logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2002 - Janvier

From: Carole <carole.lazzaro@respublica.fr>
Date: Wed, 09 Jan 2002 09:35:43 +0100
Subject: Re: [PMEV] premier essai, premi=?ISO-8859-1?B?6A==?=res
    interrogations
Reply-To: pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr

> Bonjour et mes meilleurs voeux à tous.
Bonjour et merci pour tes voeux. Reçois les miens en retour.

J'ai débuté en PMEV début octobre et c'est pourquoi tes interrogations me
touchent car j'ai dû y répondre il n'y a pas si longtemps. J'enseigne sur un
double niveau CP-CE1.

> Ce message est ma première intervention sur la liste. Je suis instit depuis
> 18 ans (environ), en cycle 3 depuis 4 ans, mais pour la première année en
> CM2 (cours "simple"). J'ai découvert la PMEV presque par hasard il y a 2
> ans et le fonctionnement (ou tout du moins ce que j'en ai compris) m'a paru
> très intéressant, mais beaucoup de questions restaient en suspend... Un
> colistier (que je salue au passage), avec lequel j'ai vécu un stage de
> formation continue passionnant, m'a apporté beaucoup de réponses, au point
> que j'ai décidé d'essayer ...
> et cela fait maintenant .... 2 jours déjà!
>
> Je me suis beaucoup inspiré des travaux présents sur les sites des collègues
> pratiquant cette pédagogie : j'en profite pour les remercier vivement pour
> leur aide.
>
> Je m'interroge surtout sur des problèmes pratiques:
> 1) Pendant la période de TI, les enfants ayant fini leur fiche, viennent me
> voir pour correction et validation ou reprise ou inscription au bilan: mais,
> par moment une file (un peu longue longue) d'enfants attend et cette perte
> de temps me gêne: comment avez-vous résolu ce problème?

Devant être disponible pour les CP (il ne travaille pas encore totalement en
PMEV), j'ai dû résoudre très vite ce problème. En gros, je demande aux
élèves de faire plusieurs fiches en autonomie sans venir en correction.
S'ils ne savent pas faire une fiche, ils s'inscrivent au bilan pour de
l'aide (une feuille est punaisée au fond de la classe les déplacements sont
donc peu gênants). Dès que les CP sont en autonomie, les CE1 peuvent venir
faire corriger leurs fiches (je limite à deux élèves au bureau, les autres
peuvent ainsi continuer à faire d'autres fiches). Depuis peu c'est moi qui
me déplace pour faire les corrections auprès de chaque élève c'est plus
souple et cela permet de rester dans le calme.

> 2) Comment faites-vous les inscription au bilan: encore une grille
> spécifique, au tableau???

Non, pas une grille mais une feuille format A4 punaisée au fond de la
classe. Ainsi, je peux garder la trace des élèves et des fiches abordées.

> 3) En fin de TI, les enfants ont-ils tous réellement fait une fiche de maths
> et une de français (certains de mes élèves n'ont pas encore terminé leur
> première fiche de maths-en 2 jours!)???

Au début, ce n'était effectivement pas le cas. Les roublards ont bien essayé
de ne rien faire, les pas-sur-d'eux ont bien essayé d'attendre la correction
collective mais en vain puisqu'il n'y en a pas. Bref, là pas de recette
miracle il faut avoir la patience d'attendre que les élèves se rendent
compte de la nécessité de travailler. Pour certains le déclic n'a eu lieu
qu'en troisième période soit au bout de six/sept semaines.
Ce sont les évaluations de fin de période qui leur ont permis de réaliser
qu'un travail régulier permettait de réussir ces évaluations. Il faut leur
montrer que ce qui est demandé en évaluation n'est rien d'autre que ce qui a
été abordé dans les fiches. Ils sont généralement très lucides de sur leur
défaut.

> 4) Comment, ou plutôt à quel moment, jugez-vous qu'une leçon est utile:
> beaucoup de fiches identiques fausses, au hasard d'un bilan, en suivant une
> progression...????

Quand une fiche est mal réalisée par une majorité d'enfants et qu'aucun
enfant ne peut leur venir en aide en bilan. A ce moment du bilan,
j'interviens et je fais une leçon concise et rapide car tous les élèves sont
prêts à la recevoir. La motivation est à son maximum.

> La place de l'enseignant est tellement différente que dans la pédagogie
> "frontale" que je pratique depuis le début de ma carrière: je suis "gêné" de
> passer la plupart de mon temps (pendant le TI) à corriger les fiches des
> enfants qui ont fini! Je trouve cependant très positif d'avoir un rapport
> individuel avec l'enfant à ce moment-là!

Voilà tu y trouves déjà un certain plaisir ton sentiment de gêne va
disparaître avec le temps quand tu seras convaincu que tu ne manques pas à
ton rôle d'enseignant même si cela ne se traduit plus par un transfert oral
et collectif de ton savoir. J'ai acquis la certitude que le plus important
n'est pas ce que l'on apprend à l'enfant mais comment il l'apprend. S'il
sait apprendre, il pourra alors tout apprendre dès lors qu'il sera motivé.
Mon rôle consiste pus maintenant à les motiver et à leur montrer la bonne
route au moins une fois, ensuite ils sauront toujours se frayer un chemin
pourvu qu'il soit motivé sur la destination à atteindre.

> Merci de me donner votre avis!

C'est avec plaisir.
>
> Patrick.Roudaire@wanadoo.fr

Carole Lazzaro (instit en CP-CE1dans le 95)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France