logo ACCUEIL P.M.E.V. HISTOIRE DE FRANCE TICE WINDOWS ASSOCIATION EURO RESSOURCES
La Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant
Notre cadre de travail...
orange  RETOUR jaune  HISTOIRE DU NORD rouge  eDOCUMENTS vert  DÉFI INTERNET                                                   
Les archives de la Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant


Les archives de l'année 2001 - Juillet

De: Michel MONOT <magui@offratel.nc>
À: <pedagogie-maitrise@yahoogroups.com>
Objet: Re: [PMEV] Aide au démarrage suite.
Date : lundi 23 juillet 2001 18:15


----- Original Message -----
From: <scupcic@aol.com>
To: <pedagogie-maitrise@yahoogroups.com>
Sent: Monday, July 23, 2001 6:10 PM
Subject: [PMEV] Aide au démarrage suite.


Grand merci pour ces éléments de réponse.

Précision : Concernant les apprentissages par situation-problème, je pensais :
- en math à la mise en place de situations type "Ermel" (proportionnalité,
dénombrement, ...)

@ ERMEL était et reste très utilisé. Je n'ai plus exactement en tête le "qui
a fait quoi" de la liste, mais vous devriez pouvoir recevoir des témoignages
sur l'utilisation de l'approche Ermel .
Ne perdez pas de vue qu'il y a quand même des "leçons" en PMEV,
et ce temps peut être utilisé à votre convenance. Et aussi, plus
généralement, que les principes mis en oeuvre sous cette appellation
conventionnelle non "copyrightée" ;-) et purement descriptive de PMEV ont
entre autres avantages de permettre au maître de gérer sa classe plus
rationellement, c'est à dire - dans un domaine aussi complexe que le domaine
pédagogique - avec plus de souplesse. Plus de souplesse ? Il s'agit ici si
l'on peut dire d'une contrainte : le domaine pédagogique, comme tout ce qui
touche à la nature humaine, exige une adaptation constante et souvent rapide
à des situations particulières. Il a donc besoin d'un cadre moins rigide que
la grille horaire classique mais qui soit quand même une base d'appui. Le
"cadre" de la PMEV répond assez bien à ce besoin parce qu'il a été défini
non pas en fonction des programmes mais plutôt par référence aux "lois
naturelles" de l'apprentissage, un peu oubliées, et aussi par référence aux
"compétences transversales" qu'il permet de mieux travailler.

- en français aux observations d'écrits en vue de produire des types de
texte ou de comprendre certains mécanismes de grammaire ou orthographe, ...

@ Le projet d'IO cycle 3 réoriente tout ce qui concerne la "grammaire" même
si certains peuvent penser non sans raisons - mais là n'est pas le
problème - qu'il n'a jamais été demandé autre chose. Quant aux types de
textes, les manuels ne manquent pas qui peuvent vous offrir un bon support,
et nous avons mis en téléchargement des exemples de "fiches" mises au point
et utilisées dans des classes PMEV (pour le lien, voir sur le site en bas de
la page "expression éccrite", elle même accessible à partir de la partie
gauche de la page d'accueil)

@ Tout ceci m'ammène à revenir, puisque vous êtes "nouvelle", sur des choses
qui ont été dites dans le passé et qui ont une certaine importance, autour
de la molécule "PM" et de la molécule "EV" qui sont les constituants de
notre "produit".

Il faut distinguer pour "PM" un sens commun et un sens conventionnel.
Au sens commun, PM = faire réussir tous les élèves. Tous les maîtres ont cet
objectif et souhaiteraient y parenir.
Au sens conventionnel, PM = dispositif particulier suggéré par Bloom,
Caroll, etc.. pour y mieux parvenir. Enseigner, teste, remédier, etc... ce
qui suppose du personnel en plus. Du personnel en plus ? On est évidemment
loin du compte, et les classes "uniques" vraiment très loin. La PM au sens
conventionnel y est impossible, mais reste le sens commun : paradoxalement,
la classe "unique" est naturellement porteuse, d'ou la politique dite des
"cycles".

Autre problème pour "EV" en ce qui concerne les classes uniques. Celles-ci
étant loin du compte, le rendement de l'enseignement y serait catastrophique
si les élèves ne se les appropriaient pas, de deux façons :.
1) Licitement, ou à peu près, quand ils écoutent ce qui se dit à l'étage au
dessus du leur ou à l'étage en dessous.
2) Illicitement quand ils profitent du fait que le maître est en haut ou en
bas pour échapper à la loi et prélever des indices sur le cahier du voisin.
Illicitement ? Là est le problème : lorsque la loi de l'école proscrit toute
prise de repères, elle tend à bloquer les apprentissages. Paradoxe.

En ce sens, parler de PMEV en classe unique devient en théorie une
incongruité : la PM "conventionnelle" y est impossible et l'effet vicariant
y règne en maître de longue date.

Reste la pratique. L'organisation préconisée y est un peu difficile à
appliquer si l'on s'en tient rigidement au modèle type que les classes à un
seul cours utilisent, mais les principes de base demeurent valables. Mieux
vaut prélever des indices lors d'un moment de bilan qui permet un meilleur
dévelopement du langage et un entrainement à la communication rigoureuse que
à la sauvette dans le dos du maître.

Bonnes vacances quand même,

MM

retour en haut de page

 
Ce site est optimisé pour une consultation en 800x600 et 16 millions de couleurs
©2001 Paul Desette - 31 rue de Clairfayts - 59740 Solre le Château - France