logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 1998

From: xavier.marciniak  <Xavier.Marciniak@w...>
Date: Wed Nov 25, 1998 3:18pm
Subject: Re: Doute


-----Message d'origine-----
De : Thierry Duez tduez@c...

  Que laisser à un remplaçant pour qu'il ait le moins de chances possibles de d'abîmer ce qui a été laborieusement construit ?

Je ne sais pas Thierry, si ce n'est l'espoir de tomber sur quelqu'un de motivé et d'interessé. Cette année, une décharge prend ma classe le vendredi. J'ai parlé avec elle très longtemps, elle semblait très intéressée. L'aitre jour, quand je suis entré en classe : pas un mot : une ambiance lourde et tendue...je me suis rendu compte que le dialogue avait été supprimé : les enfants n'avaient plus le droit de dire un mot, et elle ne leur parlait plus non plus, elle leur écrivait tout au tableau : "prenez vos cahiers, etc..." J'ai essayé d'en parler très doucement avec elle. Ca n'a servi à rien. Durant sa journée, les enfants sont "condamnés" à rester assis, à ne pas dire un mot. Le reste est d'un "frontalisme" qui me fait peur. Le vendredi donc, il n'y a rien d'inscrit sur le plan de travail, et les enfants ne font jamais allusion à ce jour, ne me parlent jamais d'elle ni du moindre travail effectué en sa compagnie. Je me rends compte aussi que son statut n'est pas simple, en tant que Titulaire-Remplaçant. Mais depuis, je me surprends de plus en plus à regretter cette journée de décharge, à regretter même mon statut de directeur, qui me prend trop de temps en détails inutiles. J'ai trouvé un nouveau truc, je vais enregistrer les bilans, avec l'accord des Gamins bien sûr. C'est fou ce qu'on apprend dans ces moments-là. Dernière anecdote : une gamine, très timide, qui n'avait jamais voulu mener un bilan. Hier, elle a demandé à y aller. J'ai sauté sur l'occasion. Elle s'est bien débrouillée,et je me suis rendu compte que ce moment m'en avait fait apprendre beaucoup sur elle. "Tu vois, j'avais peur, mais c'était pas si dur que ça, et c'est chouette..."

Je retrouve dans ces moments de bilan tout l'esprit du "quoi de neuf" mais en "accéléré"

Amicalement
Xavier

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France