logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: xavier.marciniak  <Xavier.Marciniak@w...>
Date: Wed Nov 25, 1998 9:30pm
Subject: Re: Bilan


-----Message d'origine-----
De : C&N.Berger nathanael.berger@w...

  Chez Xavier, si je ne me trompe, quelques compétences seulement (combien?) sont travaillées au même moment par tous (1journée, 1 semaine?). Tout n'est pas proposé, à tout moment sur les trois semaines. Cela évite une certaine dispersion. Cela peut-il expliquer selon vous une plus grande communication entre les élèves au bilan?

Pas tout à fait ça. J'ai fixé les moments où les disciplines sont abordées, mais dans les 3 semaines, chacun va à son rythme. Ce découpage en discipline donne des repères à l'enfant, repères qui ne sont pas évidents en CE2. C'est vrai qu'au moment du bilan, on "parle" math ou français, mais pas math et français. Le précédent système laissait entièrement l'enfant libre de fixer son travail au moment où il le souhaitait. Ca n'a pas marché : surcroît de travail pour moi, difficulté à gérer pour l'enfant, bilans très hétérogènes et sans dynamisme. Evidemment, j'essaie dans ma programmation de faire une place de choix aux compétences transversales. La production de textes m'aide en cela pour beaucoup, et tous les travaux de français s'y réfèrent en général (quand c'est possible). Je donne ainsi encore plus de sens aux compétences et de repères aux enfants.

  D'une manière générale, comment gérez-vous:

>1) Le passage d'un exercice au bilan?
Le repère horaire est fixé. Les enfants se proposent pour le bilan. D'un commun accord tacite, nous avons décidé qu'il fallait laisser à tout le monde la possibilité d'y aller. L'enfant qui se propose vient avec sa fiche ou son exercice. On ne choisit donc pas l'exercice.

>2) Le passage d'un élève au bilan?
Cf. ci-dessus. (quelques fois je triche. Quand j'ai repéré quelque chose d'intéressant chez un gamin, je fais pencher un peu la balance, discrètement, pour qu'il ait la chance de présenter son travail.)

>3) La préparation du bilan par les élèves: Pas de préparation particulière. L'apprentissage vicariant joue à plein. Les premiers qui l'ont mené étaient sans doute les plus à l'aise, et ont servi d'exemple.

>4) Y a-t-il des "inscriptions", des moments de préparation(seul, avec le maître?) avant le bilan lui-même? Inscription, non. Le désir vient juste avant le bilan, pendant le travail. "Moi, je voudrais qu'on parle de cette fiche parce que je n'ai pas bien compris" "C'était facile, mais il y avait un truc quand même pas facile" Il y a aussi la jubilation de l'enfant qui a mené à bien son travail et désire le montrer (enfants en difficulté)
2 fois il n'y a pas eu de bilan : personne ne s'est proposé.

5) Les élèves savent-ils à l'avance (combien de temps?) s'ils vont passer,

sur quoi ils vont passer? Ni eux, ni moi. Cette semaine a commencé un nouveau "jeu". Des fiches de math déjà abordées sont repassées sur le grill : l'enfant qui était venu la présenter a été obligé de revenir, sur la demande des autres. Ils se sont retrouvés à 4 au tableau et ce bilan a été passionnant. Il a duré 20 minutes, sans que j'intervienne ! Je suis de plus en plus étonné par la discipline qui règne au bilan, l'attention des enfants : pas de problème de prise de parole ( le meneur distribue la parole), 99% des enfants à l'écoute (même les cm1!). Ils ne se coupent pas la parole, s'écoutent; Ce que pour l'instant je n'étais jamais arrivé à obtenir au Conseil ou au Quoi de neuf. Alors je n'ai pas envie de couper quand c'est vraiment intéressant ! (sûrement un gros défaut de gestion du temps !) (Et puis il y a un truc révélateur : pas d'interpellation de l'enseignant ou de regard vers lui pour un assentiment. Quand j'interviens, j'ai vraiment l'impression de faire partie de l'assemblée.)

Aborde ce moment de façon naturelle, sans trop de contrainte ou de formalisme. Reste un peu en recul, joue au naïf. Ton intervention à toi, c'est plus la leçon. Et quand les bilans ont bien marché, elle se construit toute seule avec les enfants. Amicalement Xavier

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France