logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert.gif (88 octets)  B2i                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Octobre

De: "Michel MONOT" <magui@offratel.nc>
À: "Liste PMEV" <pedagogie-maitrise@yahoogroupes.fr>
Objet: [PMEV] Urgent : Message SOS
Date : mardi 2 octobre 2001 06:42

A votre attention.

MM

----- Message d'origine -----
De : "Sandrine RAUWEL" <rauwel.sandrine@wanadoo.fr>
À : <magui@offratel.nc>
Envoyé : mardi 2 octobre 2001 15:03
Objet : Re: 1er contact


Bonjour
Je me suis inscrite sur la liste, mais je n'ai pas compris vraiment son
fonctionnement, peut-être n'ai-je pas encore eu vraiment le temps de m'y
pencher sérieusement.
Je vous écrit, car je suis dans une phase ambigue. Hier, un enfant m'a
demandé : "pourquoi, il y aura encore un plan 2 après le plan 3?". Puis il a
soufflé de fatigue, l'air pas satisfait du tout.
Et voilà deux mois de vacances très studieuses, des nuits sans sommeil, tout
le travail que nous avons effectué avec ma collègue, qui est réduit,
anéanti!
J'exagère à peine.
Je me demande si je suis sur le bon chemin. Les enfants n'aprécient pas trop
le bilan, et ne viennent pas souvent s'y inscrire, de ce fait j'appréhende
ce moment, et je le réduit de plus en plus (allez 5 mn en fin de séance).
Il faut donc que je me résaisisse. Après tout, il y a aussi les enfants pour
qui ça marche bien. Mais je n'ai pas encore trouvé cette ambiance
d'échanges, de construction collective qui devrait sortir du bilan.
J'essaie de suivre vos conseils, je relis le bulletin.
Ca fait quand même 3 semaines.
En plus j'ai deux enfants qui sont très très lents. Ils font une fiche en 4
jours en moyenne. Ils attrapent un retard considérable par rapport aux
autres. Et pourtant je donne des niveaux de difficultés différents. Je leur
demande aussi de rattraper à la maison, mais soit ils ne le font pas, soit
c'est maman qui a tout fait. Je dois donc les faire rattraper à l'école
pendant les heures de sport ou de musique. Je n'ai pas envie de les coller
tous les samedis, je crois que ça ne servirait à rien.
Voilà un peu mon état d'esprit en ce 2 octobre.
merci de m'avoir lu
Sandrine Rauwel




>Messsage du 14/09/2001 00:07
>De : Michel MONOT <magui@offratel.nc>
>A : Sandrine RAUWEL <rauwel.sandrine@wanadoo.fr>
>Copie à :
>Objet : Re: 1er contact
>
>
> ----- Message d'origine -----
> De : "Sandrine RAUWEL" <rauwel.sandrine@wanadoo.fr>
> À : <magui@offratel.nc>
> Envoyé : vendredi 14 Octobre 2001 07:37
> Objet : Re: 1er contact
>
>
> Bonjour
> Je vous écris après 3 jours de fonctionnement en Pmev.
> Points positifs :
> l'ambiance de classe est bonne et propice au travail, les enfants sont
très motivés par ce qu'ils font, tout le travail que j'ai effectué cet été
est récompensé.
>
> C'est déjà un premier point.
>
>
> Point négatif :
> Le bilan : il n'est pas du tout ce que j'attendais et ce que j'ai lu dans
les témoignages. Les enfants sont réellement très passifs, je dois les
relancer sans arrêt, bref, j'interviens beaucoup trop. Lorsqu'un enfant
s'inscrit au bilan, il explique le problème qu'il a, mais les atures ne
semblent pas du tout interessés par cela et attendent avec impatience de
reprendre leur travail à nouveau. J'essaie maintenant de moins intervenir en
me tenant en retrait. Mais le silence pèse lorsque je n'interviens pas. Il
n'y a pas d'interaction entre eux. Que dois-je faire ?
>
> Je pense qu'il faut commencer par quelque chose de plus naturel, moins
formel et très convivial, en mettant entre parenthèse le moteur "vicariance"
qui de toute façon va fonctionner quand même.
>
> Par exemple, réunir les enfants autour de vous pour des échanges
improvisés autour de ce q'ils ont fait, vous même restant pendant cette
première phase préparatoire très présente, comme vous avez été condamnée à
le faire d'après ce que vous dites. Vous interpellez l'un, vous donnez la
parole à l'autre si vous sentez qu'il a quelque chose à dire, etc...
Comprenez leur gêne, ne soyez pas trop exigeante, les choses vont s'arranger
d'elles même.
>
> Il est possible que vos élèves aient été un peu privés de parole dans les
classes précédentes, mais ce n'est pas la seule raison.
>
> Car de toute façon, c'est la rentrée, et les méninges sont peut être
encore engourdies. De plus, c'est un démarrage, et il ne suffit pas de
connaitre la règle du jeu pour amorcer le jeu : le bilan ne va pouvoir
mieux fonctionner que lorsqu'on va rencontrer une fiche pour la deuxième ou
troisième fois, quand ils seront donc nombreux à pouvoir en parler.
>
> Vous devriez progressivement le constater et instituer alors, ce cap
franchi, des règles plus précises de fonctionnement.
>
> Tenez moi au courant.
>
> Bonne continuation,
>
> MM
>

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France