logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Novembre

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr>
Objet: Re: [PMEV] Problèmes de fond
Date : mercredi 7 novembre 2001 17:44

Il est deux heures du matin pour moi et Marie OUSTALE vient d'écrire :

----- Original Message -----
From: "Marie OUSTALE" <marie.oustale@wanadoo.fr>
To: <pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr>
Sent: Sunday, November 8, 2001 2:25 AM
Subject: Re: [PMEV] Problèmes de fond


| Bonjour !
| Je vais répondre sans doute très bêtement, je n'ai pas lu les nouvelles
| propositions pour le cycle 3, entre autre excuse...
| Les programmes sont-ils trop lourds ou trop légers ? Les deux : trop lourds
| car des compétences de plus en plus variées dans des domaines inexistants il
| y a 20 ans sont exigées. Trop léger dans les matières dites fondamentales,
| car l'horaire global d'enseignement n'est pas extensible. Il faut bien
| couper quelque part. On demande beaucoup aux enseignants pour ce qui est des
| connaissances nouvelles : il faut se mettre aux langues étrangères ou
| régionales, à l'informatique ( merci, pour moi ça peut aller à peu près ),
| éduquer contre la ou les violences, détecter, rééduquer, bidouiller,
| communiquer, et encore, et encore...
| OK diront certains, il n'y a qu'à augmenter le temps d'enseignement :
| diminuer les vacances, rallonger les journées, et puis et puis... y a qu'à,
| faudrait qu'on...
|
| > La polémique porte sur la question : les programmes de l'école
| > élémentaire sont ils trop lourds et faut-il les alléger ?
| >
| > Il ne semble pas que la position du Ministère soit arrêtée, et on
| > parle d'ailleurs de fortes dissensions internes.
|
| Heureusement ! Auraient-ils déjà traité les consultations de la base ? Ou
| n'en tiendraient-ils pas compte ?
|
| Désolée pour une réponse aussi simpliste qui n'apporte aucune proposition.
| Bien cordialement
| mh

Non, ta réponse n'est pas simpliste et je n'attendais pas à proprement
parler de "réponse" mais éventuellement des "réactions" à ce texte
signalé sur une autre liste, à mon sens interessant bien que
polémique. Tu n'as pas davantage répondu "très bêtement", et le fait
que tu trouves les programmes à la fois "trop lourds et trop légers"
prouve que tu as réfléchi à la question et que tu es donc loin de la
"pensée unique"... ;-)

Je suis dans la même incertitude à propos d'un autre aspect du
problème.

Le texte de B Delord prend appui sur le Rapport Ferrier, dont la
lucidité me plait aussi, mais cela depuis l'origine, ainsi qu'en
témoigne le site PMEV et sans qu'il y ait un lien direct avec
l'intervention de Delord ni que j'épouse totalement ses thèses.

Je fais donc la lecture suivante de la situation actuelle.

L'idée dominante est qu'il y a des problèmes de niveau et qu'il y en
aura toujours. J'aggrée pour une part, mais une part seulement,
sachant que ce genre de constat sert parfois d'alibi au fatalisme et à
la fatigue, d'ou par ailleurs mes couplets "ergonomiques" mais c'est
une autre histoire.

Certains enfants n'étant pas des "intellos", il faut développer et
traiter avec sérieux des disciplines un peu délaissées actuellement,
notamment dans le domaine de l'art, mais sans oublier d'accorder leur
part aux langues étrangères, aux langues
régionales, et bien sûr à l'informatique. C'est en gros la position
de J Lang, à qui je ne cherche pas à faire de procès.

Par delà le sort ainsi réservé aux maîtres, qui vont croûler sous la
tâche, je pose aussi celui des enfants en difficulté. Oui, l'art, par
exemple, peut leur donner une chance, qui rejaillira peut être même
sur le "fondamental", commej'ai pu le constater, mais j'ai pu aussi
constater que ce transfert, ou bénéfice co latéral, était très loin
d'être automatique.

Je perçois donc un risque de dérive : le projet de nouvelles IO, en
dépit de ses avancées annoncées, génère chez certains observateurs
co-signataires du texte de Delord, dont la bonne foi ne peut être en
cause et pas davantage la compétence, de très sérieuses craintes. On
s'éloignerait d'un enseignement de masse réellement démocratique,
malgré l'orientation "intelligences multiples" des IO qui fait
"moderne", séduisant, mais aussi un peu "piège à cons". En termes un
peu excessifs, c'est la position du courant "républicaniste" auquel se
rattache apparement B Delord, mais le "pédagogiste" que je suis sans
doute n'y est pas insensible.

Bien cordialement,

MM

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France