logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: Bernard.Yves.COCHAIN@a...  <byc@xxx.xxx>
Date: Thu Dec 3, 1998 11:05pm
Subject: Re: remediation


Xavier écrivit :

  Mon souci : quelle situation de remédiation apporter à ces enfants afin qu'ils ne décrochent pas de la pratique mise en place, mon souci étant de ne pas les " sortir " du fonctionnement actuel du groupe ?

Telle que je l'avais comprise, la pédagogie de maîtrise permettait    justement de gérer les différences de niveau.

Deux points m'ont étonné dans ton témoignage, mais il est vrai que je    n'ai toujours pas lu les 150 précédents messages de la liste...


1) Tu écrivis :

  J'ai affiné mon fonctionnement: nous avons décidé en commun que le travail avec tutorat était possible dans un seul cas : le blocages résultant de la non-compréhension des consignes.

Je n'ai sans doute rien compris, mais justement, tout l'aspect   bénéfique de l'effet vicariant à double pédalage rétro compensé, est   dans les possibilités d'échanges spontanés entre enfants. Je rejette   donc vigoureusement le tutorat et je préfère les associations   d'intérêt.

Je ne vois pas pourquoi il serait autorisé de s'aider pour une consigne   et pas pour la réalisation des activités de recherche et   d'entraînement. Ce sont les échanges fréquents entre enfants qui leur   permettent de confronter leurs concepts et de construire les savoirs.   Lorsque les échanges se font avec le maître, l'enfant n'est assisté   individuellement qu'un 25ème du temps. Lorsque les échanges se font   entre enfants, ils peuvent être presque permanents, d'où une bien   meilleure " rentabilité ".


2) Je ne comprends pas l'importance donnée au bilan collectif (les sondages que j'ai effectué dans les messages de la liste m'ont parus  
révéler ça). Comme tu le sais, je pratique un bilan hebdomadaire individuel avec    chaque élève. Je ne supprimerais pour rien au monde ces moments    privilégiés avec les gamins où je peux les guider, les rassurer...

Ayant des classes plus qu'hétérogènes, travaillant à des rythmes très    différents, les élèves ont peu de points communs à un moment donné, ce    qui limite l'intérêt de bilans collectifs. Michel préconise des    périodes de travail de 3 semaines, j'avoue ne plus tenir ce cadre et    laisser individuellement le temps à chacun de faire ses apprentissages.    Je raisonne à l'échelle de l'année pour la classe et je constate les    progrès et conseille les élèves une fois par semaine. Je ne donne pas    de plan de travail a priori, je conseille plutôt des démarches. Si un enfant veut travailler sur la multiplication, il a un   enchaînement logique a suivre, c'est là-dessus que je vais l'aider, au   besoin par groupe (je fais plusieurs petites mises en communs avec des   gamins intéressés par le sujet). Pour tes élèves un peu largués, je ne vois pas beaucoup de solutions   avec l'organisation que tu as mise en place. Si les enfants ne peuvent   pas rechercher de l'aide auprès de camarades, il ne reste que toi. Tu   vas donc avoir une classe dirigée pour 4 élèves et une classe plus   autonome pour les autres, c'est sans doute dommage car tu ne profiteras   pas à tous autant que tu aurais pu si tu avais réussi à te libérer   totalement. En plus, les quatre assistés vont se sentir différents et   perdre un peu de confiance en eux.

Excuses-moi si ce que je décris est un peu caricatural. Je n'ai   peut-être rien à faire sur la liste pédagogie de maîtrise, car plus   j'en apprends sur elle et plus l'interprétation normative qui en est   faîte s'éloigne de ma propre interprétation.

Pour moi, le seul point important, c'est l'entraide entre enfants qui    permet à l'enseignant de se libérer le temps nécessaire aux entretiens    individuels et à une assistance efficace.

C'est un peu ce qui se passe dans une salle informatique. Les gamins   sont par deux devant les ordinateurs, ils se suppléent et l'enseignant    n'intervient que quand il y a un problème que les enfants ne peuvent    pas résoudre. Dans la classe, c'est encore mieux car les enfants    peuvent se mettre par dix pour réaliser un travail en commun, mais    peuvent aussi s'isoler...

Voilà, ce sont mes formules, je ne vous demande pas de les adopter,   mais de les adapter ;-)

Amicalement,


Bernard-Yves COCHAIN
bernard.yves.cochain@a... / byc@b... SCSI mon Amour : http://byc.ch/scsi http://www.alyon.asso.fr/~byc/scsi/


retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France