logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Novembre

De: "Michel DELORD" <michel.delord@free.fr>
À: <pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr>
Objet: Re: [PMEV] Problèmes de fond
Date : jeudi 8 novembre 2001 18:40

At 06:15 08/11/2001, Antoine Cantais wrote:

>J'admets que mon précédent message plutôt écrit avec émotion que raison
>n'apporte pas grand chose. J'essaie ici d'être un peu plus constructif.

Je prefere nettement ce ton la qui permets de discuter meme si on n'est pas
d'accord. En fait tu ne me facilite pas les choses : c'est plus difficille
de repondre a un texte intelligent :-)

>Il me semble que la réduction des programmes peut-être difficilement mise en
>cause dans les difficultés réelles des élèves à leur sortie de l'école
>primaire. Si j'en juge par les collègues que je rencontre régulièrement,
>j'ai l'impression que les programmes et instructions officielles sont sinon
>peu lus, du moins peu appliqués. C'est le sommaire des manuels scolaires qui
>fait le plus souvent office de programme et, vu la grande richesse de nos
>écoles, le renouvellement de ces manuels est une affaire souvent très
>longue. Ce qui fait que, dans bien des écoles, on travaille encore sur les
>instructions de 85 voir avant. Par exemple, un petit sondage lors d'un stage
>mathématiques auquel j'avais participé, montrait que la multiplication de
>deux décimaux restait largement enseignée au cycle 3.

Heureusement, mais tendanciellement, la tendance est justement à s'aligner
à terme sur les programmes . Regarde ce que je dis la dessus , cad sur le
temps long dans www.sauv.net/ricin.htm
Et cela de permets de comprendre pourquoi egalement , les maths modernes
ont gagné dans les années 60/70 et sont toujours dominantes dans ce
qu'elles avaient de vide de sens dans le calcul réduit au calcul numérique
( l'obssession du nombre pur) : c'est parce que les contenus d'enseignement
des années 1880 / 1920 avaient deja été vidées de leurs sens et réduits a
des automatismes.


>Pour ma part, je suis au CM2 dans une école aux enseignants très
>traditionnels.

1) L'appel dit " réduit l'enseignement à des contenus procéduraux qui ne
peuvent même plus être maîtrisés car la simple maîtrise de mécanismes
suppose justement un minimum de rationalité."
2) Dans mon canton, il ya deux ecoles primaires trés antagoniques : une
avec des parents d'origine aissée et instits "traditionnels" et l'autre un
peu zone avec instits" modrnistes"

- ceux qui viennet de la premiere sont en general d'un bon niveau scolaire
mais avec des eleves en echec qui refusent tout apprentissage car on les a
vraiement pris pour des cons ( un eleve de cette ecole est venu me voir il
y a une dizaine d'années en me disant texto " avec vous je comprends car
vous ne me prenez pas pour un imbecile". ca posait d'ailleurs un probleme
dans la classe , car un certain nombre de "bons éléves " , futurs cadres
avec attaché-case, lui en voulaient de ne pas rester à sa place et de
comprendre). En fait , il ya une veritable oppression sur ces élèves ( les
mauvais !) et les bons tordent le nez quand j'explique des choses des qui
ne sont pas des "automatismes" " Messieur, vous ne faites pas des maths" (
quand j'explique tout ce qui est la genese historique des notions , ce qui
est la veritable problematisation car si une notion mathematique est
apparue, c'est qu'elle servait à resoudre un probleme et si on l'apprend à
un élève, il doit etre capable - et il l'est à part que c'est "pas des
maths" - d'en comprendre l'origine ( et sans transposition didactique)

- ceux qui viennent de la seconde sont d'un niveau tres faible mais n'ont
pas été matraqué ce qu'il fait qu'ils ont gardé le gout d'apprendre

Il serait interessant de voir l'evolution historique de ces deux ecoles et
aussi l'evolution de l'attitude des diferents types d'éléves ( le bon qui
me dit que je ne fais pas des maths, le mauvais qui dit que ce n'est pas
des maths mais qui aime ça.......) : j'ai un livre à ecrire la desus mais
je ne peux pas detailler plus . Ce qui est sur , c'est q'une fois passé
deux ans au college , ils ont en majorité compris que l'important, c'est
la note ....

