logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Octobre

De: "Jean-Pierre Garcin" <jpg@fr.st>
À: <pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr>
Objet: Re: [PMEV] Urgent : Message SOS
Date : mardi 2 octobre 2001 20:13

De : "Sandrine RAUWEL" <rauwel.sandrine@wanadoo.fr>

> Je vous écrit, car je suis dans une phase ambigue. Hier, un enfant m'a
> demandé : "pourquoi, il y aura encore un plan 2 après le plan 3?". Puis il a
> soufflé de fatigue, l'air pas satisfait du tout.
> Et voilà deux mois de vacances très studieuses, des nuits sans sommeil, tout
> le travail que nous avons effectué avec ma collègue, qui est réduit,
> anéanti!
> J'exagère à peine.
On ne sait pas ce que les enfants ont précédemment vécu... Mais passer du
confort relatif d'une classe où on demande de reproduire à l'unisson (mais
je caricature peut-être ?), à une autonomie, une action dans le travail du
fait notamment que tout le monde ne fait pas la même chose au même moment
est certainement premièrement vécu comme déstabilisant. J'ai eu et ai de
nouveau cette année des élèves, au profil manifestement "scolaire", qui ont
du mal à démarrer.
Cette "liberté", cette autonomie toute neuve ne peut d'emblée se solder pour
tous par un résultat positif : il faut en effet le *temps*. Sachons en
perdre pour en gagner beaucoup ultérieurement.
La pression du milieu peut le cas échéant être un obstacle : sais-tu ce qui
se dit de votre organisation de classe ?

> Je me demande si je suis sur le bon chemin. Les enfants n'aprécient pas trop
> le bilan, et ne viennent pas souvent s'y inscrire, de ce fait j'appréhende
> ce moment, et je le réduit de plus en plus (allez 5 mn en fin de séance).
Bon, d'accord, mais alors comment les apprentissages se font-ils ? 5 min
plus, quoi, une demi-heure (?) de "leçons" par jour suffiront-ils ?
J'explore des pistes :
Ne serait-ce pas que les enfants peuvent apprendre ailleurs que dans le
bilan ce qui est indispensable à leur réussite ? Le bilan est un moment clé
de l'organisation PMEV, il participe éminemment aux apprentissages, et, même
si sa durée peut être un problème, les enfants en ont normalement *besoin*.
Peut-être les échanges pendant le TI sont-ils trop importants, ce qui ferait
que les enfants n'ont plus *besoin* du bilan ? Peut-être que l'aide donnée
par la maîtresse dépasse de trop le coup de pouce qui va permettre à un
gamin de démarrer ?

> Il faut donc que je me résaisisse. Après tout, il y a aussi les enfants pour
> qui ça marche bien. Mais je n'ai pas encore trouvé cette ambiance
> d'échanges, de construction collective qui devrait sortir du bilan.
Bon, c'est vrai qu'il n'y a pas d'effet magique, mais quand même je crois
qu'on y parvient peu ou prou ici, pour la troisième année.
Suivant l'enfant qui passe, la compétence abordée, le moment dans le
mini-cycle de trois semaines, je n'interviens pas de la même façon et dans
la même proportion. Rien de systématique, mais je ne me l'interdis
*finalement* pas (j'ai toujours eu du mal à me taire... :-( ) : j'interpelle
Untel, demande une précision, joue le candide (ou l'idiot)... de façon que
le rythme subsiste, que l'on avance, qu'on ne reste pas dix minutes sur ce
qui est maintenant bien assimilé par tous alors qu'il y a mieux à cerner,
que chacun profite au mieux...
Et aussi, j'ai donc dédoublé le bilan en deux parties encadrant le TI :
effet de starter pour la première, pas de lassitude d'une séance trop longue
pour la seconde. Tout baigne de ce côté ! (J'exagère un peu quand même...)
:-)))

> [...]
> En plus j'ai deux enfants qui sont très très lents. Ils font une fiche en 4
> jours en moyenne. Ils attrapent un retard considérable par rapport aux
> autres.[...]
Les différences de rythmes ne sont pas aplanies "en" PMEV, et je dois dire
que cette question est celle qui m'a le plus préoccupé (encore d'ailleurs).
Dans une classe au fonctionnement frontal, les enfants lents produisent-ils
autant que les plus rapides ? Les travaux sont normalement menés à leur
terme "en" PMEV ; est-ce toujours le cas en frontal ?
Des enfants produisant peu à l'écrit réussissent pourtant les évaluations ;
mais pour cela, il faut qu'ils puissent trouver notamment à "s'alimenter"
lors des bilans... on y revient !

Je rejoins Michel Monot : cool ! :-)

Cordialement,

-----------------------------------------
Jean-Pierre Garcin - Nord Loiret - 27 CM1
jpg@fr.st
http://www.jpg.fr.st/
http://www.base-ecole.fr.st/
-----------------------------------------

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France