logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   

Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Novembre

De: "Jean-Pierre Garcin" <jpg@fr.st>
À: <pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr>
Objet: Re: [PMEV] bulletin n°6 : le début
Date : mardi 20 novembre 2001 21:41

Bonjour,

Merci Marie-Hélène d'avoir répondu sur le fond. Je fréquente les listes
enseignantes depuis qq années, elles ont en commun le fait que les
interventions sont parfois "mal" prises, que les réponses sont vécues comme
des attaques... Rien ce cela ici ! :-)

> J'ai le sentiment que vous coupez les cheveux en quatre, que vous vous
> ajoutez du travail à l'intérêt limité.
> Répertorier les erreurs : elles sont finalement très semblables d'une
> cohorte d'enfants à l'autre (à âge égal). Ainsi, vous utilisez une grille
> pour répertorier ce qui est su par ailleurs : les erreurs sur le passé
> simple "avec je, tu, il, ils" ne sont pas une surprise dans la mesure où les
> enfants produisent des récits, des fictions.

>> € Je suis tout à fait d'accord sauf sur les cheveux coupés en 4.
>> Effectivement on retrouve les mêmes erreurs chez la majorité de enfants.
>> Mais ce qui m'intéresse dans cette grille, c'est qu'elle montre le niveau de
>> récurrence de ces erreurs. Je ne sais pas si je m'explique très clairement.

Je comprends bien. Mais ne vois pas où cela mène, ce problème étant pré
déterminé.

>> Si le même type d'erreur persiste durant plusieurs périodes, c'est que
>> quelque chose cloche :

Là, d'accord.

>> situations proposées inadéqates, base à revoir ? Si
>> elle persiste, c'est que ce n'est pas acquis (Lapalisse n'aurait pas dit
>> mieux ).

Oui, c'est ce que j'ai laissé entendre, les erreurs des gamins ne sont tout
de même pas partout les mêmes. Une adaptation compte tenu des évaluations
précédentes est à réaliser.
Je "supporte" ardemment le principe des évaluations nationales, le principe
des PPAP m'apparaît comme valable, alors je ne vais pas dire le contraire
ici. ;-)

>> Cette grille me permet , à moi, perso, de me fixer des objectifs
>> pour les gamins. Elle me permet aussi de justifier le TI auprès des premiers
>> intéréssés, les enfants.

Je ne me sens pas l'obligation de justifier quoi que ce soit auprès des
enfants (mais j'explique, ce qui est à mon sens différent) ; auprès des
parents, oui.

> Les IO prévoient des compétences à acquérir en fin de cycle ; fixer des
> répartitions pour les années du cycle, décomposées en programmes annuels,
> eux-même donnant naissance à autant de programmes de travail pour des
> mini-périodes, tenant bien sûr compte des élèves qui nous sont confiés et
> des constatations précédentes, ne me paraît pas encore dépassé.
>
>> € Je le disais peut-être en privé, mais jusqu'à présent, mis à part le passé
>> simple, les TI correspondent magiquement aux diverses progammations
>> artificielles que l'on peut trouver un peu partout.

Ou inversement ! ;-)

> Par ailleurs, énoncer :
>
> "L’évaluation diagnostique en PMEV :
> Elle a lieu, pour le français, lors des moments d’expression écrite ( 15
> à 20 minutes tous les matins en entrant ).
> Les fautes d’orthographe sont répertoriées dans une grille reprenant les
> notions à acquérir dans le niveau concerné, plus les autres notions n’en
> relevant pas, mais étant nécessaire à la production d’écrit ( exemple, je
> vais me voir dans l’obligation de proposer le passé simple à mes CE1 avec
> les pronoms je, tu, il, ils ).[...]"
>
> peut laisser supposer que c'est définitivement ainsi "en" PMEV. Mais la PMEV
> est (n'est qu') une proposition d'organisation de la classe très ouverte,
> et ce que tu proposes est une adaptation personnelle (comme je peux en avoir
> une moi-même) ; je suggère donc que cette présentation soit revue. ;-)
>
>> € En effet, c'est comme ça dans ma classe, et c'est ce qui me manquait quand
>> j'ai commencé à mettre en place la PMEV. J'en avais un peu parlé avec Michel
>> Monot, quand je cherchais à lier Atelier d'écriture et PMEV.
>> A chacun sa PMEV, j'ai simplement fait une description de ce qui se passait
>> dans ma classe et je ne l'ai pas assez précisé, laissant penser que c'était
>> un fonctionnement général.
>> On pourrait changer le sous titre par : " En PMEV, une évaluation
>> diagnostique est possible "