Quant à moi, je pense qu'il ne faut pas opposer un contenu trés fort et le
refus de toute forme d'assimilation de l"éléve en tant que personne et son
travail* pour l'enseigner mais c'est pas facile. Ce qui amène a des
anecdotes amusantes : lorsque je fais en sixieme un cours necessaire à mon
avis - notamment comme condition de base pour utiliser une calculette sur
la notation exponentiele en puissance négtive de 10 - que les enfants
comprennet d'ailleurs - , on sent bien qu'ils ont été piégé precedemment
car certains viennet me dire , poussés par les parents ou par leur frer ou
soeur qui fait la m^me chose en quatrieme " Monsier, c'est pas au
programme, vous n'avez pas le droit de le pmoser en controle". d'une
maniére générale les eleves ne comprennet reellement pas - au mois au debut
- mon attitude : ils ont l'habitude soit de gauchistes demago soit de prof
qui se concentrent sur le contenu mais avec une attitude rigide : le fait
que je ne rrentre pas dans de ces cadres les destabilise

* ce qui ne mempeche pas de mettre des mauvaises notes ( des éléves me
disent souvent: "C'est pas pareil quand vous, vous mettez une mavaise note
car ils ont compris que je ne les note pas, eux " . Ceci n'est pas une
defense de la notation!!! )

> Faisant l'étude le soir, je fais réciter des tonnes de
>règles, de tableaux de conjugaison... Pourtant, lorsque je reçois les élèves
>au CM2, peu de traces de tous ces apprentissages. Pourquoi ?

Parce que, comme le dit l'appel, il ne faut pas opposer les divers aspects
de la connaissance

> De plus,
>beaucoup de temps ayant été consacré à la grammaire avec relativement peu
>d'efficacité, il est resté peu de temps par exemple pour affiner la
>compréhension en lecture. Résultat : non seulement les élèves sont pauvres
>en grammaire mais ils sont en plus de mauvais compreneurs.

La , je crois qu'il faut revenir a ce que disait Marie Oustalet

>Le texte dont il est question faisait la liste de notions disparues des
>programmes depuis 1985. A mon avis, pour être complet, il aurait pu aussi
>mentionner les ajouts de ces programmes. Dire qu'on apprend moins aurait dû
>être complété par on apprend aussi autre chose. Par exemple, de nouvelles
>exigences sont apparues dans le domaine de la lecture, de la production
>écrite... Le débat pourrait alors porter sur une comparaison entre ce qui a
>été supprimé et ajouté.

Non , car ce qui a été ajouté et ce qui a été supprimé ne sont pas du même
domaine

>Amicalement
>
>Antoine Cantais
>24 CM2
>École Sévigné
>Faches Thumesnil - Nord
>cantais.antoine@libertysurf.fr


Je te prefere vraiment comme ça.

MD

Apres relecture : je ne donne pas de methode pedagogique mais je dis que
la condition pour enseigner est double
1) avoir une forte connaissance du contenu que l'on a à enseigner et de son
histoire ( cad pas des 50 dernieres années et c'est beaucuop plus siple
qu'on le pense : ce n'est pas quantitatif. On se rappelle beuacoup plus
facilement de la suite des 10000 premiers entiers dans l'ordre que des 100
premiers dans le desordre)
2) etre un etre humain ( au sens des peaux rouges : les outlaws, les
"zoutlaves" comme on disait quand j'étais petit)

ceci dit , j'aimerais bien que vous preniez un peu de temps pour lire trois
textes car ça me faciliterait le débat:


Sur http://casemath.free.fr/index.php3?page=diver#tribune
"Calcul humain, calcul mental et calculettes : Questions pédagogiques" (
c'est gros : 200 pages )

Plus leger , dans l'ordre, des articles à paraitre dans plusieurs revues
dans les mois qui viennet :

" NTIC à l'école : un pas de plus dans l'enseignement taylorisé d'une
pensée taylorisée"
( pré version disponible à www.sauv.net/nticd.htm )


" Huile de ricin et Coca Cola : Aux sources troubles de la pédagogie de projet"
( publié en bonnes feuilles à: www.sauv.net/ricin.htm )

"Les aventures de la division"
( publié en bonnes feuilles à:
http://casemath.free.fr/divers/tribune/avdiv1.pdf )

Et si vous avez un peu de temps, les articles de Rudolf Bkouche que l'on
trouve aussi à :

http://casemath.free.fr/index.php3?page=diver#tribune

Je sais, c'est long mais j'ai aussi mis du temps à les écrire

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France