logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Novembre

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr>
Objet: Re: [PMEV] nouveau sur la liste ("Tuer" le bilan? )
Date : samedi 24 novembre 2001 00:53


----- Original Message -----
From: "Gérard MAURICE" <gemau@club-internet.fr>
To: <pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr>
Sent: Saturday, November 24, 2001 8:25 AM
Subject: Re: [PMEV] nouveau sur la liste


| Dans notre classe, il n'y a pas de leçon sur la fiche. La fiche est un
| point de départ, pas une simple application, et doit donc comporter une
| problématique qui provoquera un conflit cognitif au moment du bilan. Si le
| bilan ne permet pas de la résoudre (notion complètement nouvelle par
| exemple) alors je mets en place une séquence le lendemain, séquence de
| recherche en groupe, débouchant sur une leçon. Ensuite les fiches suivantes
| sur la même compétence feront l'objet de bilans plus succints ou serviront
| d'exercices de consolidation ou de transfert. Il me semble que donner les
| leçons et rappeles sur la fiche "tue" les bilans.

J'avais déjà rencontré cette tendance, mais pas aussi affirmée qu'ici.
C'est très interessant : très "constructiviste", très
"découverte-invention" et très "apprentissage vicariant" en même temps
puisque lors du premier bilan, d'après ce que je peux essayer
d'imaginer, les "suiveurs" refont mentalement le parcours du
"pionnier" ou commencent du moins à le refaire.
La dimension "copiage", qui peut s'insinuer subrepticement en PMEV si
l'on s'attarde trop sur une fiche, me semble encore mieux tenue à
distance.

Le risque de "tuer" les bilans, nous l'avions souvent évoqué à propos
des échanges spontannés autorisés par exemple dans la "coopération
scolaire", et nous savons bien sur ce point que notre "rigueur" n'est
pas appréciée, ou pas comprise, mais qu'elle n'a de toute façon rien
de "dogmatique".

Il est évident qu'il y a un vrai questionnement à poursuivre sur ce
problème, sans dogmatisme et sans tabous, tant sur le plan "théorique"
que sur le plan "pratique".

Merci.

MM

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France