Mais bien sûr que l'évaluation diagnostique existe, là n'est pas "ma"
question.
Que fait-on de cette évaluation ? Se substitue-t-elle aux IO ? Les plans de
travail naissent-ils des IO ou de la situation des élèves ?
Cette question est très importante à mon sens : j'ai trouvé dans la PMEV une
proposition d'organisation de la classe moderne mais laissant aux IO leur
place fondamentale et unificatrice.
>
> Enfin, tu termines, M.-Hélène, par cette remarque : "Le rôle du maître
> devient ici un rôle de proposition, de remédiation et de synthèse." Je
> retiens pour ma part la synthèse, remplace "remédiation" par "médiation" et
> récuse "proposition" qui ne colle pas à ce que, tu le dis toi-même, nous
> sommes : des "maîtres".
>
>> € Là, ...je ne suis pas tout à fait de ton avis ou plutôt, ton avis me
>> paraît compléter le mien.
>> Le maître a un rôle de proposition car il propose des situations problème à
>> partir d'erreurs relevées dans les productions écrites ( PE :o)) ). Les
>> enfants peuvent en proposer d'autres ou les circonstances selon les projets
>> de classe ou l'actualité !

Encore une fois, l'idée de proposition ne me sied guère.
Mais je comprends aussi ce que tu dis. :-)

>> Le maître a un rôle de médiateur quand il intervient dans le bilan ou en
>> relation duelle avec un enfant en difficulté, d'accord avec toi ; mais il a
>> aussi un rôle de remédiation car le plan de travail proposé l'est pour
>> remédier les erreurs des enfants.

En partie d'accord, mais en partie seulement ; mes plazns de travail sont
d'abord et avant tout atis relativement aux IO, j'y tiens.

>> De même que si une compétence n'est pas
>> acquise, à charge du maître de continuer à faire avancer les enfants dans
>> cette voie : )

Je te suis parfaitement là.

>> Mais là aussi, il s'agit du fonctionnement particulier de ma classe. Ce
>> fonctionnement ayant l'avantage de mettre réellement l'enfant au centre de
>> ses apprentissages.
>> Mais c'est une autre question.

Pas du tout. :-)
L'intérêt de chacun se retrouve dans l'intérêt de tous. Ne laisse s'il te
plaît pas à croire que seule ton option recouvre l'intérêt individuel de
l'enfant.

>> Alors, que faire pour cet article ? Repréciser plus lourdement qu'il s'agit
>> d'un fonctionnement qui n'est pas celui de toutes les classes PMEV ?

"Lourdement" présuppose que le contradicteur l'est (lourd) ;-(
Merci ! ;-)

>> Le mieux, je pense, serait que d'autres ( toi ? : ))) ) présentent leur
>> façon ou leurs façons de gérer les corrections. J'ai présenté celle où je
>> me retrouve, pas les autres ;o)

J'ai bâti un site dans lequel, entre autres, on peut trouver matière à
mettre en œuvre la PMEV, cet argument ne m'atteint donc pas.

Je ne t'enlève pasle droit (l'intérêt collectif même) de présenter tes
options, je ne souhaitre en l'occurrence pas qu'elles apparaissent comme
réductivement représentatives de la PMEV (si j'ose dire...)


> Espérant avoir répondu au mieux et en attendant les bonnes volontés pour
> faire avancer le schmilblick ( c'est bien comme ça qu'on l'écrit ? )
> Bonne soirée
> mh

Heureux que tu aies poursuivi l'échange ! :-)

Qui "embrayera" ?

Cordialement,

-----------------------------------------
Jean-Pierre Garcin - Nord Loiret - 28 CM1
jpg@fr.st
http://www.jpg.fr.st/
http://www.base-ecole.fr.st/
-----------------------------------------

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France