logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Décembre

From: "bechon.bernard" <Bechon.Bernard@wanadoo.fr>
Date: Sat, 15 Dec 2001 11:29:30 +0100
Subject: Re: [PMEV] Visites formateurs
Reply-To: pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr

Bernard Bechon, 47 ans, 15 élèves de cycle 3 à Cellule dans le Puy de Dôme
je réagis aux propos de M.Garcin

d'abord pour rapporter un peu la même anecdote sur une PE2
qui va me remplacer en janvier ; surprise au début par le cadrage de la classe
et mon propos qui lui décrivait les pratiques habituelles... frustrée sans
doute par ma mise en garde sur sa possibilité de "faire ses leçons"
programmées par ses tuteurs... mise devant un choix un peu limité, elle s'est
ensuite rendu compte de la praticité d' un tel fonctionnement et a trouvé cela
rassurant... je lui ai fait remarquer de plus que le fait de disposer ainsi
d'une relative disponibilité durant les pratiques du matin offrait à
l'enseignant la possibilité d'observer et de réguler les échanges entre
enfants bien pratique lorsqu'on est équipé d'enfants quelques
peu turbulents ou découragés. Alors que la pratique de la pédagogie
frontale dans une classe à 3 niveaux (cycle 3) demande à l'enseignant une
performance de dédoublement remarquable : faire sa leçon, souvent par
dessus les oreilles d'élèves passifs, tout en gardant un oeil vigilant sur les
autres qui jouent à pas vu pas pris... enfin elle était
plus confiante voyant mieux où elle allait... elle
est quand même pas sortie du bois. là où j'ai sursauté c'est sur le
"j'ai donc le sentiment que nous sommes sur la bonne voie !" Les réactions de formateurs ne sont pas
pour moi les garants d'une réelle efficacité. Le fait que gens de l'éducation
en général semblent attirés par la pédagopgie PMEV semble plus tenir
du caractère systèmique du process plutôt que de l'efficacité/résultat.
Je ressens comme une dérive perverse à faire ressembler nos apprenants en
consommateurs zélés et autonomes : stéréotype placé comme modèle dans
notre société de consommation... mais outre le fait d'une
amélioration des relations entre élèves et peut-être d'un plus grand plaisir
pour certains d'entre eux, que sait-on sur nos compétences à produire meilleur
? Je reste vigilant pour ne pas dire sceptique. Quels
individus confortent-on dans cette individualisation des pratiques (pensez à
certains enfants durant le bilan, combien d'efforts nécessaires pour leur
demander d'être solidaires ou attentionnés ?), n'abandonne-t-on pas un peu
rapidement une grande force de la pratique coopérative : le projet
commun...
je suis toujours en pmev,pour la troisième année maintenant,
je l'apprécie en tant qu'enseignant mais je ne suis pas convaincu au niveau des
enfants.

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France