logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2002 - Février

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: "PMEV liste" <pmev@cartables.net>
Objet: [pmev] Nouvelles IO : premières interrogations
Date : dimanche 24 février 2002 08:46

Les IO ont depuis toujours la réputation d'être difficile à
interprèter, au motif qu'on pourrait leur faire dire tout et son
contraire; Et il et vrai qu'en isolant tel ou tel extrait, on peut
toujours faire dire à un texte ce qu'il ne dit pas.

Les nouvelles IO n'échappent pas tout à fait à cet inconvénient.

On pourrait trouver ici ou là des passages propres à nous faire
hésiter, et les PEN "disciplinaires" modifieront leur approche
traditionnelle en fonction des directives nouvelles mais toujours dans
l'esprit "séquence".

Ils penseront par exemple à des "ateliers" organisés "au sein de
chacun des domaines disciplinaires" : "pour introduire une technique
de travail plus exigeante, pour consolider une technique qui parait
chancelante, pour conduire les élèves qui n'y sont pa s encore
parvenus à s'approprier plus solidement un savoir faire." (p.67)

Ceci est logique, bien vu, bien compris, et ne nous surprend pas. Ce
type de séquence se rencontrait d'ailleurs déjà ici ou là lorsque les
moments de bilan avaient révélé une "faille". Nous l'avions tous noté
: les "leçons", en PMEV, tendaient à devenir différentes, à tirer
parti des observations faites ou à prendre des allures de synthèse.
Nous aurons de toute façon à affiner notre approche et devrons
procéder à une certaine "remise à plat", sans perdre de vue dores et
déjà que les mêmes inconvénients peuvent se reproduire, la
"transversalité" pouvant être encore perçue comme simplement
"additive", ce qu'elle est de toute façon même si elle n'est pas que
cela.

Les différences de rythme, les problèmes d'inégalités, d'hétérogénéité
et d'engagement ou non dans la tâche, ne vont pas disparaître d'un
coup. Les IO s'y attaquent mais manquent peut être de précision sur ce
point, ou plutôt de vision globale. Mais sur l'esprit général, je
crois que nous pouvons maintenir notre vision actuelle.

Il est en effet des passages qui, aaprès une première lecture et sans
sollicitation excessive, nous autorisent à poursuivre.

Page 67, en introduction du paragraphe "programme",

" La maîtrise du langage et de la langue française constitue l'
objectif
MAJEUR du programme de l'école élémentaire. Elle donne lieu à des
contenus spécifiques. Mais elle se construit aussi dans la
TRANSVERSALITE
de l'ensemble des apprentissages. Ce sont les compétences
visées à la fin du cycle qui permettent d'ORGANISER le travail :
programmation des activités sur toute la durée du cycle, structuration
de chaque séquence d'apprentissage (découverte des notions ou des
savoir-faire et renforcement des acquis), évaluation des acquis."
etc...

Un peu plus loin :

"Si l'on soiuhaite que cette prise de parole soit mise au service des
apprentissages, il faut construire patiemment les savoirs-faire
concernés." (p.67)

Je crois que c'est bien ce que nous avions choisi de faire.

Et si l'on tourne la page pour se référer cette fois aux fameuses
"compétences visées en fin de cycle" et qui doivent "permettre
d'organiser le travail" (ici, pour le cycle 3) on trouve les
indications suivantes :

Compétences devant être acquises en fin de cycle

Tout au long de sa scolarité primaire et secondaire, l'élève acquiert
de nombreuses compétences relatives au langage. Elles lui permettent d
'accéder à une progressive autonomie dans son travail intellectuel.
Pendant le cycle 3, l'élève commence à passer d'un usage scolaire du
langage caractérisé par un fort accompagnement du maître à un usage
plus personnel qui lui permet de progressivement travailler avec moins
de guidage, en particulier en lecture. Il prend ainsi plus de
responsabilité dans les processus d'apprentissage. Ces compétences
sont en cours de construction et donc fragiles. Elles ne se
stabiliseront pas avant la fin du collège.

Ces compétences doivent être travaillées en permanence, quelle que
soit l'activité programmée. Elles doivent être évaluées en premier
lieu dans tous les apprentissages et faire l'objet de bilans
réguliers.

1 - COMPÉTENCES GÉNÉRALES
1.1 Savoir se servir des échanges verbaux dans la classe
Prendre la parole en public est un acte toujours difficile (peur de la
réaction des autres, du jugement de l'adulte, inhibitions, traditions
socioculturelles, etc.).

*** La maîtrise du langage oral ne peut en aucun cas être réservée aux
seuls élèves à l'aise. Il est donc essentiel que les
situations mettant en jeu ces processus de communication soient
régulièrement proposées à tous les élèves et qu'elles soient conduites
avec patience et détermination.

Situations de dialogue collectif (échanges avec la classe et avec le
maître)
- saisir rapidement l'enjeu de l'échange et en retenir les
informations successives ;
- questionner l'adulte ou les autres élèves à bon escient ;
- se servir de sa mémoire pour conserver le fil de la conversation et
attendre son tour ;
- s'insérer dans la conversation ;
- reformuler l'intervention d'un autre élève ou du maître."

Fin de citation.

Je ne vais pas tout analyser mais je crois que l'on est ici au coeur
du problème.
Il est difficile et l'enjeu est de taille.
Proposer inlassablement des situations de communication à tous les
élèves mais leur donner aussi les règles du jeu pour éviter qu'ils se
plantent ou qu'ils stagnent. En PMEV, nous nous servons ici des élèves
les plus "à l'aise", non pour les flatter mais pour rendre leur
prestation observable, pour fournir des sortes de "modèles" que les
élèves moins à l'aise vont progressivement pouvoir s'approprier. Pour
faciliter les choses, nous les faisons souvent s'exercer sur les mêmes
difficultés, celles pour lesquelles ils auront eu l'occasion
d'observer les prestations de leurs camarades plus à l'aise.

C 'est évidemment un parti pris dont on connait l'origine et qui reste
marginal. Parti pris d'autant moins exclusif cependant qu'il facilite
les progrès et rend par là rapidement possibles des activités moins
"imitatives". Parti pris en outre d'autant plus élaboré qu'il rend
nécessaire, pour dépasser l'imitation et éviter la simple répétition,
l'invention par l'élève d'éléments nouveaux.

Cette dimension particulière de la PMEV semble étrangère à la
problématique actuelle des IO, mais elle n'est pas pour autant
incompatible avec elle. Elle me parait associer la nécessaire
progressivité à la transversalité tant vantée. Elle peut donc
faciliter la mise en place de ces nopuvelles IO, éviter quelques
dérapages et même apporter un plus.

Contrairement peut être à ce que certains pourraient craindre.

Mais il faudra sans doute encore expliquer !

Bien cordialement,

MM

---------------------------------------------------------------------
Pour vous desabonner, pour abonner un ami : rendez-vous a l'adresse
http://www.lebulletinpmev.com/test_ml.html
et completez le formulaire. Une confirmation par mel suivra.
Les archives de la liste sont accessibles aux adresses suivantes :
http://www.lebulletinpmev.com
ou
http://desette.free.fr
et suivez le lien "Archives de la liste..."

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France