamins font souvent
- lorsqu'ils copient les leçons
- lorsqu'ils les apprennent
- lorsqu'ils exercisent
- ..)

A la lettre, "transmettre" est faux. Dans la plus riche bibliothèque, il n'y
a pas un atome de pensée : seulement des collections de signes typographiques
sur des feuilles de papier."
(comme beaucoup de nos beaux cahiers d'élèves, même si se résultat est le
produit de LEUR copie)

et aussi

"Mais méfiez – vous de la littérature, méfiez-vous de la philosophie,
méfiez-vous des voyages imaginaires, méfiez-vous de l'expérience d'autrui,
méfiez-vous de ce qui n'engage à rien, à rien d'essentiel (de tout
enseignement didactique qui n'engage pas celui qui y <<assiste>> !)
Et souvenez-vous qu'on ne met pas son corps en marche au moyen d'un traité
d'anatomie, mais par le désir d'aller et la vision du but ; et ainsi de la
parole.
Et que l'on ne perçoit pas un son par le moyen d'un autre son, mais par
l'ouïe ; et de même on ne connaît pas la parole par le moyen des mots, mais
par le silence."

Pour conclure
certaines leçons, certains enseignements
ne parviennent qu'à faire de bons élèves

Tel ce cheval que son maître croyait capable d'exécuter des addictions
alors qu'il ne faisait que déchiffrer d'après les attitudes de celui-ci
(pour l'élève ce serait d'après les rites, les contextes, et également sa
connaissance du maître) les résultats de ces additions
(lorsqu'une autre personne lui posait la question, il perdait (?) toute
compétence)

Voilà,
je peux réessayer
de montrer pourquoi un enseignement qui
explique trop
donne en une seule fois
ne nécessite pas l'activité de l'apprenant pour construire en partie le savoir
ne conduit qu'à des abstractions dans l'esprit de celui qui est visé par ces
apprentissages.

et j'entends par cela
des concepts sans réalité
susceptible de se dissoudre au moindre contact avec
une situation non compatible

Alors qu'en cas de dissonance d'un modèle bien intégré
avec un cas rencontré
il y a malaise
et résistance (difficulté) à l'apprentissage
mais pas échec (impossibilité de créer des liaisons)

Amicalement
Luc CM
Pour ceux qui auraient vu
"rencontre avec des hommes remarquables " de Brook
(d'après G. I. Gurdjief)
la différence entre le résultat de la parole de l'un et l'autre des deux
moines.

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France