logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Novembre

De: "Antoine Cantais" <Antoine.Cantais@ia59.ac-lille.fr>
À: <pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr>
Objet: Re: [PMEV] A propos des PPAP
Date : dimanche 25 novembre 2001 20:49

Quelques remarques sur les PPAP et les évaluations CE2 :

- Les évaluations CE2 sont présentées comme l'outil par excellence pour
élaborer un PPAP. Or, en CE2, seules les compétences de base doivent faire
l'objet d'un PPAP dans la mesure où les autres compétences ne sont ni
exigibles, ni indispensables pour "profiter pleinement" du CE2 (ces
compétences seront travaillées dans le cadre "normal" du C3). Pourtant, ces
compétences, dans l'évaluation CE2 ne concernent qu'un nombre très
minoritaire d'items (3 exercices seulement en mathématiques). On serait donc
amené à faire des choix sur des informations réduites donc peu fiables.

- Si j'ai bien compris, dans la réalisation d'un PPAP, il y a entre autre le
versant analyse des points faibles et forts et mise en oeuvre d'un plan
d'actions. S'agissant du premier versant, on peut trouver une littérature
importante en particulier en ce qui concerne l'exploitation des évaluations
nationales. On trouve nettement moins d'informations sur le deuxième ou du
moins des informations beaucoup plus floues et générales. Et pour cause,
l'exécution du plan d'actions suppose de résoudre des difficultés de gestion
du temps et du groupe classe qui sont loin d'être évidentes.

- La mise en oeuvre d'un plan d'actions repose de plus sur un modèle de type
évaluation/remédiation. Or, ce dernier montre rapidement ses limites à qui
l'a déjà essayé. Car si les évaluation peuvent révéler les lacunes de
certains élèves, il serait plus intéressant de connaître ce que l'élève ne
sait pas encore faire mais qu'il est capable d'apprendre. Faute de quoi on
risque de s'acharner d'une manière stérile : difficile à vivre pour l'élève,
décourageant pour l'enseignant.

Amicalement


Antoine Cantais
24 CM2
École Sévigné
Faches Thumesnil - Nord
cantais.antoine@libertysurf.fr

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France