logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Août

De: Michel MONOT <magui@offratel.nc>
À: Liste PMEV <pedagogie-maitrise@yahoogroups.com>
Objet: [PMEV] PMEV au collège
Date : samedi 18 août 2001 21:18

La question de la PMEV au collège nous a souvent été posée mais nous avions
peu d'éléments de réponse, ne pouvant invoquer que quelques essais
sporadiques que nous avions pu favoriser mais sans possibilité de suivi.

Je viens de trouver dans les mémoires de Licence en Sciences de l'Education
de Lyon 2 un document interessant. Il s'agit du mémoire d'un professeur
d'anglais, Jean France Toutikian-Blondeel, qui, ayant suivi avec d'autres
collègues un stage de "pédagogie différenciée" commençant concrètement par
l'observation de classes fonctionnant en PMEV, en avait adapté la démarche à
l'enseignement de l'anglais au collège et en a donc fait son sujet de
mémoire.

A l'époque (93) la PMEV n'avait pas encore été "baptisée" de façon
généalogique, et nous parlions souvent de pédagogie différenciée, de
pédagogie systémique, etc... Lui parle donc de "pédagogie systémique à effet
vicariant" et vous ne vous en étonnerez donc pas.

Je vous donne ici, pour en avoir une idée, la conclusion de son mémoire, et
je vais scanner l'ensemble pour ceux qui seraient interessés.

<< Conclusion d'un mémoire de Licence en Sciences de l'Education (Lyon 2)

Arrivés au terme de ce mémoire, il nous semble important de faire le point sur le cheminement qui fut le nôtre au cours de cette recherche. Le point de départ de notre questionnement et de nos tâtonnements a été la volonté de diversifier notre enseignement dans l’objectif de permettre à tous les élèves d’acquérir les bases minimales de grammaire anglaise, tout en proposant des activités nouvelles et différentes aux élèves “en avance” sur les autres pour qu’ils puissent continuer à progresser. Ce thème touche essentiellement à la pédagogie différenciée, ainsi qu’à la didactique de l’anglais ou à celle des langues vivantes en général.

Nous avons donc expérimenté un certain nombre d’outils proposés par la pédagogie systémique à effet vicariant dans nos classes. Ceci n’a pu être effectué qu’après l’observation de classes de primaire où cette forme de pédagogie était pratiquée. Il nous a également fallu engager des concertations entre collègues d’anglais, ainsi que des adaptations aux pratiques observées en primaire. Tout ce travail a été entrepris dans la commission d’anglais de l’Alliance Scolaire de l’Eglise Evangélique. Nous avons ainsi pu mettre au point différents outils que nous avons introduits dans nos classes. Nous pouvons citer le jeu de fiches grammaticales munies d’un code pour graduer les difficultés proposées dans les exercices, la mise en place d’un contrat didactique qui permet aux élèves de connaître l’objectif qu’ils doivent atteindre, l’utilisation d’un tableau mural facilitant l’entraide entre élèves, la mise en place de deux types d’aide individualisée auprès du professeur d’une part ou auprès des autres élèves de la classe d’autre part. Enfin, nous avons pu apprécier l’efficacité de la phase de bilan, moment important de la pédagogie systémique, qui permet à un/une élève ayant réussi une fiche de montrer son savoir-faire à ses camarades et à ces derniers de profiter, par vicariance, des progrès des autres élèves.

Les évaluations que nous avons pu effectuer de cette pédagogie ont montré une nette amélioration des résultats des élèves sur les points grammaticaux principaux présentés dans les fiches. Pour de nombreux élèves, cette méthode permet d’atteindre un seuil minimal, sans lequel ils ne pourraient pas poursuivre correctement leur scolarité notamment en anglais. Grâce à l’ensemble de ces outils, on peut espérer que l’ensemble des élèves de collège puisse suivre une scolarité en lycée. Enfin, pour les élèves qui ont déjà de bonnes notions en anglais, cette forme de travail leur permet de progresser encore plus et de s’améliorer également. En définitive, cette pédagogie ne réduit pas les écarts entre les élèves, comme on aurait pu le penser au départ. Elle aurait plutôt tendance à les augmenter: les élèves “bons” devenant encore meilleurs, par contre elle permet aux élèves ayant de grosses lacunes grammaticales de les combler et d’atteindre un palier acceptable, mais en tout cas l’on n'assiste pas à un nivellement des performances des élèves.

La mise en place de cette expérience s’est heurtée à plusieurs difficultés, que nous n’avons pas toujours su contourner ou éviter. Après des débuts très euphoriques, le groupe d’enseignants qui pratiquait cette pédagogie s’est mis à fondre comme neige au soleil... Entre temps, une restructuration au sein du personnel d’animation de l’Alliance Scolaire nous a fait perdre notre poste d’animateur d’anglais qui avait joué un rôle déclencheur et libérateur dans cette expérience. Il nous faut reconnaître, sept ans après le début de cette formation que nous ne sommes plus que quelques-uns à continuer à pratiquer la pédagogie systémique dans nos classes. Nous n’avons plus l’occasion d’en parler entre nous, n’ayant plus de réunions de commission d’anglais et n’ayant pas pris l’initiative d’en convoquer une.

Cette autocritique nous permet de constater les limites de toute démarche innovante qui risque de s’essouffler par manque de concertation et de volonté de partage. Il reste que la pédagogie systémique nous semble être une synthèse très puissante des différents outils que l’on peut recenser dans les tentatives de différenciation de la pédagogie. Nous le vérifions encore dans nos classes de lycée professionnel en anglais et en français. >>

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France