logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: Chris. Mathieu  <cmathi02@c...>
Date: Thu Nov 26, 1998 6:16pm
Subject: Re: Bilan

  Bonjour,

Je pense qu'un enfant ne se présentera au bilan que s'il est sûr des réponses de sa fiche.

J'ai enfin réussi à faire court, mais si vous me le demandez, je développe...

Les enfants qui demandent à passer au bilan sont aussi ceux qui font 2 ou 3 exercices sans passer par mon bureau. Ils sont sûrs d'avoir bon. Ce sont des enfants très sûrs d'eux, que l'on a conforté dans cette idée, soit dans la famille, soit à l'école, en général, les deux. Ils sont reconnus dans la classe comme étant de très bons élèves. Il faudra beaucoup de temps avant que le plus faible de la classe, toujours considéré comme tel, peu stimulé chez lui et même parfois brimé, se sente suffisamment fort pour se proposer d'expliquer aux autres. Et pourtant, son tour viendra, car lorsque les plus forts auront fait leur discours, il ne manquera pas de venir expliquer un petit exercice simple, corrigé par la maîtresse qui lui aura dit au passage discrètement : "Tu l'as bien compris celui-là, tu pourrais nous en parler tout à l'heure..." Et comme son camarade, le plus faible avant lui, sera passé la veille, il voudra faire comme lui. On revient sur le problème de la correction immédiate ou non.

Si l'enfant se rend compte que le bilan n'est pas un moment de jugement (type correction), mais un moment où l'on peut montrer juste ce que l'on sait, pas plus, que ce sont les autres qui diront le reste, il pourra sans crainte se proposer. Mais si trop souvent les enfants qui présentent sont amenés à reconnaître leur ignorance, il prendra peur et ne viendra pas.

Je profite de ces paroles pour remercier M. Monot qui applique ces préceptes. Sur cette liste, il fait preuve d'une grande courtoisie, d'une grande gentillesse et d'un non-jugement qui permettent à beaucoup, je pense, de continuer à écrire sans crainte. Une certaine forme de Pédagogie de Maîtrise ? ;-)

Autre approche:
Les mardis et les jeudis, je prends les élèves de CM2 de la classe du directeur, pour pratiquer l'EPS. Au cours de chaque séance, je leur ai demandé de prendre la parole pour expliquer leurs gestes, leurs démarches, présenter tel ou tel atelier qu'ils venaient d'inventer. Au début, c'est difficile, car ils ne me connaissent pas (avec les changements d'effectif, c'est la seule classe que je n'ai pas eu les années précédentes) et ils se connaissent trop bien. Mais très vite, ils ont envie, envie de montrer ce qu'ils savent faire et le sport est une très bonne occasion de le montrer. A l'enseignant de détruire tout signe de raillerie. Je ne sais pas si les moments de bilan de mon collègue se sont améliorés ou non, mais je sais que la plus timide de ses élèves est passée sans complexe à mon bilan d'EPS.

Il est vrai que les petits enfants sont moins inhibés que les plus grands. Néanmoins, je ne pense pas qu'un enfant "normal", "ordinaire", n'ai pas envie un jour où l'autre de communiquer. Pour ma deuxième année d'enseignement, j'étais 'Brigade Formation Continue'. J'ai fait les 4 coins du département et de nombreuses classes. Je n'ai pas rencontré de classe démotivée, je n'ai rencontré que des enfants avec plus ou moins de difficultés scolaires et plus ou moins de difficultés familiales. Je ne me suis jamais demandé comment se faisait la classe avant moi ou après moi, j'ai fait ce que j'avais cru comprendre qu'il fallait faire (c'était la pédagogie d'éveil à ce moment là).

La conduite du bilan, comme toute forme de conduite, est personnelle et difficile à transposer. On fait au mieux.

Une petite question: Pourquoi avez-vous choisi de changer votre façon de faire pour la PMEV ?

A bientôt,

Christine Mathieu
Institutrice Ecole d'Hartennes-et-Taux (02)

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France