logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Novembre

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr>
Objet: Re: [PMEV] bulletin n°6
Date : samedi 3 novembre 2001 19:00


----- Original Message -----
From: "Carole" <carole.lazzaro@respublica.fr>
To: <pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr>
Sent: Friday, November 02, 2001 9:22 AM
Subject: Re: [PMEV] bulletin n°6


Bonjour,

J'ai tenté de commencer la PMEV trois semaines après la rentrée.
J'ai un CP-CE1 à mi-temps. Ma collègue quoique partante n'a pas encore
commencé la même démarche. J'ai pu faire une période complète sur
trois
semaines et en suis aux deux tiers de la P2. Pour l'instant seuls les
CE1
travaillent en PMEV.

<<< Il n'y a pas d'inquiétude majeure à avoir, car on peut fonctionner
ainsi même en maternelle, mais il est vrai que ce double niveau là,
fonctionnant à mi temps et dans deux registres différents, peut être
source de difficultés particulières qu'il faudrait suivre de près.

Parmi toutes celles évoquées par Carole, il faut relativiser et
recentrer. Il y a des difficultés qui sont normales, inhérentes à une
situation de démarrage dans unn contexte de surcroît particulier, et
d'autres qui appellent une solution immédiate car elles rejaillissent
sur l'ensemble du fonctionnement. >>>


> - ceux qui ne font pas assez de fiches

Gros problèmes: quatre enfants sont peu lecteurs et donc on beaucoup
de mal
avec les fiches de français. Sur quatre jours ils ne font pratiquement
que
des maths (peu de lecture dans la consigne) mais presque rien en
français.
Copier la leçon est déjà trop pour eux aussi n'ont-ils jamais le temps
de
faire l'exercice d'application.

<<< Insister pour l'heure sur les réussites, j'y reviendrai, et voir
comment adapter les fiches de français pour les rendre plus
accessibles à cette catégorie d'élèves.
Cette forme de travail va amméliorer les capacités en lecture, mais il
faut donner un peu de temps au temps.
Ne pas perdre de vue non plus que "faire des maths" c'est aussi "faire
du français", ou en tout cas manier la langue et la pensée. >>>


> - que faire si le P de T n est pas termine à la fin de la periode ?
Très bonne question, les anciens pourraient donner une réponse.

<<< On passe à la période suivante, en se réservant le droit de
réinjecter ééventuellement des fiches dans celle ci ou celle qui
suivra, mais en se libérant surtout de l'obsession du "tous doivent
tout faire" : malgré l'aide que constitue la dimension "vicariance",
on ne peut pas rêver que tous les élèves vont se retrouver au même
niveau - élevé bien sûr - dès la première période.>>>


> - le bilan ne marche pas
C'est toujours la même élève qui se propose et les autres n'écoutent
pas. Si
j'en envoie un d'office il ne dit rien ou alors se contente de donner
les
réponses.

<<< C'est un cas assez fréquent, mais les choses devraient changer peu
à peu. L'écoute est proportionnelle au besoin, et ce besoin peut être
nul s'il a été court circuité par des réponses hors bilan, sauf cas
particuliers.
Passer au bilan est difficile, il faut en être bien conscient, surtout
pour des enfants jeunes. Mais, avec ceux là aussi, jouer au candide
(pour le maître) est toujours une solution efficace pour en faire dire
plus.>>>

> On pourrait aussi diffuser le temoignage d'un collegue qui vient de
se
> lancer. Quels difficultés a-t-il rencontré ?

<<< et surtout : comment les a-t-il résolues ! Sans vouloir tricher et
laisser penser que tout est toujours facile, ne pas confondre la
vocation de la liste, ou l'on expose ses difficultés, avec celle de la
revue, qui doit d'abord apporter des éléments de réponses>>>


La mise en marche est lourde et les bénéfices sont longs à venir. Je
m'y
attendais et suis plutôt patiente mais les enfants et les parents le
sont
beaucoup moins.
Le plus difficile c'est le bruit dans la classe. Les élèves sont très
bavards dans cette classe et dès que j'abandonne la pédagogie frontale
ils
se dissipent, se lèvent et discutent tout le temps et pas des fiches.

<<< Ce point est capital. Par delà le problème du regard des parents,
qui peut être dangereux, il y a celui de ces gosses qui sont calmes en
"traditionnel" et se dissipent lors du TI, ce qui n'est pas
acceptable. C'est là - probablement - un problème de règle du jeu à
imposer, surtout au départ : que le silence propre au "traditionnel"
soit aussi exigé pendant le temps de TI, ce temps étant relativement
court à ce niveau de CE1 et donc - en principe - plus facile à
obtenir.

> Quel bilan dresse-t-il apres 6 semaines de PMEV ? etc ...

Très bien pour la tête de classe et intéressant pour le milieu.
Inefficace
pour la queue.

<<< Pour le groupe des faibles, il ne faut pas perdre de vue que la
PMEV est aussi un moyen de se libérer en vue d'une aide directe, et
que tout ne va pas reposer sur la "vicariance", sur l'apport des
meilleurs, même si celui-ci fait bien partie de la stratégie
d'ensemble.
Il est probable que l'impact sur la queue de classe est moins
inefficace qu'il n'y parait, et qu'il se passe des choses dans les
boîtes noires qui vont faire leur chemin. Mais il est possible aussi,
dans ce genre de situation, que l'on ait un impact négatif en termes
d'image de soi si l'on n'est pas très vigilant. Pour cette raison -
essentielle - j'insisterais donc sur les réussites de ces élèves
faibles qui ont quand même fait des fiches de maths, sans pointer
négativement le fait que tout n'été pas été fait.>>>

Le groupe classe a dû mal à se constituer. Cette pédagogie
semble freiner l'effet de groupe. Surprenant j'attendais le contraire.

<<< Pour la raison qu'elle lui tourne le dos, ou du moins exploite
différemment les ressources du groupe. L'effet de groupe, qui existe,
peut être aussi trompeur, mais nous ne le rejetons pas. Il fonctionne
lors du bilan, de façon assez bien contrôlée, et il peut fonctionner
aussi lors des phases de "leçons", selon la démarche que l'on adopte à
ce moment là. Mais il faut bien comprendre que nous n'avons pas en
PMEV tout à fait les mêmes points d'appui.>>>

Je pense mettre en place la pmev au CP en math d'ici peu.

Bon, donc un début difficile (mais je m'y attendais) mais surtout
déroutant.

Si des anciens se souviennent de leurs débuts je suis preneuse de tout
conseil. Mes plus grands besoins : l'organisation matérielle. Il me
semble
qu'un affichage collectif des fiches pourraient aider à booster
certains
enfants. Comment se présentent les plans de travail individuel ?
Quelle
trace sur le cahier du jour ? (les parents sont très demandeurs de
voir
souvent ce que font leurs enfants afin de pouvoir les aider à la
maison)

<<< Il me parait souhaitable que les plans de travail conservent
pendant un certain temps le principe de ceux utilisés en maternelle,
qui reproduisent en vignettes les fiches à effectuer, fiches elles
même affichées sur un grand panneau. J'ai récemment diffusé des
exemples de ces fiches maternelles. >>>

Ne désepérez pas !

Bien cordialement,

MM

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France